Architecture - pratique de l'architecture

Le processus varie selon la complexité des installations et le temps requis pour leur réalisation. Le projet peut être divisé en un grand nombre de sous-projets, mais chacun de ceux-ci suivra en gros les étapes précisées ci-dessus.

Le Centre canadien d
Le Centre canadien d'architecture, de Montréal, réalisé par Peter Rose et Phyllis Lambert, avec Erol Argun, 1985-1989 (photo de Michael McMordie)
J.A. Russell, pavillon (U. du Manitoba)
Faculté d'architecture, U. du Manitoba, à Winnipeg. Bâtiment conçu par les architectes Smith, Carter et Parkin (photo d'Henry Kalen).

Architecture - pratique de l'architecture

  L'architecte conçoit, inspecte et certifie des bâtiments. La construction de bâtiments et leur mise en service se divise en neuf étapes, chacune exigeant des approbations spécifiques et des engagements de financement. Ces étapes sont : l étude d'opportunité, au cours de laquelle on détermine l'usage, la nature, l'ampleur et l'emplacement général des installations; l'étude de faisabilité, au cours de laquelle on examine et évalue les diverses options, et on délimite le site; la définition du projet, au cours de laquelle on donne en détail les exigences des installations; la conception, au cours de laquelle on prépare le schéma théorique et on le pousse jusqu'à la conception détaillée; le dossier définitif de conception, dans lequel on inclut les dessins d'exécution, les devis descriptifs; les soumissions et marchés, au cours desquels les documents du contrat servent à l'appel d'offres et au choix d'un entrepreneur pour l'exécution des travaux; la construction, au cours de laquelle les installations sont réalisées la; livraison, au cours de laquelle les installations passent du maître d'oeuvre au maître d'ouvrage et mises en service; l'exploitation et l'entretien, au cours desquels le propriétaire exploite les installations durant toute leur vie utile.

Le processus varie selon la complexité des installations et le temps requis pour leur réalisation. Le projet peut être divisé en un grand nombre de sous-projets, mais chacun de ceux-ci suivra en gros les étapes précisées ci-dessus. Les connaissances et les expertises nécessaires à chaque étape varient elles aussi. Par exemple, pour une petite maison unifamiliale, une personne seule, l'architecte par exemple, peut fournir presque tout ce qu'il faut pour terminer ou coordonner chaque étape. À une autre échelle, des installations complexes, telles qu'un grand hôpital, exigeront la participation de nombreux experts, d'une équipe multidisciplinaire dirigée et coordonnée par des gens consciencieux, adroits et spécialisés.

La décision de construire un bâtiment est prise par des particuliers, des groupes représentant une institution publique ou privée ou des entreprises. Le maître d'ouvrage choisit l'architecte pour son habileté et sa capacité à diriger et à gérer la réalisation du bâtiment et pour ses aptitudes de concepteur et de spécialiste en contrôle de la qualité. Les agences d'architectes sont capables de fournir les services spécialisés demandés par les clients pour divers types de bâtiments tels que des écoles, des hôpitaux, des immeubles à bureaux, des installations commerciales, des installations récréatives, des édifices culturels et des maisons.

Une petite agence compte un ou deux architectes enregistrés auprès d'une association professionnelle et jusqu'à 10 assistants ou plus qui peuvent être ou non des architectes pleinement qualifiés. Les architectes principaux sont habituellement des généralistes qui ont l'expérience, les connaissances et les aptitudes personnelles pour s'occuper de toutes les étapes des petits projets et des projets de taille moyenne. Un grand bureau d'architectes repose sur un ou plusieurs architectes principaux, plusieurs architectes associés ou partenaires débutants, tous des architectes enregistrés. L'agence peut employer de 50 à 200 architectes, technologues ou dessinateurs. Les grands bureaux ont à leur service ou peuvent mettre sur pied des équipes de professionnels d'autres disciplines tels que des ingénieurs en structure, des ingénieurs en mécanique, des ingénieurs en électricité ou des ingénieurs civils. Ils peuvent alors fournir l'expertise requise par les projets complexes.

Au Canada, la pratique de l'architecture est contrôlée par la profession selon les modalités de la loi provinciale. Dans chaque province, une association ou un ordre d'architectes surveille ou réglemente la pratique en contrôlant l'octroi de permis à des architectes par des exigences et des procédures d'admission et en imposant des sanctions aux membres qui transgressent les règlements d'exercice et le code d'éthique. Seuls les membres de l'association ou de l'ordre provincial peuvent s'appeler architectes ou exercer l'architecture. L'association ou l'ordre peut poursuivre pour pratique illégale quiconque essayerait d'utiliser le titre sans être qualifié. Les membres d'une association ou d'un ordre provincial peuvent devenir membre de l'Institut royal d'architecture du Canada (IRAC).

Pour devenir un architecte reconnu par un ordre provincial, les candidats doivent satisfaire aux exigences de formation, d'examen et d'expérience. Les exigences de formation consistent en un diplôme professionnel de bachelier en architecture, suivi d'un programme de trois ans d'expérience de stage surveillé en entreprise et les examens d'admission. Un candidat peut aussi satisfaire aux exigences de formation en suivant le programme Canadian Architectural Minimum Syllabus, un programme pour autodidactes permettant à un candidat de se qualifier tout en travaillant en agence. Le Conseil canadien de certification en architecture passe au crible et approuve le niveau de formation de tous les candidats. De nombreuses universités possèdent une école d'architecture au Canada : les universités de la Colombie-Britannique, de Calgary, du Manitoba, de Toronto, de Waterloo, de Montréal, l'Université Carleton, l'Université Laval, l'Université McGill, et l'Université Dalhousie (autrefois la Technical University of Nova Scotia de Halifax).

Les accords sur la mobilité prévoient pour les architectes des arrangements de reconnaissance réciproque de titres, qui peuvent inclure des dispositions pour des examens spéciaux (p. ex. où la langue ou les systèmes légaux diffèrent). Cette mobilité a été renforcée en raison de l'évolution de l'Accord du libre-échange avec les États-Unis et le Mexique, et du mouvement graduel vers des normes partagées dans la formation professionnelle en architecture et dans la notation.


Liens externes