Centre d'arts Orford/Orford Arts Centre

Centre d'arts Orford/Orford Arts Centre (Camp musical JMC, 1951-67; Centre d'art(s) d'Orford JMC, 1967-86). Camp musical d'été et foyer culturel établi en 1951 par les Jeunesses musicales du Canada dans le parc provincial du mont Orford, près de Magog, à 112 km de Montréal.

Centre d'arts Orford/Orford Arts Centre

Centre d'arts Orford/Orford Arts Centre (Camp musical JMC, 1951-67; Centre d'art(s) d'Orford JMC, 1967-86). Camp musical d'été et foyer culturel établi en 1951 par les Jeunesses musicales du Canada dans le parc provincial du mont Orford, près de Magog, à 112 km de Montréal. Il occupe une superficie de 222 acres, terrain qui lui fut cédé par bail en 1964 pour une période de 50 ans. Il doit son existence aux membres fondateurs des JMC, Gilles Lefebvre, Anaïs Allard-Rousseau, Laurette Desruisseaux-Boisvert et l'abbé J.H. Lemieux, qui oeuvrèrent à sa conception dès 1949. Le gouvernement du Québec ayant mis à la disposition des JMC deux chalets abandonnés, la première session eut lieu en août 1951 et accueillit 10 campeurs et 2 professeurs.

Peu à peu, le Centre se dota d'importants équipements immobiliers, notamment d'une salle de concert et de pavillons conçus suivant les plans de l'architecte Paul-Marie Côté. La salle de concert fut inaugurée le 21 août 1960 avec la création de la première oeuvre commandée par les JMC, Hymne au vent du nord de Clermont Pépin, avec Raoul Jobin et un orchestre sous la direction de sir Ernest MacMillan. Elle fut baptisée salle Gilles-Lefebvre en 1974. Cet amphithéâtre de 500 places, dont l'acoustique est excellente, peut être adapté au concert ou au théâtre aussi bien qu'à des assemblées ou conférences. Le foyer et une galerie d'art attenante sont éclairés par des modules de Jean-Paul Mousseau. Le pavillon central, inauguré en 1968, regroupe l'administration, une cafétéria, une salle à manger, une phonothèque ainsi qu'une salle de séjour aussi utilisée comme salle de réunion. Le pavillon des JMC à l'Expo 67, « L'Homme et la musique », fut transporté au Centre en 1972. Il abrite des salles de cours, de réunions et d'expositions, ainsi que les bureaux de l'administration. Deux résidences aux chambres modernes et confortables furent construites en 1970. En 1990, le Centre inaugura un pavillon multifonctionnel contenant 32 studios de différentes dimensions ainsi qu'une salle pouvant acceuillir un orchestre symphonique ou une compagnie de ballet, le plancher ayant été conçu pour les besoins de la danse. Ce pavillon est également doté d'équipements d'enregistrement pour les fins des stagiaires. En outre, plus de 30 chalets-studios disséminés dans la forêt avoisinante favorisent le travail individuel de ces derniers.

Chaque été, plus de 300 étudiants de 17 à 30 ans, certains venant de l'étranger, suivent au Centre des cours de musique instrumentale et vocale, et participent à des ensembles de musique de chambre, à des choeurs ou des orchestres. Ils bénéficient d'un enseignement hautement professionnel, grâce à la présence, au cours des années, de professeurs invités aussi prestigieux que Pierre Bernac, Victor Bouchard et Renée Morisset, Maurice Bourgue, Frans Brouw, Edgard Davignon, Norbert Dufourcq, Karl Engel, Guy Fallot, Lorand Fenyves, Claude Helffer, Walter Joachim, Raoul Jobin, Sylvio Lacharité, Alexandre Lagoya et Ida Presti, André Laplante, Marcel Laurencelle, John Newmark, Vlado Perlemuter, Alvaro Pierri, Menahem Pressler, Jacqueline Richard, Marcel Saint-Jacques, Claude Savard, Jean-Paul Sévilla, Gérard Souzay, Paul Tortelier. Un quatuor à cordes formé au Centre (1965) par quatre étudiants est devenu le Quatuor à cordes Orford. Ses membres y ont enseigné par la suite à plusieurs reprises. Parallèlement à ces sessions, le Festival Orford permet au public d'assister à des concerts, conférences, cours publics et expositions, certaines de ces présentations se tenant dans les parcs des villes avoisinantes et à l'église Saint-Patrice à Magog. Le Centre a déjà accueilli l'assemblée générale de la Fédération internationale des Jeunesses musicales (1976) et ouvert ses portes aux sessions de travail de l'OMJM (1970, 1976, 1986) et de l'OJQ (1977, 1978) qui résida au Centre durant les étés 1989 et 1990. Ouvert à l'année depuis 1972, il accueille en dehors de la saison estivale des groupes ou organismes désireux d'y tenir congrès ou séminaires.

Jusqu'en 1972, le Centre a été placé sous la direction de Gilles Lefebvre suivi de Gaston Germain (1972-79),Pierre Rolland (1980, 1982-89), Jean-Claude Picard (1981) et Agnès Grossmann (1989 -). Depuis 1972, l'administration relève d'une corporation indépendante des JMC. Principalement subventionné par le MACQ, le Centre reçoit aussi l'aide du CAC, de corporations et sociétés ainsi que de particuliers.


Lecture supplémentaire

  • Papineau-Couture, Jean. 'Salle de concert du camp JMC,' CMJ, vol 5, Autumn 1960

    'La terre des jeunes du monde Orford,' interview with Gilles Lefebvre by Claude Chuteau, Musica disques, 134, May 1965

    Mollet, Pierre. Musique d'été: Centre d'art d'Orford, collection of photographs by Mia and Klaus (Montreal 1976)

    Siskind, Jacob. 'Young musicians blossoming at Orford,' Montreal Gazette, 16 Jul 1977

    Van Vlasselaer, J.J. 'Musical islands in the summer landscape,' Mcan, 34, Summer 1980

    Laurier, Marie. '40 ans de musique à l'ombre de l'Orford,' Montreal Le Devoir, 10 Aug 1991