Canadian Brass

Canadian Brass. Quintette de cuivres constitué en 1970 sous le nom de Canadian Brass Ensemble. D.Mus. h.c. (Hartwick College) 1993, D.Mus. h.c. (New England Conservatory of Music) 1993, D.ès L h.c. (McMaster) 2000.

Canadian Brass

Canadian Brass. Quintette de cuivres constitué en 1970 sous le nom de Canadian Brass Ensemble. D.Mus. h.c. (Hartwick College) 1993, D.Mus. h.c. (New England Conservatory of Music) 1993, D.ès L h.c. (McMaster) 2000.

Les membres d'origine de l'ensemble Canadian Brass sont Stuart Laughton (St. Catharines, 19 août 1951) et William Phillips, trompettes; Graeme Page, cor (Toronto, 8 septembre 1947); Eugene Watts, trombone (Warrensburg, Mo., 22 février 1936; auparavant trombone solo du Toronto Symphony) et Charles Daellenbach, tuba (Rhinelander, Wisc., 12 juillet 1945; Ph.D., Eastman School of Music, Rochester, 1970; ancien professeur à l'Université de Toronto). En 1971, le nom de l'ensemble devient simplement Canadian Brass.

Changements de personnes

Ronald Romm (New York, 4 décembre 1946; diplômé de la Juilliard School et ancien membre de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles) prend la relève de Laughton à la trompette de 1971 à 2000. En 1972, Fredric Mills (Guelph, 15 mars 1935; diplômé de l'école Juilliard et ancien membre du Houston Symphony Orchestra et de l'American Symphony Orchestra, sous la direction de Leopold Stokowski, et de l'Orchestre du Centre national des arts) succède à Phillips jusqu'en 1996. En 1983, Martin Hackleman (ancien membre de l'Orchestre philharmonique de Calgary et de l'Orchestre (de chambre) de la SRC à Vancouver et auparavant cor français solo de l'Orchestre symphonique de Vancouver), remplace Graeme Page. En 1986, David Ohanian (ancien membre du Boston Symphony Orchestra) prend la place de Hackleman jusqu'en 1998.

D'autres changements ont lieu aux postes de trompettistes et de cors français. Les derniers trompettistes sont Ryan Anthony (2000-2003) et Stuart Laughton (membre fondateur qui revient en 2003); au poste de seconde trompette se succèdent Jens Lindeman (1996-2001), Joe Burgstaller (2001-2004) et Charles Lazarus (depuis 2005). En 2006, plusieurs membres se partagent les postes de trompette, incluant Manon Lafrance, la première femme membre de l'orchestre. Plus tard, les plus récents joueurs de cor français seront Chris Cooper (1998-2000), Jeff Nelsen (2000-2004) et Bernhard Scully (depuis 2005).

De 1970 à 1977

En 1970, le Canadian Brass effectue une tournée ontarienne pour Prologue to the Performing Arts et devient en 1971 groupe résident à l'Orchestre philharmonique de Hamilton. Bien qu'ils se soient établis à Toronto en 1976, les musiciens n'en continuent pas moins à faire partie de l'orchestre de Hamilton jusqu'en 1977. Ils sont également artistes-en-résidence à la Banff School of Fine Arts en 1975 et 1976 et participent à de nombreux programmes d'été de cette institution. Lors de sa première tournée européenne en 1972, le quintette donne un concert avec les Festival Singers au Festival de Harrogate en Grande-Bretagne et au Festival de Lucerne en Suisse. Il fait sa première tournée au Canada en 1975 et aux États-Unis en 1976. Le Canadian Brass se produit également sous les auspices du ministère des Affaires extérieures au Festival estival de Paris 1974, au Kennedy Center de Washington (1976) et lors d'une tournée en Chine (1977), où il présente 10 concerts devant une assistance totale de 15 000 personnes et participe à six émissions à Radio Pékin (premier ensemble de l'Occident ayant cet honneur). Plus tard cette année-là, il se produit en Angleterre, en France, en Allemagne et en Italie, ainsi qu'en Union soviétique (avec le Choeur Mendelssohn de Toronto). L'ensemble se fait entendre à la télévision de la SRC dans le cadre d'un spectacle pour enfants, « Canadian Brass » (29 mars 1976), à l'émission hors série « Brass-A-Ma-Tazz » (28 novembre 1976), à la populaire émission pour enfants « Sesame Street » (1979), et il se produit également aux émissions « The Muppet Show », « The Tonight Show », ainsi qu'à ses propres émissions hors série à la télévision. Durant l'été 1976, l'ensemble inaugure le festival des Jeunesses Musicales du Canada au Centre d'arts d'Orford.

De 1978 à 1986

À ses débuts avec le Toronto Symphony en 1978, Canadian Brass exécute la transcription de Gary Kulesha du Concerto en fa pour orgue op. 4 no 4 de Haendel. Lors de ses débuts new-yorkais à l'Alice Tully Hall du Lincoln Center (6 février 1979), il crée Flashbacks de Michael Colgrass. À d'autres occasions, il crée des œuvres écrites à son intention par Peter Schickele (Hornsmoke, 1976; Five of a Kind, 1979). En 1976, il donne un concert devant le Gouverneur général à Rideau Hall, Ottawa. Pendant l'été 1980, il fait ses débuts au festival d'Édimbourg. Au cours des années 1980, le Canadian Brass effectue des tournées au Japon (1980, 1982), en Europe (1985), à travers l'Amérique du Nord (y compris en Alaska) ainsi qu'en Australie, et il devient le premier ensemble canadien à se produire en Arabie saoudite. En 1982, l'ensemble commence à donner des concerts de Noël avec les New Swingle Singers au Roy Thomson Hall. En 1985, il participe aux festivals du tricentenaire Bach à Toronto et à Edmonton et donne quelque 75 spectacles aux États-Unis, dont quatre représentations au Carnegie Hall. Cette même année, il joue dans le cadre du film All That Bach (Rhombus Media). En 1986, il se produit à l'Expo 86 à Vancouver, et part en tournée au Canada et en Extrême-Orient, donnant des concerts notamment à Singapour, en Australie, en Indonésie et à Hong Kong.

De 1990 à aujourd'hui

En 1990, Canadian Brass se joint à la troupe de comédie Royal Canadian Air Farce pour une tournée canadienne qui remporte un vif succès.

En 1991, l'ensemble est fixé aux États-Unis (il retournera plus tard au Canada). Leurs engagements aux États-Unis et en Europe sont beaucoup plus nombreux que ceux au Canada. Au milieu des années 1990, il joue en moyenne 90 concerts par année aux États-Unis et 35 en Europe.

Canadian Brass continue de consacrer du temps à la formation de jeunes musiciens. Il est ensemble résident à l'Université de Toronto de 1998 à 2003 et à la Music Academy of the West (Californie) de 2001 à 2005. Dans les années 1990, il commence à publier des livres de méthodologie et du répertoire de quintettes à cuivres chez Hal Leonard Corporation.

Les instruments plaqués or assortis avec lesquels joue Canadian Brass sont faits par Renold Schilke.

Répertoire et enregistrements

Alliant des exécutions rigoureuses à d'autres plus détendues avec un sens de l'humour vif et engageant et un répertoire couvrant plusieurs siècles et des styles aussi disparates que la musique de la Renaissance et le ragtime, le Canadian Brass s'affirme rapidement comme l'un des groupes de tournée les plus populaires au pays et même au monde entier. Leur marque de commerce sur scène est leurs chaussures de course; les membres apparaissent souvent en perruques et costumes pour produire un effet comique et, ainsi, à atteindre leur but déclaré : démystifier l'expérience du concert.

Au fil des années, Canadian Brass participe à l'expansion du répertoire pour les quintettes à cuivres en créant ses propres arrangements de musique orchestrale, de musique pour instruments solos, de classiques jazz et pop et de beaucoup d'arrangements surprenants ou expérimentaux. Même si les membres restent des instrumentistes classiques de première classe, ils font fi des frontières musicales et aiment à jouer autant du jazz des États du sud que des chansons populaires de Lennon et McCartney. L'ensemble interprète des œuvres des arrangeurs Gary Kulesha, Howard Cable, Chris Dedrick, Luther Henderson et Don Sebesky. Son recours aux genres multiples aboutit à la création de beaucoup d'autres ensembles de cuivres.

Compositions commandées pour quintettes à cuivres

Canadian Brass commande une douzaine d'œuvres classiques et jazz. Certains des compositeurs récemment sollicités sont Malcolm Forsythe, Bramwell Tovey, William Bolcom et Michael Kamen.

La liste suivante présente les titres commandés par des compositeurs canadiens (tous cités dans EMC) entre 1971 et 1978 seulement. L'année mentionnée indique la date de création des œuvres.

Beckwith, Taking a Stand (1972)

Beecroft, 11 and 7 for 5 plus (1975)

Buczynski, Olympics C2 (1976)

Colgrass, Flashbacks (1979)

Crosley, Variations on a French Canadian Theme (1975)

M. Forsyth, Sagittarius (1975), Quinquefid (1977)

Freedman, Five Rings (1977)

Glick, Deborah (1972)

Hayes, Convolutions (1975)

McCauley, Miniature Overture (1973), Concerto grosso (1973)

Morawetz, Improvisations (1977)

Rathburn, Nomadic V (1974), Three Ironies (1975)

Symonds, A Diversion (1971)

Weinzweig, Pieces of Five (1976)

Discographie

Bach L'Art de la fugue : 1987; CBS M-44501.

Basin Street : 1986; CBS FM-42367.

Beethoven Symphonie no 5, La Victoire de Wellington, Egmont : membres de l'Orchestre symphonique de Boston et de l'Orchestre philharmonique de New York, Tintner chef d'orchestre; 1989; Philips 426-487-2 (CD).

Carillon et cuivres : Haendel, Atlantic Medley (traditionnel), É. Allard, Lavallée, Brahms, J. Strauss et autres : G. Slater carillon; 1978; Tapestry GD-7371 et RCI 488.

Best of the Canadian Brass : 1989; CBS MK-45744 (CD).

Brass in Berlin : Bach, Pachelbel et autres; Berlin Phil Brass; 1984; CBS IM-39035.

Canadian Brass : Calvert, Scheidt, Bach, McCauley, G. Gabrieli, Joplin et autres; 1973; Boot BMC 3001, Vanguard VSD-71254 et (extraits) Vanguard VCD-72018.

Canadian Brass : Gabrieli, Holborne, M. Arnold et autres; v. 1974; CBC SM-239.

Canadian Brass : Bach, Peuerl, G. Gabrieli, Freedman, Beecroft, Symonds; 1976; CBC SM-320, (Beecroft) 4-ACM 13.

A Canadian Brass Christmas : 1985; CBS FM-39740.

Canadian Brass in Paris : Bach, Purcell, McCauley, Forsyth, Dahl, Haendel et autres; 1974; Boot BMC-3003 et Vanguard VSD-71253, (extraits) Vanguard VCD-72018.

Canadian Brass Plus Organ : Marcello, Pezel et autres; Hass à l'orgue; 1977; CBC SM-346.

Canadian Brass Live : 1985; CBS RM-39515.

Canadian Brass : Cable Songs of Newfoundland, Symonds A Diversion, Bach, Gillis, Purcell, Morton : 1977; Umbrella UMB-DD5.

Champions : 1983; CBS FM-37797.

The Christmas Album : Haendel, traditionnel et autres : Elmer Iseler Singers; 1990; Philips 426-835-2 (CD).

Christmas With the Canadian Brass : 1981; RCA ARL1-4132.

Encore : 1987; CBC Musica Viva MVCD-1011.

English Renaissance Music : Holborne, Gibbons et autres; 1989; CBS MK-45792 (CD).

Gabrieli, Monteverdi : Antiphonal Music : membres de l'Orchestre philharmonique de New York et de l'Orchestre symphonique de Boston, Akiyama chef orch.; 1989; CBS MK-44931 (CD).

Greatest Hits : 1983; RCA ARL1-4733.

High, Bright, Light and Clear : Scheidt, Mouret, Bach et autres; 1981; RCA ARC1-4574.

More Greatest Hits : 1988; RCA 5628-1-RC.

Mostly Fats : 1978; RCA XRL1-3212, (sous le titre Ain't Misbehavin') RCA XRL1-5030.

The Mozart Album : 11 sélections; 1986; CBS MK-44545 (CD).

Music Canada VI : RCI CAPAC RM-222.

The Pachelbel Canon : Bach, Haendel, Frescobaldi, Pachelbel; 1980; RCA ARL1-3554.

Praetorius Ein Kindelein so löbelich, Schütz Cantate Domino : Choirs in Contact, Iseler chef de chœur; 1978; 2-Audat WRC6-446.

Pucker and Valve Society Band : McPeek; 1977; Attic LAT-1030.

Rag-Ma-Tazz : Joplin, McPeek, Crosley, Debussy, Fillmore, Rathburn; 1974; RCI 403, Boot BMC 3004 et Vanguard VSD-79420, (extraits) CBC Musica Viva MVCD-1011.

Red, White & Brass : membres de l'Orchestre philharmonique de New York et de l'Orchestre symphonique de Boston; (1991); Philips 434-276-2 (CD).

Scheidt, Reicha, Morel Quintette, Gesualdo (arrangements : Freedman) : 1971; CBC SM-216, (Morel) 5-ACM-6.

Strike Up the Band : Gershwin; 1987; RCA 6490-1-RC.

A Touch of Brass : Symonds A Diversion, Bach et autres; 1980; Moss MMG-1123.

Traditional Christmas Songs : 1976; CBC LM-440.

Unexplored Territory : Gillis, Satie, Bach, Haendel Gilbert-Ory, Melrose-Rappolo; Boyd à la guitare, Goodman à la harpe; 1977; CBC LM-453 et Moss MMG-1119, (extraits) CBC MVCD-1011.

The Village Band : 1980; RCA ARC1-3770 et RCA RCD1-4436 (CD).

Vivaldi Les Quatre saisons : 1986; CBS M-42095.

L'ensemble apparaît également sur Raffi's Christmas Album (1983, Troubadour TR-0026) et sur Christmas d'Ann Murray (1988, Cap. C1-90886).

Voir aussi DISCOGRAPHIES des Festival Singers (CBC SM-203), de l'OCNA (CBC SM-328) et de l'Orchestre philharmonique de Hamilton (CBC SM-264).

BIBLIOGRAPHIE

Michael SCHULMAN, « Opening the kids' eyes », PfAC, X (print. 1973).

Gerald LEVICH, « Quand la musique sérieuse cesse de se prendre au sérieux », CompCan, 110 (avril 1976).

Pat ORCHARD, « Canadian Brass », Adagio, I (avril 1976).

« Sour notes at the Globe and Mail or what really happened to the Canadian Brass in China », PfAC, XIV (été 1977).

« Un carillon, des cuivres et de grands défis techniques », CompCan, 139 (mars 1979).

« Canadian Brass charms the Sesame Street set », Music, II (mars-avril 1979).

Patricia BRADBURY, « The Canadian Brass », Fugue(avril 1979).

Adrian WALLER, « Des musiciens pas comme les autres », Sélection du Reader's Digest (fév. 1980).

Lorraine DMITROVIC, « The Canadian Brass enters its golden age », Stereo R (juin-juil. 1983).

Rick WALTERS, The Canadian Brass Book : The Story of the World's Favorite Brass Ensemble (Milwaukee 1992).

« Q & A Chuck Daelenbach », The Record (8 juil. 1996).

David PERLMAN, « Soft Talk and big schtick », Wholenote, 1er déc. 2004-2007 (fév. 2005).

« Canadian Brass returns to roots », The Brass Herald, 17 août 2004.

Filmographie

All That Bach (Rhombus Media 1985).

The Canadian Brass Live (Gurtman & Murtha, Brassworks 1989).

Master Class (Hal Leonard 1989).

Lifetime (CTV 1990).

Enregistrements

Canadian Brass est prolifique depuis 1977. Cette année-là, il augmente encore davantage sa popularité en enregistrant, sous le vocable de Pucker and Valve Society Band, un 45 tours comportant des morceaux de genre et des arrangements de Ben McPeek. Après avoir complété des enregistrements pour la SRC et la maison Boot, il signe en 1980 avec RCA, en 1982 avec l'étiquette CBS Masterworks, puis en 1989 avec Philips. Il enregistre aussi avec Sony Classical et d'autres étiquettes (voir DISCOGRAPHIE). La même année, il commence à travailler avec Opening Day Recordings.

Canadian Brass reçoit un Juno Award en 1985 pour instrumentistes de l'année. Sa vidéo Home Movies obtient une nomination aux Grammy Awards, ainsi que l'enregistrement Take the « A » Train. Ses enregistrements figurent sur les chartes radiophoniques populaires (« Very Merry Christmas ») et les chartes de jazz (Swingtime) en plus des chartes classiques et mixtes.

Récompenses et hommages

Le quintette est nommé ensemble de l'année par le Conseil canadien de la musique en 1981; l'année précédente, il reçoit une distinction honorifique de la Broadcast Executives Society. Il donne la conférence MacMillan de la SOCAN à l'Université de Toronto en 1996. Canadian Brass reçoit des prix à la Music Educators National Conference des États-Unis, au Golden Rose Festival de Suisse, au Global Classical Music Poll et à d'autres occasions, comme aux États-Unis et en Allemagne.


Lecture supplémentaire

  • Schulman, Michael. 'Opening the kids' eyes,' PfAC, vol 10, Spring 1973

    Levich, Gerald. 'The Canadian Brass: taking the stuffiness out of music,' CanComp, Apr 1976

    Orchard, Pat. 'Canadian Brass,' Adagio, vol 1, Apr 1976

    'Sour notes at the Globe and Mail or what really happened to the Canadian Brass in China,' PfAC, vol 14, Summer 1977

    'Bells and brass combine to make unique recording,' CanComp, 139, Mar 1979

    'Canadian Brass charms the Sesame Street set,' Music, vol 2, Mar-Apr 1979

    Bradbury, Patricia. 'The Canadian Brass,' Fugue, Apr 1979

    Waller, Adrian. 'Des musiciens pas comme les autres,' Sélection du Reader's Digest, Feb 1980

    Dmitrovic, Lorraine. 'The Canadian Brass enters its golden age,' Stereo Review, Jun/Jul 1983

    Walters, Rick. The Canadian Brass Book: The Story of the World's Favorite Brass Ensemble (Milwaukee 1992)

    "Q & A Chuck Daelenbach," The Record, 8 July 1996

    Perlman, David. "Soft talk and big schtick," Wholenote, 1 Dec 2004 - 7 Feb 2005

    "Canadian Brass returns to roots," Brass Herald, 17 Aug 2004

Liens externes