Exposition nationale canadienne

 Le site comprend 23 bâtiments de bois dont un seul, le Crystal Palace, n'est pas consacré à l'agriculture. En 1882, le terrain est le premier à être éclairé à l'électricité. Un an plus tard, en 1883, le Torontois J.J. Wright y présente le premier train électrique.

Princes
Exposition nationale canadienne (photo de David Woods).
Allée centrale de L
La plus grande foire annuelle au monde a lieu à la fin de l'été (Corel Professional Photos).

Exposition nationale canadienne

L'exposition nationale canadienne (CNE) est la plus grande exposition annuelle du Canada et la cinquième plus grande du monde. Elle a lieu à Toronto chaque année à la fin du mois d'août. La CNE, ou « l'Ex » comme on l'appelle communément, était à l'origine une foire agricole qui circulait dans les villes de l'Ouest canadien au cours des années 1840 (voirEXPOSITIONS AGRICOLES). En 1878, la ville de Toronto aménage et loue un terrain de 20 ha sur les rives du lac où elle organise sa propre exposition l'année suivante sous le nom de Toronto Industrial Exhibition. Pour cette toute première exposition qui voit affluer 100 000 personnes, le coût d'entrée s'élevait à 25 cents.

Le site comprend 23 bâtiments de bois dont un seul, le Crystal Palace, n'est pas consacré à l'agriculture. En 1882, le terrain est le premier à être éclairé à l'électricité. Un an plus tard, en 1883, le Torontois J.J. Wright y présente le premier train électrique. Un incendie détruit le Crystal Palace en 1906. Un imposant bâtiment de brique et de pierre, le Horticultural Building, le remplacera. Ce n'est qu'en 1912 que la foire prend officiellement le nom d'Exposition nationale canadienne (Canadian National Exhibition).

Avec l'avènement de la société industrielle, la CNE fait de plus en plus de place à l'industrie, au détriment de l'agriculture. À partir de 1912, l'exposition occupe 141 ha. Elle abrite l'un des plus beaux parcs d'attractions au monde et c'est l'un des plus imposants centres d'expositions permanentes. En 1927, la Porte des princes est officiellement inaugurée par SAR le prince Édouard, prince de Galles, et par son frère, le prince George. Conçue par le cabinet d'architectes Chapman et Oxley, la Porte des princes symbolise depuis cette date l'Exposition nationale canadienne. Une arche centrale est flanquée de part et d'autre de neuf colonnes censées représenter les neuf provinces (Terre-Neuve n'avait pas encore adhéré à la Confédération); au-dessus de l'arche surplombe la « Déesse de la Victoire ailée », œuvre de Charles McKechnie. Après avoir fait l'objet d'importantes rénovations en 1987, la Porte des princes a été désignée site historique selon la Loi sur le patrimoine de l'Ontario.

La grande tribune permet de présenter des spectacles de qualité portant sur des thèmes canadiens. Durant les deux guerres mondiales, l'effort, la loyauté et la victoire sont à l'honneur. Des épreuves de longues distances sont organisées à travers le lac. En 1954, Marilyn BELL est la première personne à traverser le lac Ontario à la nage. Ces événements et d'autres, comme la diffusion de la première émission télévisée au Canada, s'avèrent très populaires. L'influence américaine est de plus en plus manifeste, particulièrement dans le choix des interprètes invités à participer aux spectacles de la grande tribune.

Durant les années 60, la CNE est devenue un vaste marché de consommation, où l'on expose les voitures les plus récentes, des appareils électriques, des ordinateurs et d'autres biens de consommation. À mesure que l'opinion publique se préoccupe de plus en plus des changements climatiques, la direction d'Exhibition Place adopte un plan d'action en matière d'environnement en 2004 (rebaptisé Programme GreenSMART d'Exhibition Place) qui verra la mise en place de la première éolienne permanente de la Ville de Toronto, d'un projet de trigénération énergétique à partir de gaz naturel, une centrale géothermique, une centrale électrique photovoltaïque et des réverbères DEL à faible consommation énergétique. En 2008, l'Ex lance un programme de recyclage des matières organiques.

Elle n'a pas toujours échappé aux critiques et l'année d'EXPO 67, elle est restée au second plan. Néanmoins, approximativement 1,3 million de personnes visitent chaque année la CNE qui, avec Place Ontario, fait partie de l'important site récréatif installé sur le bord réaménagé du lac Ontario.


Lecture supplémentaire

  • J. Lorimer, The Ex: A Picture History of the Canadian National Exhibition (1973); G. Wall and N. Zalkind, "The Canadian National Exhibition: Mirror of Canadian Society," in G. Wall and J.S. Marsh, eds, Recreational Land Use (1982).