Benedict Arnold

Participant à la campagne menée par Richard Montgomery pour envahir le Canada, Arnold mène une expédition le long des rivières Kennebec, Dead et Chaudière pour arriver en face de Québec avec 700 des 1100 hommes qui composaient ses troupes à l'origine.

Arnold, Benedict
Arnold trahit son camp parce qu'il est dé\u00e7u ne pas \u00eatre promu et d'\u00eatre accusé d'avoir utilisé son poste \u00e0 des fins personnelles, mais l'argent y est aussi pour quelque chose.

Benedict Arnold, soldat (Norwich, Conn., 14 janv. 1741 ou 1742 -- Londres, Angl. 14 juin 1801). Apprenti apothicaire, il part se joindre à une compagnie de New York engagée dans la guerre de Sept Ans. Plus tard, il crée une société de commerce à New Haven. Lorsqu'il a écho de la bataille de Lexington au début de la Révolution américaine, Arnold rassemble la milice locale et lance une attaque fructueuse contre Ticonderoga le 10 mai 1775.

Participant à la campagne menée par Richard Montgomery pour envahir le Canada, Arnold mène une expédition le long des rivières Kennebec, Dead et Chaudière pour arriver en face de Québec avec 700 des 1100 hommes qui composaient ses troupes à l'origine. Il prend le commandement lorsque Montgomery est tué dans l'attaque désastreuse des 30 et 31 décembre et campe devant Québec jusqu'à ce qu'il soit transféré à Montréal en avril. En juin, il est en pleine retraite, mais se retrouve au coeur de l'action au lac Champlain et lors de la campagne de Saratoga. Il fait chaque fois preuve d'un courage remarquable. Bien qu'il soutienne ne pas sympathiser avec la cause révolutionnaire, il trahit son camp parce qu'il est déçu ne pas être promu et d'être accusé d'avoir utilisé son poste à des fins personnelles, mais l'argent y est aussi pour quelque chose.

Il fait défection en 1780 et reçoit 6315 livres en guise de récompense, ainsi qu'une généreuse pension. Il part pour l'Angleterre en 1781 et pour Saint Jean en 1786, endroit qu'il quitte en 1791 dans un tourbillon de controverse, de rancoeur et de démêlés judiciaires. En 1798, on lui accorde une grande concession de terres dans le Haut-Canada, mais il n'y élit jamais domicile. Les réalisations militaires de cet homme ambitieux et arrogant ont été ternies par les controverses qu'il a provoquées et son nom demeure synonyme de trahison et d'infamie dans l'histoire américaine.