Bédard, Hubert

Hubert (François) Bédard. Facteur et restaurateur d'instruments anciens à clavier, claveciniste, organiste (Ottawa, 28 décembre 1933 - Brignoles, France, 16 juin 1989). Après avoir commencé des études de médecine à Ottawa, il décida de se consacrer à la musique.

Bédard, Hubert

Hubert (François) Bédard. Facteur et restaurateur d'instruments anciens à clavier, claveciniste, organiste (Ottawa, 28 décembre 1933 - Brignoles, France, 16 juin 1989). Après avoir commencé des études de médecine à Ottawa, il décida de se consacrer à la musique. Il étudia au CMM (1957-59) avec Kenneth Gilbert (clavecin) et Bernard Lagacé (orgue), puis se rendit à Vienne (1960-61) pour parfaire sa formation de claveciniste avec Isolde Ahlgrimm et Eta Harisch Schneider. En travaillant avec Gustav Leonhardt à Amsterdam (1961), l'idée lui vint de chercher à retrouver les sonorités d'autrefois. Pour ce faire, il étudia la facture de clavecins à Boston chez Frank Hubbard (1962-66). Quand ce dernier fut prié d'aller évaluer l'ampleur des travaux à entreprendre au Musée instrumental du Cons. de Paris, il se fit accompagner de Bédard qui demeura en France à titre de dir. de l'atelier de restauration de ce musée à compter de 1967.

Le musée des instruments anciens de Bruxelles, les musées d'Amiens, de Besançon et de Chartres, ainsi que la ville d'Anvers, ont confié à Bédard de précieux instruments. Des clavecinistes comme Laurence Boulay, Huguette Dreyfus et Huguette Grémy-Chauliac, ainsi que les conservatoires de Bruxelles et de Paris lui ont commandé des clavecins. Pour la maison d'édition Heugel, il conçut une épinette, puis un clavecin français et un clavecin italien selon le style et les méthodes de travail utilisés au XVIIe ;siècle. En outre, il donna de nombreuses conférences en Europe sur la lutherie et la musique ancienne, et participa comme exécutant et conférencier à des émissions radiophoniques. Les télévisions belge, canadienne et française ont enregistré des émissions dans son atelier du château de Maintenon. Bédard était considéré comme une autorité dans la restauration des instruments anciens à clavier (plus de 60 restaurés au moment de sa mort), la fabrication d'authentiques copies d'anciens et la « construction chez soi » (« kits ») d'instruments d'époque. Il fut membre d'une commission internationale de l'Unesco pour la préservation des instruments anciens et reçut la médaille d'Anvers en 1970. Avec Félia Bastet, il a traduit de l'anglais au français l'ouvrage monumental de Frank Hubbard, Le Clavecin. Trois siècles de facture (Nogent-le-Roi, France, 1982). Au lendemain de sa mort, son collègue et ami Reinhard von Nagel écrivait : « L'action de ce Canadien, qui s'était fixé en France en 1967, fut déterminante pour le renouveau de la facture dans notre pays » (Le Monde, Paris, 22 juin 1989). Bédard a enregistré les Suites nos 4, 7, 8 et 11 de Georg Boehm, ainsi que celles en fa majeur et sol mineur de Louis Couperin (1964, Pirouette et Janus JAS-19019). Il était un cousin germain de Gilles Potvin.


Lecture supplémentaire

  • Conquer, Thérèse. 'Hubert Bédard: à la recherche de sons d'antan,'' CMB, 8, Spring-Summer 1974

    Laurier, Marie. 'Hubert Bédard, facteur de clavecins anciens,' Montréal, Le Devoir, 8 Jan 1985