Conseil des Canadiens

Fondé en 1985, entre autres par Mel Hurtig, Maude Barlow, présidente actuelle, et Pierre Berton, le premier mandat du Conseil était de protéger la souveraineté du Canada ainsi que les programmes sociaux.

Hurtig, Mel
Le cél\u00e8bre nationaliste économique est membre fondateur du Comité pour l'indépendance du Canada et du Conseil des Canadiens.

Le Conseil des Canadiens est un organisme national non partisan, à but non lucratif, se consacrant à l'avancement de la justice sociale en général ainsi qu'à la protection et au renforcement de la souveraineté politique et démocratique du Canada.

Fondé en 1985, entre autres par Mel HURTIG, Maude Barlow, présidente actuelle, et Pierre BERTON, le premier mandat du Conseil était de protéger la souveraineté du Canada ainsi que les programmes sociaux. En réponse au Shamrock Summit où se sont rencontrés en 1985 le premier ministre Brian Mulroney et le président des États-Unis Ronald Reagan, le Conseil se réunit en 1987 au Maple Leaf Summit; il joue alors un rôle déterminant dans la création du Réseau pro-Canada (maintenant nommé Réseau solidarité), une coalition nationale de syndicats, d'organisations professionnelles et de groupes sociaux s'opposant aux projets de libre-échange. Préoccupé des conséquences sur l'autonomie politique nationale du Canada et du tissu social créé dans un contexte de LIBRE-ÉCHANGE Canada-États-Unis (ALÉ) et d'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), le Conseil vise à limiter le contrôle étranger de l'économie et des ressources naturelles canadiennes.

À la suite de la ratification de l'ALÉNA le 1er janvier 1994, le Conseil des Canadiens étend son mandat aux questions à caractère international, lançant des campagnes contre la subordination des besoins humains aux intérêts des grandes sociétés et la dégradation du patrimoine mondial. Parmi les initiatives du Conseil, mentionnons son opposition à l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI), à l'introduction des hormones de croissance bovine, à la fusion des banques, à la concentration médiatique, à la réduction des dépenses sociales et à l'exploitation des aliments génétiquement modifiés. Ces enjeux mondiaux ont amené des partenariats à l'échelle mondiale avec des groupes aux vues similaires d'autres pays. Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New York et Washington ont à nouveau provoqué des inquiétudes concernant la souveraineté nationale devant la mentalité de « forteresse américaine au sud de la frontière ». Le Conseil soutient que les politiques canadiennes sur l'immigration et les réfugiés, les droits et libertés civils, l'énergie, le contrôle multilatéral des armes et le maintien de la paix sont menacés par les intérêts américains au chapitre de la sécurité, des besoins énergétiques et des campagnes antiterroristes. Les membres du Conseil sont en outre galvanisés par les pressions de groupes d'affaires et de réflexion comme les Instituts FRASER et C.D. HOWE encourageant une intégration économique plus poussée avec les États-Unis.

Le Conseil des Canadiens organise de nombreux congrès et débats et comparaît à des audiences du Parlement, du Sénat et des provinces. Il collabore avec différents médias et publie le magazine Perspectives canadiennes afin de faire connaître ses activités et d'encourager la participation de la population. Le siège social du Conseil des Canadiens se trouve à Ottawa.