Cornwallis Statue

Une statue d’Edward Cornwallis, le colon fondateur d’Halifax, est érigée dans le centre-ville en 1931 pour célébrer la colonisation britannique. La statue devient, plus tard, un objet de controverse au milieu d’un débat public grandissant sur la façon dont Edward Cornwallis a traité le peuple mi’kmaq.

Edward Cornwallis, soldat et administrateur
Edward Cornwallis, fondateur de Halifax (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/C-11070).

Edward Cornwallis

En 1749, l’officier britannique Edward Cornwallis est nommé gouverneur de la Nouvelle-Écosse et est envoyé pour fonder la colonie d’Halifax. Il établit la nouvelle capitale pour protéger les colons britanniques du fort français à Louisbourg et pour renforcer l’emprise britannique sur la Nouvelle-Écosse.

Edward Cornwallis est rapidement pris dans les conflits avec la Première Nation des Mi’kmaq, qui revendiquent la terre sur laquelle il a construit Halifax. Lorsque les guerriers mi’kmaq attaquent et tuent les colons britanniques durant l’été 1749, Edward Cornwallis fait paraître une ordonnance promettant une somme d’argent pour chaque Mi’Kmaq enlevé ou tué dans la province. Cette ordonnance sera connue sous le nom de Proclamation de la scalpation.

La disparition du nom Cornwallis, et son retour

Le nom Cornwallis disparaît de l'histoire de la Nouvelle-Écosse jusqu'en 1899, lorsque James S. Macdonald présente un essai sur sa vie à la Nova Scotia Historical Society à l'occasion du 150e anniversaire de la fondation de la ville. L’année 1924 marque les 175 ans de la fondation d’Halifax par Edward Cornwallis. Pour cela, la ville reconstitue son débarquement dans une réplique du Sphinx, le navire sur lequel il est arrivé. Les comptes rendus de journaux de l'anniversaire indiquent que 10 000 personnes ont regardé des reconstituteurs déguisés en « Indiens » l'accueillir à terre.

Dans le numéro de juillet 1927 du Dalhousie Review, Archibald MacMechan, professeur à l‘Université Dalhousie, affirme que « les hommes de sang anglais du monde entier ont l'habitude de ressentir et d'exprimer une fierté juste pour les accomplissements de leur race en tant que puissance colonisatrice ». Et que Edward Cornwallis mérite plus de respect à Halifax pour cette raison. Archibald MacMechan décrit les Mi'kmaq comme des « Indiens sauvages » dont « la cruauté et la ruse sont un proverbe contre lequel il faut continuellement se garder ».

En octobre 1929, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Edgar Rhodes, écrit qu'il est « ravi d'apprendre qu'un mouvement est en branle ici pour ériger une statue de l'honorable Edward Cornwallis et que Massey Rhind, le sculpteur, a été engagé. » La statue serait placée au centre d'un parc devant la nouvelle gare des Chemins de fer nationaux du Canada à l'extrémité sud de la ville. Elle rendrait hommage à Edward Cornwallis et attirerait également des touristes, écrit le Cornwallis Memorial Committee. Le comité commémoratif remarque qu'au moment de la fondation d’Halifax, « les Indiens s’opposent au grand camp sinistre des hommes blancs ».

La construction de la statue

La statue de Massey Rhind arrive en mai 1931, et le 22 juin la ville organise une grande célébration dans le parc Cornwallis. La statue de 20 000 $ est payée par Les chemins de fer nationaux du Canada, la province de la Nouvelle-Écosse et la ville d’Halifax.

En 1974, Edward Cornwallis est déclaré personnage national historique par le gouvernement fédéral sur les recommandations de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. En 1985, la Commission des monuments installe une plaque sur le socle de la statue, indiquant la naissance de Cornwallis en 1713 et sa mort en 1776, ainsi que cette inscription : « Officier de l'armée britannique, gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Écosse, Cornwallis fut le fondateur d'Halifax. Ayant reçu l'ordre d'élever une ville fortifiée devant servir de tampon entre la Nouvelle- Angleterre et la Nouvelle-France et faire contrepoids à la forteresse de Louisbourg, il débarqua dans la baie de Chebucto en 1749 avec de nombreux colons et commença à déblayer le terrain pour y jeter les fondations d'Halifax. Quand il retourna en Angleterre en 1752 pour y poursuivre sa carrière militaire il laissait derrière lui les assises d'une ville florissante. En 1762, il fut nommé gouverneur de Gibraltar. »

Dans un document présenté en 2013 à la Nova Scotia Historical Society, John Reid, professeur à l'Université St. Mary, déclare que la « mémoire historique de Cornwallis symbolisée par la statue [...] était gouvernée non pas par l'histoire, mais par un puissant mélange d'impérialisme, un triomphalisme basé sur le binaire sauvagerie-civilisation, la promotion de l'État, et un agenda économique. »

La controverse émerge

La conception publique d'Edward Cornwallis est contestée en 1993, lorsque Daniel Paul, aîné mi'kmaq, publie We Were Not the Savages, un point de vue des Mi’kmaq sur l'histoire de la Nouvelle-Écosse. Il qualifie les actes hostiles d’Edward Cornwallis envers les Mi’kmaq de « génocide », soutenant qu'il « décrit bien le comportement barbare des Britanniques dans la colonisation de la Nouvelle-Écosse ». Daniel Paul écrit que la proclamation de scalpation d’Edward Cornwallis de 1749 montre qu'il « était bien doté d'une cruauté sans cœur. »

Daniel Paul insiste pour que l’on renomme les lieux portant le nom de Cornwallis, et demande qu’on retire la statue. Des groupes comme la Halifax Military Heritage Preservation Society défendent l'héritage d’Edward Cornwallis, affirmant que ses actes « étaient légaux à l'époque et qu'il avait toute autorité pour les émettre », et que les allégations de génocide « sont réfutables ».

En 2014, le conseil municipal d’Halifax commence à améliorer le parc Cornwallis, relançant ainsi le débat sur la statue. En 2015, Allan MacMaster, membre de l'Assemblée législative d'Inverness, demande également qu’on retire la statue. Le premier ministre Stephen McNeil demande à Halifax d'envisager de déplacer la statue à un autre endroit.

En 2016, le conseil municipal d'Halifax vote contre une discussion la façon d'utiliser le nom d’Edward Cornwallis sur les propriétés municipales, y compris le parc et la statue. En avril 2017, le conseil vote de nouveau sur la question, acceptant cette fois d'établir un groupe d'experts pour conseiller sur la façon dont Edward Cornwallis devrait être commémoré.

Le 1er juillet 2017, une manifestation de la fête du Canada dirigée par des Autochtones de Cornwallis à la statue est interrompue par un groupe appelé les Fiers garçons, qui déclarent que la manifestation ne respecte pas Edward Cornwallis. Ces Fiers garçons sont des membres des Forces armées canadiennes qui ne sont pas en service et sont mis en probation en raison de leurs actions lors de la fête du Canada.

En janvier 2018, le conseil d'Halifax vote 12 contre 4 pour retirer la statue et la placer temporairement en entreposage, pendant que les membres réfléchissent à l'avenir à long terme de la statue.