Baldoon

Le représentant de Selkirk, le shérif Alexander C. Macdonell, lutte de nombreuses années, et à grand frais pour le comte, pour la réussite du projet. Mais il s'aperçoit que les terres marécageuses et les difficultés d'y élever des moutons constituent de sérieux obstacles.

Selkirk, Thomas Douglas
Les motifs qui animent le comte de Selkirk \u00e0 fonder des colonies \u00e0 l'\u00cele-du-Prince-\u00c9dourd, dans le Haut-Canada et \u00e0 la rivi\u00e8re Rouge, sont un mélange complexe d' humanitarisme et d'ambition personnelle (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/C-1346).

Baldoon

Baldoon, colonie du Haut-Canada, fondée en 1804 par le comte de Selkirk pour des écossais des Highlands et située sur un terrain marécageux de la rive nord du lac Sainte-Claire, le long du chenal Écarté, près de Wallaceburg en Ontario. Selkirk choisit l'endroit pendant un voyage au Haut-Canada en 1803 et 1804 à cause de son isolement et de son emplacement apparemment stratégique, et lui donne le nom du domaine patrimonial récemment vendu en Écosse. Il projette d'y établir une grande ferme d'élevage de moutons. Le 19 juillet 1804, un groupe de 102 colons atteint Lachine, au Bas-Canada, à bord de l'Oughton, et poursuit sa route par voie terrestre jusqu'à Baldoon, où il arrive durant la saison annuelle du paludisme. Bon nombre de colons rejoignent bientôt les rangs des malades du premier groupe mené par William Burn, qui succombe à la maladie.

Le représentant de Selkirk, le shérif Alexander C. Macdonell, lutte de nombreuses années, et à grand frais pour le comte, pour la réussite du projet. Mais il s'aperçoit que les terres marécageuses et les difficultés d'y élever des moutons constituent de sérieux obstacles. Les problèmes de Macdonell, doublés du manque d'enthousiasme des autorités du Haut-Canada pour le projet de Selkirk, incitent ce dernier à concentrer ses efforts sur la colonie de la rivière Rouge. Baldoon survit difficilement jusqu'à la guerre de 1812, au cours de laquelle la ferme de Selkirk est détruite par l'armée américaine du général Isaac Hull. Bien que cela signifie la fin de la colonie, certains des premiers Highlanders demeurent dans la région.