Conseil national du travail en temps de guerre

Le Conseil national du travail en temps de guerre, de même que cinq Conseils régionaux, sont créés en 1941 afin de mettre en vigueur le programme de stabilisation des salaires du gouvernement canadien dans le contexte volatile de l'économie de guerre.

Conseil national du travail en temps de guerre

Le Conseil national du travail en temps de guerre, de même que cinq Conseils régionaux, sont créés en 1941 afin de mettre en vigueur le programme de stabilisation des salaires du gouvernement canadien dans le contexte volatile de l'économie de guerre. Il est d'abord présidé par Humphrey MITCHELL, qui devient par la suite ministre du Travail. Au début de 1943, du fait de fortes pressions créées par une grève dans le secteur de l'acier et des agitations dans le milieu ouvrier, il est remplacé par le juge C.P. McTague. Celui-ci est investi de pouvoirs importants pour gérer le militantisme du mouvement ouvrier et, contrairement à Mitchell, il n'est pas identifié à la politique partisane. Le premier ministre Mackenzie King l'enjoint de formuler des recommandations visant à modifier le décret sur la stabilisation des salaires et de rédiger une version préliminaire d'un code des relations de travail.

Les profondes divergences d'opinion, tant sur le plan personnel que politique, entre McTague et Joseph Cohen, collègues au Conseil, donne lieu à la présentation, en août 1943, de deux rapports distincts. Il n'est pas tenu compte de l'opinion de Cohen, mais le rapport de McTague a une influence considérable sur la politique gouvernementale. McTague recommande que le Conseil soit autorisé à ajuster les salaires maintenus injustement bas par le gouvernement et, dans l'éventualité où un rajustement salarial ne serait pas retenu à cause de son impact inflationniste, il suggère d'envisager les allocations familiales comme politique de rechange. En fin de compte, le gouvernement adopte les deux recommandations et le 17 février 1944, le code des relations de travail en temps de guerre de McTague voit le jour. Il établit le droit d'organisation du mouvement ouvrier et instaure un système définissant les normes d'accréditation des unités de négociation. Celui-ci devient le fondement du système canadien de RELATIONS DE TRAVAIL d'après-guerre. L'autorité exercée par le Conseil s'estompe peu de temps après la démission de McTague, qui devient candidat pour les conservateurs.


Liens externes