Brégent, Michel-Georges

C'est en autodidacte que Brégent entreprend, en 1965, la composition du premier volet pour orgue d'une vaste fresque biblique en quatre parties, Les Testaments.

Brégent, Michel-Georges

Brégent, Michel-Georges

Michel-Georges Brégent. Compositeur, claviériste (Montréal, 29 janvier 1948 - Montréal, 4 septembre 1993). De 1967 à 1970, il étudie au Conservatoire de musique du Québec à Montréal avec Gilles Tremblay (composition), Jean Laurendeau (ondes Martenot), Raoul Sosa (piano) et Irving Heller (lecture à vue). Au nombre des instruments qu'il a maîtrisés, citons l'orgue, le piano électrique, le Mellotron et le synthétiseur. Avec son frère Jacques, et à l'occasion avec d'autres musiciens, il forme le groupe Brégent (1972-1975, 1978-1980), qui se voue principalement à l'interprétation musicale d'oeuvres de poètes français et québécois. Les deux frères graveront deux microsillons, Poussière des regrets (1973, RCA PCS 4021) et Partir pour ailleurs (1978, Cam. CML 2003). À l'automne 1973, Brégent se rend à Paris grâce à une bourse du Conseil des Arts du Canada. Il y vit jusqu'en 1978, travaillant comme accompagnateur à des spectacles de Lewis Furey (1974). De 1975 à 1979, il jouera dans le duo Dionne-Brégent avec Vincent Dionne.

C'est en autodidacte que Brégent entreprend, en 1965, la composition du premier volet pour orgue d'une vaste fresque biblique en quatre parties, Les Testaments. En 1985, le réseau anglais de la SRC lui commande l'oeuvre radiophonique Atlantide avec laquelle la chaîne de radiodiffusion remportera en 1985 la première mention spéciale du Prix Italia. En 1987, l'oeuvre Trad-sens concertio est jouée en première, dans une version abrégée, par Louis-Philippe Pelletier et l'Orchestre symphonique de Montréal, qui l'avait commandée. La même année, Brégent est nommé compositeur en résidence de La Compagnie d'opéra canadienne qui, en 1988, joue en première son opéra de chambre Réalitillusion. Le 26 mai 1994, la Société de musique contemporaine du Québec lui consacre un concert à la salle Pierre-Mercure. Il a été membre de la Ligue canadienne des compositeurs et compositeur agréé du Centre de musique canadienne. Il a épousé la pianiste Christina Petrowska .

Selon Harry Halbreich, réputé musicographe belge, Brégent était « le mystique visionnaire qu'une intelligence aiguë mène en toute sécurité à l'assaut des plus folles utopies... l'homme des structures complexes, de la virtuosité instrumentale au service d'une expression généreuse et flamboyante » (Le Monde de la musique, octobre 1984).

Discographie (sélection)

Brégent - Walter Boudreau. Atlantide/Golgot(h)a. 1992. C. Petrowska-Quilico piano. Independent IMSO 9201

Hommage à Michel-Georges Brégent. 1995. Ensemble SMCQ. Analekta ANC 20902

Brégent - Messaien - Boulez - Saint-Marcoux. Gems with an Edge. C. Petrowska-Quilico piano. 2003. Welspringe WEL 0007

16 Portraits: Music of Michel-Georges Brégent. C. Petrowska-Quilico piano. 2005. Centrediscs CMCCD 10805

Dionne - Brégent. 2006. Independent. XXI 21548

Grandeur. 2006. Independent OMBU 1003

Compositions (sélection)

Théâtre et musique électronique
Conjugaison : 1968, 1971, 1981; 3 p, 2 p préparés, bande, éclairage, public; ms.

Atlantide : 1985; 6 vx, 41 ex, ordinateur, bande; ms.

Réalitillusion (Brégent) : 1988; 2 sop, mezzo, tén, 2 bar, 5 ex; ms.

Soliste et orchestre
Trad-sens concertio : 1987; p, grand orch; ms.

Concierti-flamenco : 1988; guit, orch; ms.

Les Testaments : 1987-90; org, ch, orch; ms.

Musique de chambre
Introspection : 1968; org, 3 tpt, perc, rév 1981-88 pour org, ch, orch; ms.

Contes pour enfants : 1978; hmca, guit; ms.

Dilmun eden : quatre règnes dans l'évolution terrestre : 1981 (rév 1985); fl, ht, hp, perc, vn, al, cb; ms.

Sur mesures : 1977-81; vn, guit; ms.

Mitzvot en vue de l'omniprésence divine : 1982; 3 quat sax (quat sax, bande); ms.

La Remontée d'Adanac O, le salmo salar : 1982; pt orch; ms.

Breathing : 1984; 2 acc (acc, bande); ms.

Melorythmharmundi : 1984; fl, cl, sax, perc, p, vc, guit; ms.

Variations parallèles : 1984; ondes M, p; ms.

Popsi marcia « Densi-dimensio » : 1987; 4 tpt, 4 cors, 2 tb, 2 tubas, 4 perc; ms.

Clavier
Grande toccate-sonate barbare : 1965 (rév 1988); p; ms.

Les Testaments : 1966; org; ms.

Paysage : 1967 (rév 1986); p; ms.

Liage 5 : 1968 (rév 1981); org 4 mains; ms.

Geste : 1970; p; ms; RCI 409 (Petrowska).

Zeitstreben : 1971; org; ms.

Portraits : 1966-88; p; ms.

Choeur ou voix
Between Innocence and Experience (W. Blake) : 1975; basse, clavr, perc; ms.

Sapho, trois poèmes d'amour (Sapho) : 1979; sop, fl, guit; ms; RCI 497 (P. Vaillancourt).

Ritornella, la roue cosmique : 1980; 19 sol, SATB; ms.

Henri Mutsaers libratina (Brégent) : 1983; sop, cor, vn, al; ms.

Swiato: un pas vers la lumière « In memoriam Claude Vivier » (Platon, C. Vivier) : 1984; réc facultatif, basse, sop, mezzo, pt orch; ms.

Aussi des oeuvres en collaboration avecV. Dionne et le Groupe des sisses (voir W. Boudreau).

Écrits
« L'Unité en réponse à la répression », Sortir (Montréal 1978).

Bibliographie

Christina PETROWSKA-BRÉGENT, The Concept of 'Geste', CaCM, 9 (aut.-hiv. 1974).

Christine L'HEUREUX, « Michel-Georges Brégent : un musicien aux multiples visages », ScM, 301 (mai-juin 1978).

PRO Canada Ltd. « Michel-Georges Brégent », pamphlet 1984

Bougouin, François. « Un adieu à Michel-Georges Brégent », SOCAN, Nov 1993