Bataille

Bataille. Oeuvre musicale de type descriptif inspirée par la guerre. Connue à l'origine sous le nom de Battaglia, elle fut populaire du XVe siècle au début du XIXe siècle. La Victoire de Wellington (1813) de Beethoven en constitue un exemple tardif.

Oeuvre musicale de type descriptif inspirée par la guerre. Connue à l'origine sous le nom de Battaglia, elle fut populaire du XVe siècle au début du XIXe siècle. La Victoire de Wellington (1813) de Beethoven en constitue un exemple tardif. Le Canada peut se féliciter de n'avoir jamais été le théâtre de guerres importantes, mais il existe au moins trois oeuvres descriptives de ce genre et dignes d'intérêt pour les Canadiens.

Siege of Quebec
Son compositeur, Franz Koczwara (v. 1750-1791), musicien tchèque qui vivait à Londres au moment de sa mort, avait obtenu un grand succès avec sa Battle of Prague (v. 1788). Il entreprit donc une autre oeuvre du même genre, qu'il incomba cependant à W.B. de Krifft de terminer après le décès de Koczwara. Siege of Quebec (Bland v. 1791) est une « sonate pour le clavecin ou le pianoforte avec accompagnements de violon, violoncelle et timbales ad libitum », dédiée aux « Officiers & c [etc.] engagés dans ce glorieux service, le 10 septembre 1759 ». L'oeuvre commence par une chanson qu'affectionnait le général Wolfe et qui lui avait été chantée la veille de sa mort. Après une marche lente, les trompettes et les tambours donnent le signal de l'attaque, les soldats britanniques entonnent un air national (tiré de Bonduca de Purcell) et la bataille s'engage. De Krifft prit la relève au moment où l'artillerie lourde escalade la falaise. D'autres indications dans la partition précisent la nature des effets à obtenir : les canons font feu et les épées s'entrechoquent, on se lamente sur le sort des blessés, puis une autre escarmouche s'amorce, mais les trompettes annoncent un « drapeau blanc réclamant la capitulation ». On pleure ensuite la mort du général Wolfe et de ses hommes; il s'ensuit une marche de la victoire et une « réjouissance générale ». En prévision d'une exécution à Québec le 1er juillet 1806, on décrivit l'oeuvre dans le Mercury comme « une pièce splendide et grandiose (pleine du feu de l'action) ». Les Ten Centuries Concerts la reprirent le 9 décembre 1962 dans un arrangement de Beckwith, Kallmann et Schafer. Cette exécution fut accompagnée de diapositives en couleurs de tableaux historiques. Le Trio Nouvelle-France (Ensemble Nouvelle-France) donna également la partition originale, sans la percussion, à l'occasion d'une tournée JMC en 1978-79 et, avec la percussion, sur le micr. RCI 500. « The Attack » et « March of Victory », arrangés par Albert Furey, figurent sur un micr. de la musique centrale des Forces canadiennes (London SW-99559).

The Charge at Batoche

The Charge at Batoche, « chanson descriptive » de J.W. Bengough (paroles) et de Barton Browne. Le sujet de cette « scène » musicale est le combat entre les effectifs métis de Louis Riel et les troupes gouvernementales dirigées par le général Middleton, le 11 mai 1885, pendant la Rébellion du Nord-Ouest. La bataille est illustrée de façon pittoresque par des dessins accompagnant la partie de piano. Le dossier Riel de Jackdaw, publié par Clarke Irwin (Toronto 1967), comprend les paroles et l'enregistrement d'une version abrégée.

The Battles of Lake Champlain and Plattsburg

Grande sonate pour piano de Francesco Masi, composée à Boston en 1812 pour célébrer une victoire amér. pendant la guerre de 1812.

On ignore si la Chateauguay March (1813) de F.-H. Glackemeyer, dont le manuscrit a été perdu, contenait une musique descriptive. On trouve dans Leo, the Royal Cadet un passage intitulé « Battle Music » décrivant un combat contre les Zoulous. Voir aussi Guerres, rébellions et soulèvements, Histoire du Canada dans la musique.