Brault, Cédia

Cédia Brault. Mezzo-soprano (Sainte-Martine, près Montréal, 4 janvier 1894 - Montréal, 27 juin 1972). Soeur de Victor Brault, elle fit ses premières études vocales avec Céline Marier (1911-18) puis travailla avec Salvator Issaurel (1918-19).

Brault, Cédia

Cédia Brault. Mezzo-soprano (Sainte-Martine, près Montréal, 4 janvier 1894 - Montréal, 27 juin 1972). Soeur de Victor Brault, elle fit ses premières études vocales avec Céline Marier (1911-18) puis travailla avec Salvator Issaurel (1918-19). Elle étudia aussi l'harmonie avec Rodolphe Mathieu (1918-20). Elle fit ses débuts dans le rôle titre de Carmen les 19 et 21 novembre 1918 au Monument national, aux côtés de Sarah Fischer (Micaëla), Ulysse Paquin (Escamillo) et Victor Desautels (Don José). Elle épousa ce dernier en 1920. Dans Le Canada musical du 7 décembre 1918, C.-O. Lamontagne écrivit : « Pour un début, Cédia Brault s'est posée tout de suite en comédienne de talent, en artiste de belle promesse. Son organe est très ample dans le grave, très puissant à l'aigu - certaines notes exagérées - et le medium est d'un beau timbre. La prononciation est très nette. Mlle Brault a eu de beaux moments; elle a soutenu le rôle de Carmen jusqu'au bout, sans aucune faiblesse. » Ce rôle devint un des meilleurs de l'artiste. Elle le chanta fréquemment tant au Canada qu'aux États-Unis. À Montréal, elle chanta par la suite le rôle titre de Mignon et Charlotte de Werther (1919) ainsi que d'autres rôles. Elle fut Hérodiade lors de la création de Jean le Précurseur de Couture (1923). En 1922, elle chanta en concert à Montréal Samson et Dalila avec le ténor Émile Gour. Elle reprit ce rôle l'année suivante à Worcester, Mass., avec l'OS de Boston dirigé par Pierre Monteux. À New York et dans d'autres villes des É.-U., elle participa aux représentations de la Manhattan Opera Company et de la Russian Opera Company où ses succès furent marqués, principalement dans le rôle de Carmen.

La carrière de Cédia Brault fut tout aussi remarquable au concert. Dès 1918, elle chanta à Québec, en première canadienne, les Proses lyriques de Debussy avec Léo-Pol Morin au piano, et elle les reprit l'année suivante à Montréal. Elle fut l'une des premières à chanter au Canada les oeuvres de Ravel, Casella et Milhaud, notamment les Poèmes juifs de ce dernier qu'elle chanta avec le compositeur au piano (1926). Après l'avoir entendue à Montréal en 1928, Ravel déclara : « Je suis heureux de trouver au Canada une interprète aussi fidèle de mes Chansons madécasses. » Avec Morin et Robert Imandt, violoniste, elle participa en 1927 à un festival Debussy à l'hôtel Windsor de Montréal. Elle participa aussi aux festivals du CP à Québec (1927, 1928). Ses récitals la conduisirent un peu partout au Canada ainsi qu'à Paris (salle Pleyel) et à Londres (Aeolian Hall) en juin 1931. Elle fit ses adieux le 30 juin 1939, chantant en plein air le rôle de Carmen, au Chalet du Mont-Royal à Montréal, devant plus de 6000 spectateurs.

Son mari, Victor Desautels (Montréal, 23 mars 1893 - 11 avril 1970), fut un élève de Salvator Issaurel et un ténor très actif à Montréal dans les années 1920. Il organisa de nombreux spectacles lyriques. La musicologue Andrée Desautels est leur fille.