Daoust, Fernand

Fernand Daoust, syndicaliste (Montréal, 26 oct. 1926). Successivement secrétaire général et président de la FTQ entre 1969 et 1993, il a été un acteur de premier plan sur la scène québécoise.

Daoust, Fernand

Fernand Daoust, syndicaliste (Montréal, 26 oct. 1926). Successivement secrétaire général et président de la FTQ entre 1969 et 1993, il a été un acteur de premier plan sur la scène québécoise. Après des études universitaires, il s'engage dans le mouvement syndical en 1950, militant tour à tour au Syndicat des chapeliers, au CONGRÈS CANADIEN DU TRAVAIL et au CONGRÈS DU TRAVAIL DU CANADA. De 1959 à 1968, il uvre au Syndicat des travailleurs des industries pétrolière, chimique et atomique. Par la suite, c'est au SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE qu'il occupe le poste de directeur québécois.

En 1969, il entreprend une longue carrière au Comité exécutif de la FÉDÉRATION DES TRAVAILLEURS DU QUÉBEC (FTQ) alors qu'il est élu secrétaire général de cette centrale syndicale présidée par Louis LABERGE. Il succède à ce dernier en 1991 et se retire en 1993. De 1994 à 1996, on le retrouve à la présidence du Fonds de solidarité de la FTQ, un fonds syndical d'investissement pour la protection et la création d'emplois.

Fernand Daoust a été engagé dans plusieurs organismes publics au cours de ses années de militantisme: Conseil supérieur de l'éducation, Office franco-québécois de la jeunesse, U. du Québec à Montréal.

C'est cependant comme défenseur des droits des travailleurs et des travailleuses du Québec de travailler dans leur langue, que Fernand Daoust fait sa marque sur la scène publique québécoise. Dès 1959, en négociation avec des entreprises multinationales, il réclame que les discussions se déroulent en français. Membre fondateur du Mouvement Québec Français (MQF) en 1971, un organisme regroupant des organisations syndicales, culturelles et nationales vouées à la défense du français et membre du conseil d'administration de l'Office de la langue française depuis sa fondation en 1977, il intervient sans relâche sur les questions linguistiques. Fernand Daoust s'est mérité plusieurs honneurs. En 1994, le Conseil de la langue française l'honore en le décorant de l'Ordre des francophones d'Amérique. En reconnaissance de sa contribution à la cause du français, il devient en 1998, lauréat du Prix Georges-Émile-Lapalme; la même année, il est nommé Patriote de l 'année par la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal; en juin 2001 il est reçu Chevalier de l'Ordre du Québec.