Jardin botanique

Ce qui constitue véritablement un jardin botanique est source de débats parmi les professionnels. Selon la vision très classique, un jardin scientifique de cette sorte doit être associé à une université dans le but de remplir ses objectifs en tant qu'unité d'enseignement et de recherche.

Montréal, jardin botanique de
(Corel Professional Photos)
Chutes Niagara, Jardin botanique des
Établi en 1936, le Jardin botanique des parcs du Niagara est le seul collège qui offre une formation en horticulture au Canada ainsi que la pension à ses étudiants (avec la permission de la Commission des parcs du Niagara).
Sun Yat-Sen Garden
Le Sun Yat-Sen Garden est le seul jardin chinois authentique dans la tradition \u00ab Ming \u00bb aménagé à l'extérieur de la Chine (avec la permission du Dr Sun Yat-Sen Classical Garden).
Jardin de rocaille
Le jardin de rocaille des Jardins botaniques royaux à Hamilton, en Ontario (photo d'Ann Milovsoroff).\r\n\r\nLe jardin de rocaille des Jardins botaniques royaux à Hamilton, en Ontario (photo d'Ann Milovsoroff).\r\n\r\n

Jardin botanique

Un jardin botanique diffère d'un parc public ou d'un parc d'exposition (p. ex. les Butchart Gardens, en Colombie-Britannique) en ce qu'il inclue une collection documentée de plantes herbacées ou ligneuses servant à la recherche scientifique ou à l'enseignement. La disposition des plantes dans un jardin botanique se fait souvent selon une séquence d'évolution botanique, ou par origine géographique, par utilisation particulière ou par fonction. Si la collection est principalement composée de plantes ligneuses, on peut l'appeler arboretum.

Ce qui constitue véritablement un jardin botanique est source de débats parmi les professionnels. Selon la vision très classique, un jardin scientifique de cette sorte doit être associé à une université dans le but de remplir ses objectifs en tant qu'unité d'enseignement et de recherche. Une telle définition réduirait le nombre de jardins botaniques à seulement quatre au Canada (U. de la Colombie-Britannique, U. de l'Alberta, U. Laurentienne et la Memorial University of Newfoundland).

D'une autre part, plusieurs sociétés se sont formées autour de collections privées, s'affichant elles-mêmes comme jardins botaniques même si elles n'emploient pas d'horticulteur, et fonctionnent uniquement avec des bénévoles à temps partiel. De tels jardins se limitent souvent à un plan. Une interprétation acceptable d'un jardin botanique tombe quelque part entre deux extrêmes, et comprend certains beaux jardins botaniques associés à des municipalités. Les jardins canadiens font partie de l'American Association of Botanical Gardens and Arboreta et participent à l'Association internationale des jardins botaniques.

Premiers jardins botaniques

Les premiers jardins d'herbes médicinales ont été créés par les médecins et les étudiants en médecine pour cultiver des plantes aux propriétés médicinales ou pharmaceutiques. Les jardins consacrés à des études plus approfondies des plantes, incluant celles d'importance horticole et économique, ont été créés en Italie, à Pise (1543) et à Padoue (1545). Peu après, des jardins botaniques s'établissaient à Leipzig, en Allemagne (1580); à Leyden, en Hollande (1587); et à Montpellier, en France (1593).

Aux 17e et 18e siècle, on a fondé plusieurs jardins dans le but d'observer scientifiquement les nouvelles plantes introduites en Europe. Les gouvernements voyaient le potentiel de développement de la culture de ces plantes. L'importance des jardins botaniques dans l'introduction de nouvelles plantes cultivées est démontrée par le Royal Botanic Garden, à Kew, en Angleterre (créé en 1759), qui a été le premier jardin à cultiver le caoutchouc, la banane, le thé, l'ananas, le café et le cacao.

Beaucoup de jardins botaniques continuent à introduire de nouvelles plantes, principalement les variétés intéressantes sur le plan économique ou ornemental (voir Plantes ornementales). La tradition de la taxonimie botanique (classement et identification des plantes) se perpétue, et de récentes études écologiques ont permis une meilleure compréhension des ressources des plantes, particulièrement celles des plantes en voie de disparition et rares.

Développement des jardins botaniques au Canada

Le premier jardin botanique a été créé en 1861 par George Lawson au Queen's College (maintenant l'Université Queen) à Kingston, en Ontario, mais il a existé seulement jusque dans les années 1870. En 1886, on adoptait la Loi sur les stations agronomiques du ministère fédéral de l'Agriculture et, un an plus tard, on inaugure un arboretum et un jardin botanique à l'ancienne Ferme expérimentale centrale, à Ottawa. Le ministère a créé plus tard d'autres jardins axés sur la recherche et l'exposition dans d'autres centres.

Le deuxième jardin botanique universitaire a été établi à Vancouver par John Davidson, en 1916. Il continue à prospérer comme une unité autonome d'enseignement de l'U. de la Colombie-Britannique. Avant la Deuxième Guerre mondiale, la ville de Montréal a créé son Jardin Botanique, qui est maintenant l'un des plus importants au monde. Les Jardins botaniques royaux de Hamilton ont été créés en 1941. La période d'après-guerre a vu plusieurs nouveaux jardins se développer en raison de l'accroissement des centres de population. Ci-dessous, une revue de certains jardins botaniques du Canada.

Colombie-Britannique

Le jardin botanique de l'U. de la Colombie-Britannique (44,5 ha), qui comprend les « Nitobe Memorial Garden », « Lohbrunner Alpine Garden », « Asian Garden » et « BC Native Garden », exploite un programme d'introduction de plantes pour l'industrie des pépinières et un programme éducatif de recherche intense. Le « Van Dusen Botanical Display Garden » (créé en 1972, superficie de 22 ha), exploité par le Vancouver Board of Parks and Recreation, se spécialise dans l'exposition de plantes ornementales et offre des programmes pédagogiques de concert avec la Vancouver Botanical Garden Association.

Alberta

Le Devonian Botanic Garden de l'U. de l'Alberta, à Edmonton (créé en 1959, superficie de 77 ha), consacre une attention particulière aux plantes indigènes et alpines et mène une recherche sur la rusticité des plantes vivaces ornementales d'ornementation et des plantes ligneuses.

Ontario

Les Jardins botaniques royaux, à Hamilton (809 ha), comprennent un ensemble de beaux jardins aménagés à l'intérieur d'un environnement de boisés naturels. Ce sont : le Katie Osborne Lilac Garden, le jardin des iris, le jardin centenaire des roses, le jardin de rocailles et le jardin des annuelles. Les jardins possèdent d'importantes aires naturelles extensives et dirigent des programmes de recherche et de pédagogie.

L'arborétum et le jardin botanique d'Agriculture Canada, à Ottawa (créés en 1887, superficie de 55 ha), possèdent certains des plus vieux spécimens de plantes ligneuses cultivées au Canada qui ont été et reconnues pour leur rusticité. Il y a aussi des jardins de haies, de roses et de rocailles, ainsi que des jardins expérimentaux de plantes annuelles et vivaces. Le jardin botanique de l'U. Laurentienne, à Sudbury (créé en 1972, superficie de 7 ha), se spécialise dans les plantes indigènes de la région.

Québec

Québec Créé en 1931 par le frère Marie-Victorin, le Jardin botanique de Montréal (superficie de 75 hectares) est géré par la Ville de Montréal. Il possède dix serres d'exposition et une trentaine de jardin thématiques. Dans les serres on trouve des collections de broméliacées, d'orchidées, de fougères, de gesnériacées, d'aracées, de cactus et autres plantes grasses. Parmi les jardins extérieurs, mentionnons un impressionnant Jardin de Chine (1991) le plus grand du genre hors d'Asie, un jardin japonais (1989), une roseraies (1976) comprenant plus de10 000 rosiers, un jardin alpin (1936), un jardin de plantes économiques, etc. Le Jardin botanique de Montréal possède aussi une importante collection de bonsas japonais et de penjings chinois. De plus, le site comprend un vaste arboretum où l'on trouve la Maison de l'arbre, un centre d'interprétation sur l'arbre et les forêts. L'Insectarium de Montréal, un musée dédié aux insectes, est aussi présent sur le site.

Terre-Neuve

Le Oxen Pond Botanic Park de la Memorial University of Newfoundland, à St. John's (créé en 1972, superficie de 34 ha), comporte des jardins d'exposition spécialisés, y compris un jardin pour attirer les papillons, situé dans un cadre de boisé naturel.


En savoir plus

Liens externes