Centre for Human Performance and Health Promotion

Centre for Human Performance and Health Promotion. Situé à Hamilton, Ont., c'était en 1990 la seule clinique médicale au Canada spécialisée dans le traitement des blessures que subissent interprètes et chanteurs dans l'exercice de leur métier.

Centre for Human Performance and Health Promotion

Centre for Human Performance and Health Promotion. Situé à Hamilton, Ont., c'était en 1990 la seule clinique médicale au Canada spécialisée dans le traitement des blessures que subissent interprètes et chanteurs dans l'exercice de leur métier. À l'instigation de l'OMOSC, elle fut fondée en juillet 1986 par une altiste de l'Orchestre philharmonique de Hamilton, Marie Peebles, et par John Chong (M.D., spécialiste de la santé environnementale et professionnelle, pianiste, compositeur et recherchiste pour Hugh Le Caine au début des années 1970). Affiliée à l'Université McMaster, elle porta d'abord le nom de McMaster Musicians' Clinic. Lorsque son association avec l'Université McMaster prit fin en février 1990, la clinique changea de nom et devint partie intégrante du Sir William Osler Health Institute de Hamilton.

La clinique offre des traitements en consultation avec des spécialistes en médecine corporelle, y compris la chirurgie orthopédique, la thérapeutique occupationnelle, l'audiologie, la psychiatrie et d'autres spécialités. L'une d'une vingtaine de cliniques de ce type qui ont vu le jour en Amérique du Nord dans les années 1980, afin d'épargner aux musiciens des diagnostics erronés et des thérapies inappropriées, la clinique a étudié la fréquence élevée des problèmes médicaux causés par la « surutilisation » chez les instrumentistes et les chanteurs; ces problèmes incluent des maux de cou et de dos, des nerfs coincés (dans le tunnel carpien surtout), diverses formes de tendinites, le dysfonctionnement de l'articulation temporomandibulaire, la perte de l'ouïe, la dystonie focale et le trac. Les traitements, de nature holistique, cherchent à faire prendre conscience aux patients de leur corps et de ses mouvements, et à leur enseigner un comportement préventif à long terme, susceptible de leur éviter des malaises pouvant compromettre leur carrière. On soigne également la dépression en période de convalescence et le trac en général. La clinique reçoit des professeurs autant que des interprètes des domaines classique et populaire - professionnels et amateurs. Quelque 1500 instrumentistes et chanteurs avaient consulté la clinique en 1990.

Le Centre a organisé des ateliers pour l'Orchestre philharmonique de Hamilton, l'Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo, l'ONJ, Symphony Nova Scotia, le Festival international de musique de Montréal, l'OMOSC, le RCMT, l'Université de Toronto, l'Université Queen's, l'Université McGill, l'Université Saint Francis Xavier, l'Université Laval et l'Université Dalhousie. En 1990, le Centre étendit ses services aux praticiens des arts plastiques et aux danseurs.

Jean-Paul Despins est également reconnu dans le domaine de la médecine reliée à l'apprentissage musical.


Lecture supplémentaire

  • Chong, John, et al. 'Occupational health problems of musicians,' Canadian Family Physician, vol 35, Nov 1989

    Knox, Roger. 'Music medicine in 1990s,' Music, vol 13, Apr-May 1990

    Kelly, Deirdre. 'Risky business,' Toronto Globe and Mail, 11 Aug 1990