Chiocchio, Fernande

Fernande Chiocchio. Mezzo-soprano, professeure (Montréal, 29 mai 1929). B.Mus. piano (Montréal) 1950. Elle fit des études de piano à l'École supérieure de musique de Lachine et prit des leçons de chant (1950-55) avec Pauline Donalda et soeur Rolande Ouimet.

Chiocchio, Fernande

Fernande Chiocchio. Mezzo-soprano, professeure (Montréal, 29 mai 1929). B.Mus. piano (Montréal) 1950. Elle fit des études de piano à l'École supérieure de musique de Lachine et prit des leçons de chant (1950-55) avec Pauline Donalda et soeur Rolande Ouimet. En 1951, elle remporta le Prix Archambault. Elle travailla aussi le chant avec Rachele Maragliano-Mori et Philon Ktsanes ainsi que la mise en scène avec Jan Doat. Elle débuta au théâtre Her Majesty's dans L'Amour des trois oranges de Prokofiev avec l'Opera Guild en 1952. Elle joua quelque 12 rôles avec cette compagnie, notamment Mercédès de Carmen (1960), Flora de La Traviata (1962), Dame Marthe de Faust (1963) et Suzuki de Madama Butterfly (1965, 1969). Elle avait chanté ce rôle pour la COC (1964) et la Vancouver Opera Assn (1965). Elle fit partie d'un quatuor vocal pour une tournée JM de 50 concerts en France (1958). En 1963, elle forma avec Josèphe Colle et George Morgan le Trio vocal de Montréal qui se produisit surtout à la radio de la SRC. À la télévision, elle chanta dans L'Enfant et les sortilèges de Ravel (1957) et tint les rôles de Mère Jeanne dans Dialogues des Carmélites (1960) et Bertha dans Le Barbier de Séville (1965). Boursière du CAC (1966, 1967), elle étudia avec Pierre Médecin et Iris Corradetti à l'Académie internationale d'été de Nice. Aux Festivals de Montréal, elle chanta dans Les Noces de Stravinsky et dans TheFool de Harry Somers, puis Charlotte de Werther (1963) et Mara dans L'Opéra d'Aran de Gilbert Bécaud (1965). Elle interpréta Emilia dans Otello avec l'OSM lors du Festival mondial d'Expo 67; elle reprit ce rôle en septembre 1973 à l'Opéra du Québec où elle avait déjà incarné la maîtresse des novices de Suor Angelica (1971) et Maddalena de Rigoletto (1972). Elle participa à l'enregistrement de Kékoba de Gilles Tremblay et Phrases 1 de Serge Garant (RCI 240 et 4-AMC 2). En 1978, elle s'installa en France où elle chanta notamment à l'Opéra de Nantes dans Louise de Charpentier et I 330 de Jacques Bondon la même année. À la suite d'un récital, Jean Vallerand écrivit à son sujet : « Elle est au Canada l'une des interprètes les plus musiciennes et les plus accomplies de sa génération... » (La Presse, Montréal, 11 décembre 1963). Elle a été prof. de chant au Cons. de Hull (1967-77) et, depuis son retour à Montréal en 1982, elle enseigne en privé. Elle a été dir. artistique de l'Opéra-Comique du Québec (1984-88).