Cantate

Cantate. Composition en plusieurs mouvements, chantée en solo ou en choeur, habituellement d'une durée de 10 à 30 minutes, accompagnée d'un orchestre, et traditionnellement destinée à l'église ou à des cérémonies. Au XXe siècle la cantate est de plus en plus conçue pour l'interprétation laïque.

Cantate

Cantate. Composition en plusieurs mouvements, chantée en solo ou en choeur, habituellement d'une durée de 10 à 30 minutes, accompagnée d'un orchestre, et traditionnellement destinée à l'église ou à des cérémonies. Au XXe siècle la cantate est de plus en plus conçue pour l'interprétation laïque. La notion de « cantate » au Canada a reçu un sens encore plus large avec la pièce instrumentale Cantate pour cordes d'André Prévost, qui en élimine complètement l'élément vocal. La cantate peut faire usage de versets bibliques, mais généralement utilise le texte d'un auteur, souvent un contemporain du compositeur. La cantate sacrée du XIXe ou du XXe siècle, contrairement à celle du XVIIIe siècle (qui a atteint son apogée avec les œuvres de J.-S. Bach), s'inspire rarement d'un hymne chanté par l'assemblée.

La plus ancienne composition de type cantate mentionnée dans les documents historiques canadiens est une ode exécutée à Québec le 31 décembre 1776, pour marquer le premier anniversaire de la victoire sur les envahisseurs américains. Écrite spécialement pour la circonstance, l'œuvre contient des airs, une ariette, des récitatifs, une marche et un chœur. Le texte anglais a été imprimé dans La Gazette de Québec du 2 janvier 1777. Le nom du compositeur n'est pas cité et la musique n'a jamais été retrouvée. Une autre œuvre inspirée d'une occasion historique est une Ode de John Bentley, exécutée à Québec le 26 décembre 1791 lors de la réunion constitutionnelle qui a marqué la partition de la colonie en Haut-Canada et Bas-Canada.

Les cantates (1860-1920)

Durant la période 1860-1920, la cantate supplante l'opérette et la messe parmi les grandes formes utilisées par les compositeurs canadiens. Les choristes sont nombreux et l'accompagnement peut être joué à l'orgue. De nombreuses œuvres britanniques, françaises et allemandes sont également exécutées et servent de modèles aux œuvres canadiennes. La popularité de la cantate est démontrée par le fait que presque toutes les œuvres mentionnées ci-dessous ont été publiées.

1860-1869
Charles W. Sabatier, Cantate en l'honneur de Son Altesse royale le prince de Galles à l'occasion de son voyage au Canada / Cantata in Honour of H.R.H. the Prince of Wales on the Occasion of his Visit to Canada, 1860, Boucher et Manseau v. 1862-1864 (extraits), Les Beaux-Arts 1864 (extraits).

J.-B. Labelle (à l'exception de deux sections composées par un musicien inconnu), Cantate : La Confédération, première performance en 1868, partition perdue.

1870-1879
Calixa Lavallée, Cantate en l'honneur du marquis de Lorne et de la princesse Louise, v. 1879, partition perdue.

1880-1889
J.-B. Labelle, La Croisade canadienne « cantate aux Zouaves pontificaux », 1886, partition perdue.

1890-1899
C.A.E. Harriss, Daniel Before the King, 1890, G. Schirmer 1890.

Francesco d'Auria, The Sea King's Bride, exécuté à Toronto en 1890; Gulnare ou The Crusader's Ransom, Suckling 1891.

Arthur E. Fisher, The Wreck of the Hesperus, v. 1893.

Percival J. Illsley, Ruth, 1894, Whaley Royce 1894.

Angelo Read, A Song of the Nativity, G. Schirmer 1899.

1900-1909
Clarence Lucas, The Birth of Christ, Chappell 1901.

A. Read, David's Lament, G. Schirmer 1902.

C.A.E. Harriss, Pan, Novello 1904.

J.A. Charlebois, Cantate à Saint Viateur, Recueil de cantiques v. 1906.

Edward Broome, A Hymn of Trust, G. Schirmer 1910.

1910-1919
William Reed, The Message of the Angels, Ditson 1910; The Resurrection and the Life, Ditson 1911; The Burden of the Cross, Ditson ou Presser 1912.

William Ramsay Spence, The Story of Bethlehem, Ditson 1911.

Albert Ham, The Solitudes of the Passion, v. 1917, Novello 1917.

Parmi les autres compositeurs qui ont signé des cantates durant cette période figurent Octave Chatillon, Guillaume Couture, Napoléon Crépault, Antoine Dessane, Ralph Horner, Alphonse Lavallée-Smith et Charles Wheeler.

Les cantates (1920-1945)

Après la Première Guerre mondiale, la cantate perd sa place privilégiée, probablement parce que l'émergence d'orchestres et d'ensembles de chambre professionnels incite davantage les compositeurs à écrire des œuvres instrumentales. Seulement quelques-uns, surtout des traditionalistes, perpétuent la forme au Canada pendant l'entre-deux-guerres : Gena Branscombe, avec The Dancer of Fjaard et The Phantom Caravan (toutes deux en 1926); Bjorgvin Gudmundsson, avec Adveniat Regnum Tuum (1924-1925); Omer Létourneau, avec Dieu te garde mon Canada (1934); Henri Miro, avec Vox Populi (1928); Healey Willan avec The Mystery of Bethlehem (v. 1923), All Hail the Queen « A coronation Ode » (1936) et « Brébeuf »(1943).

Les cantates (1945 - époque actuelle)

La cantate est redevenue à la mode avec les jeunes compositeurs au cours de la seconde moitié du XXe siècle et au début du XXIe siècle. Parmi les cantates les plus expérimentales figurent celles de John Korsrud The Elvis Cantatas (1994,1996), une œuvre postmoderne portant sur Elvis Presley, adaptée en 2005 par Gordon McLennan et intitulée Cantata for the King; et celle de Christos Hatzis Wormwood (2006), une cantate composée à l'occasion du 20e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

Au nombre des musiciens canadiens ayant composé des cantates après la Deuxième Guerre mondiale on retrouve :

István Anhalt, Cento (« Cantata Urbana »), 1967.

Louis Applebaum, The Last Words of David, 1980.

Violet Archer, The Bell, 1949; Cantata Sacra, 1966.

Milton Barnes,Thespis, 1956-1973; In Our Time, 1968; Psalms of David, 1973; Shir Hashirim, 1975; Eishet Chayil : A Woman of Valour, 1986.

John Beckwith, Jonah, 1963; The Hector (« a documentary cantata »), 1990.

Norma Beecroft, From Dreams of Brass, 1964.

Lorne Betts, The Walk to Emmaus (1981).

Keith Bissell, Christmas Cantata, 1949; Let There Be Joy, 1965; People Look East (« An Advent Cantata »), 1965; Anniversary Cantata, 1978.

Alexander Brott, The Prophet, 1960.

Jean Coulthard, Pastorale Cantata, 1967; When Tempests Rise, 1988.

Samuel Dolin, Marchbankantata, 1971; The Hero of Our World, 1985.

Robert Evans, Whale Song Dancing, 1993; For the Children , 1997.

Marcien Ferland, La Basilique de Saint-Boniface, 1977.

Robert Fleming, Heirs through Hope, 1968; Prairie Sailor , 1970.

Harry Freedman, The Flame Within, 1968. Kitchen Cantata, 1995.

Marc Gagné, Gloire à Dieu, 1980.

Srul Irving Glick, If We Would But Listen, 1988.

Richard Grégoire, Cantate, 1968.

Bengt Hambraeus, Symphonia sacra, 1987.

Christos Hatzis, Wormwood, 2006.

Derek Holman, Homage to Robert Herrick, 1978; Laudes creationis, 1987; Verbum caro factum est, 2004.

Pierick Houdy, Cantate à Saint Michel, 1966.

Walter Kaufmann, Coronation Cantata, 1953.

Talivaldis Kenins, Cantata « To a Soldier », 1953; Sawan-oong « The Spirit of the Wind », 1973; Cantata Baltica , 1974.

Lothar Klein, Cantate II, 1980.

Peter Paul Koprowski, Millennium Cantata, 2001.

John Korsrud, The Elvis Cantatas, 1994, 1996; adaptée comme Cantata for the King, 2005.

Bruce Mather, The White Goddess, 1960-1962.

Paul McIntyre, Judith, 1957, rév. 1958; The Little Red Hen (« cantata buffa »), 1976.

Pierre Mercure, Cantate pour une joie, 1955; Psaume pour abri , 1963.

Bernard Naylor, The Living Fountain, 1947-1963; King Solomon's Prayer, 1953; Sing O My Love, 1963; Resurrection According to Saint Matthews, 1965; The Armour of Light, 1967.

Paul Pedersen, Cantata and Narrative for Good Friday, 1972, rév. 1990 et renommée Passion Oratorio; De Profundis, 1988.

Clermont Pépin, Hymne au vent du Nord, 1960.

André Prévost, Terre des hommes, 1967; Ahimsâ, 1983; Cantate pour cordes, 1987.

Sid Robinovitch, Shir Hanagid, 1983.

R. Murray Schafer, Brébeuf, 1961; The Judgement of Jael, 1961.

Nancy Telfer, The Wisdom of Solomon, 1979; From Quieter Winter Skies, 1981.

Ronald Tremain, Tenere juventa, 1965.

Robert Turner, The Third Day, 1962; Vile Shadows, 1983.

Rudi van Dijk, Christmas Cantata, 1967.

Arnold Walter, For the Fallen, 1949.

Ruth Watson Henderson, Clear Sky and Thunder, 1983; The Last Straw (cantate de Noël), 1990.

Healey Willan, Coronation Suite, 1952.

Charles Wilson, On the Morning of Christ's Nativity, 1963; Songs for Saint Cecilia's Day, 1976; The Revelation to John, 1984.

Gerhard Wuensch, Laus Sapientiae, 1977, Four Episodes from Saint John, 1986.

Une liste plus complète des Canadiens qui ont composé des cantates entre 1920 et 2009 inclurait aussi les noms de Raffi Armenian, Maya Badian, Gerald Bales, Alfred Bernier, Félix-R. Bertrand, Maurice Boivin, Wolfgang Bottenberg, Lloyd Burritt, Charlotte Cadoret, Eugène Caron, Stephen Chatman, F.R.C. Clarke, Katarina Curcin, Gabriel Cusson, Reine Décarie, Léon Destroismaisons, Clifford Ford, Paul Frehner, Claude Frenette, Jón Fridfinnsson, J.-J. Gagnier, Graham Godfrey, Theo Goldberg, Frank Haworth, Derek Healey, Janis Kalnins, Minuetta Kessler, Ron Klusmeier, Alfred Kunz, Lucienne Lafleur, John Laing, Gregory Levin, Alexina Louie, Ramona Luengen, Leslie Mann, John McTaggart, Elma Miller, Michael Miller, Juliette Milette, Kornelius Neufeld, Oscar O'Brien, Charles O'Neill, Stanley Osborne, David Ouchterlony, Tibor Polgár, Imant Raminsh, Arthur Semple, Alison Slaats, Ben Steinberg, A.D. Thompson, Roman Toi, Elliot Weisgarber et Leon Zuckert.