Auteurs-compositeurs et Composition (Canada Anglais) 1921-1954

Auteurs-compositeurs et composition (Canada anglais) 1921-1954. Plusieurs auteurs-compositeurs canadiens qui ont joui d'un succès national et international avant 1920 continuent à produire des succès après l'apparition de la radio commerciale.

Auteurs-compositeurs et Composition (Canada Anglais) 1921-1954

Auteurs-compositeurs et composition (Canada anglais) 1921-1954. Plusieurs auteurs-compositeurs canadiens qui ont joui d'un succès national et international avant 1920 continuent à produire des succès après l'apparition de la radio commerciale. William Eckstein (« Music Makes the World Go Round », 1923) et Raymond Egan (« Sleepy Time Gal », 1926) en sont deux exemples. Probablement le plus grand changement à survenir après la Première Guerre mondiale, la radio modifie le paysage de la composition de sorte que de nombreux auteurs-compositeurs sont désormais associés à des orchestres de danse. Cette nouvelle lignée d'auteurs-compositeurs est constituée de musiciens impeccables qui s'enorgueillissent d'une solide formation officielle en musique. Parmi les chefs d'orchestre canadiens qui sont également auteurs-compositeurs, nommons Percy Faith (« My Heart Cries for You », un succès important en 1951); Johny Burt (« Theme for Susan »); Art Hallman (« Just a Moment More With You ») et Mart Kenney (« We're Proud of Canada »). La très talentueuse Carmen Lombardo de Guy Lombardo and His Royal Canadians est peut-être l'auteur-compositeur canadien associé à un orchestre de danse qui ait remporté le plus de succès. Le premier titre connu est « Coquette » (1927), suivi d'au moins sept autres enregistrements à succès.

Le grand nombre de phonographes et des stations de radiodiffusion, puis de récepteurs radiophoniques dans les foyers, plus particulièrement après 1921, permettent aux auteurs-compositeurs canadiens d'atteindre un public encore plus large. Le lancement de la radio de la SRC en 1932 et, plus tard, celui du réseau de télévision de la SRC, offrent des possibilités grandissantes aux auteurs-compositeurs. Cependant, on ne peut pas encore parler d'une industrie phonographique véritablement canadienne. Par conséquent, l'exode des auteurs-compositeurs aux États-Unis se poursuit à un rythme soutenu.

Les auteurs-compositeurs canadiens derrière les succès

Bien des auteurs canadiens à l'origine de succès internationaux remportés par des vedettes du disque dans les années 1920 à 1940 demeurent méconnus. Pour les chansons « pop », le succès est défini habituellement par sa diffusion aux États-Unis. Parmi les auteurs-compositeurs canadiens qui jouissent de cette distinction nommons Elizabeth Clarke (« Bluebird on Your Windowsill », un succès de Doris Day en 1949), Ralph Freed (« How About You », 1942 et « Hawaiian War Chant »), Alex Kramer (« Far Away Places », un succès ayant occupé la deuxième place avec Bing Crosby en 1949 et « Candy », numéro un en 1945), Ruth Lowe (« I'll Never Smile Again », numéro un en 1940 avec le Tommy Dorsey Orchestra avec Frank Sinatra), Oscar Brand (« A Guy Is a Guy », un succès de Doris Day en 1952) et Will Osborne (« Pompton Turnpike », classé en troisième position en 1940, et « Between 18th and 19th on Chestnut Street », un succès de 1940 interprété par Bill Crosby).

On peut saisir la puissance et la popularité commerciales de ces chansons à succès grâce aux longues listes de chanteurs et d'orchestres qui les ont reprises. Ce n'est pas la première fois que des chansons sont enregistrées dans plusieurs versions à succès au fil des ans, garantissant à leur compositeur une reconnaissance s'échelonnant sur des décennies dans l'industrie phonographique.

Tout comme le parolier Alfred Bryan, l'auteur-compositeur prolifique Charles F. Harrison (« How Do You Do », un succès de Billy Jones en 1925) s'installe aux États-Unis et collabore à plus de 100 chansons. Ruth Freed Akst (« Rendez-vous », 1953) et son frère Ralph Freed sont connus aux États-Unis. Ralph Freed figure parmi les nombreux Canadiens (tout comme Alex Kramer), qui connaissent une carrière formidable d'auteur-compositeur pour des films à Hollywood. Plusieurs autres se font un nom dans la composition de chansons pour des spectacles de Broadway, par exemple Oscar Brand (A Joyful Noise). Brand écrit également pour des films tels que Sybil.

Beaucoup d'auteurs-compositeurs canadiens travaillent également au Royaume-Uni, comme Percy Faith, Robert Farnon, Denny Vaughan et Freddy Grant qui écrit pour Gracie Fields.

De nombreuses chansons écrites par des Canadiens, sans être d'énormes succès, sont tout de même assez connues. C'est le cas de « Cheerio » et de « Swedish Rhapsody » de Percy Faith, de « How Can You Buy Killarney » de Freddy Grant enregistrée en 1949 par Bing Crosby et de « When Moonbeams Softly Fall » (1935) d'Ernest Seitz. « Moonlight Rendez-Vous » de Denny Vaughan est un succès au Royaume-Uni.

La Deuxième Guerre mondiale
La guerre provoque une nouvelle vague de chansons patriotiques canadiennes telles que celles de Freddy Grant (« They All Call It Canada (But I Call It Home) » et « You'll Get Used To It »), d'Albert E. MacNutt (« We'll Win the War With Wings ») et de Felix Lewis (« We're the Canucks »). Ernest Dainty et Gordon V. Thompson collaborent à « Carry On » qui est choisie par Guy Lombardo. Des rôles dans des spectacles pour les forces armées tels que Meet the Navy et The Army Show débouchent dans plusieurs cas sur des carrières d'auteur-compositeur. « That's an Order From the Army » de The Army Show (écrit par Johnny Wayne et Frank Shuster en 1943) devient populaire. Certaines chansons patriotiques plus vieilles interprétées par des Canadiens sont reprises pendant la Deuxième Guerre mondiale, comme « 'Til We Meet Again ».

Les chansons à thème et régionales
De nombreux auteurs-compositeurs, bien que ne produisant pas de succès au sens de l'industrie phonographique, créent des chansons populaires qui témoignent d'événements historiques ou expriment un caractère régional : Otto Kelland (« Let Me Fish Off Cape St. Mary's »), Robert Gard (« Ballad of the Frank Slide », 1949), Arthur Scammell (« Squid-Jiggin Ground », 1928) et bien d'autres. Ces chansons revêtent le statut de musique folk et survivent grâce à la tradition orale. « Saskatchewan » de Billy O'Connor est interprétée aussi aux États-Unis sous le titre « Washington ».

La musique country
Les années 1930 voient l'éclosion de la musique country canadienne et l'entrée d'auteurs-compositeurs tels que Hank Snow et Wilf Carter dans le marché nord-américain. « My Swiss Moonlight Lullabye » (1932) de Carter est considérée comme la première chanson à succès enregistrée au pays. « Blue Velvet Band » (1937) de Snow, enregistrée par RCA Victor à Montréal, est un succès, tout comme « My Filipino Rose » (interprétée par le chanteur country américain Ernest Tubb, 1949). Snow connaît un succès fulgurant aux États-Unis en 1950 avec « I'm Movin' On » (un succès classé au premier rang pendant 21 semaines); la chanson est reprise depuis par d'innombrables chanteurs. Bob Nolan, auteur-compositeur et acteur prolifique, compose les classiques du country et du western « Tumblin' Tumbleweeds » et « Cool Water ». Stu Davis, moins connu, écrit la chanson à succès d'Eddy Arnold (1948) « What a Fool I Was ».

Les associations d'auteurs-compositeurs
En 1925, la Canadian Performing Rights Society est créée pour gérer les redevances de représentation publique des compositeurs et des paroliers; elle devient la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) en 1945. En 1940, BMI Canada est fondée pour lui faire concurrence. Geoffrey O'Hara et Alex Kramer s'adressent aux auteurs-compositeurs canadiens à titre de membres du conseil de l'ASCAP dans les années 1940 et 1950.

La venue du rock
Le Canada entre dans l'ère du rock and roll en 1954 avec l'enregistrement de « Crazy 'Bout You Baby » des Crew-Cuts, écrite par Rudy Maugeri et Pat Barrett, membres des Crew-Cuts.

Voir aussi : Auteurs-compositeurs et composition (Canada anglais) avant 1921; Auteurs-compositeurs et composition (Canada anglais) 1954- années 2000; Musique folklorique, canadienne-anglaise; Chants patriotiques; Jazz; Musique country; Rock; Musique populaire, anglo-canadienne; Mélodie; Chanson au Québec; Chansons de sinistres.

Bibliographie

Edward MOOGK, Roll Back the Years : History of Canadian Recorded Sound and Its Legacy (Ottawa 1975).

Jack LITCHFIELD, Canadian Jazz Discography: 1916-1980 (Toronto 1982).

Martin MELHUISH, Heart of Gold: 30 Years of Canadian Pop Music (Toronto 1983).

Timothy J. MCGEE, The Music of Canada (Markham, Ont. 1985).

Canadian Musical Heritage Society, Songs I to English Texts, Vol. 3 (Ottawa 1985).

Canadian Musical Heritage Society, Songs IV to English Texts, Vol. 14 (Ottawa 1993).

W. Ray STEPHENS, The Canadian Entertainers of World War II (Oakville 1993).

Martin MELHUISH, Oh What a Feeling: A Vital History of Canadian Music (Kingston, Ont. 1996).

Nicholas JENNINGS, Before the Gold Rush: Flashbacks to the Dawn of the Canadian Sound (Toronto 1998).

Greg POTTER, Hand Me Down World: The Canadian Pop-Rock Paradox (Toronto 1999).


Lecture supplémentaire

  • Moogk, Edward. Roll Back the Years: History of Canadian Recorded Sound and Its Legacy (Ottawa 1975)

    Litchfield, Jack. Canadian Jazz Discography: 1916-1980 (Toronto 1982)

    Melhuish, Martin. Heart of Gold: 30 Years of Canadian Pop Music (Toronto 1983)

    McGee, Timothy J. The Music of Canada (Markham, Ont, 1985)

    Canadian Musical Heritage Society. Songs I to English Texts, vol 3 (Ottawa 1985)

    Canadian Musical Heritage Society. Songs IV to English Texts, vol 14 (Ottawa 1993)

    Stephens, W. Ray. The Canadian Entertainers of World War II (Oakville 1993)

    Melhuish, Martin. Oh What a Feeling: A Vital History of Canadian Music (Kingston, Ont, 1996)

    Jennings, Nicholas. Before the Gold Rush: Flashbacks to the Dawn of the Canadian Sound (Toronto 1998)

    Potter, Greg. Hand Me Down World: The Canadian Pop-Rock Paradox (Toronto 1999)

Liens externes