de Rimanoczy, Jean

Jean de Rimanoczy. Violoniste, chef d'orchestre (Vienne, 4 février 1904 - Los Angeles, 2 mars 1958). Formé à l'Académie de musique de Budapest par Jenö Hubay, Bartók, Kodály et Leo Weiner, de Rimanoczy émigra au Canada en 1925 et se fixa d'abord à Winnipeg.

de Rimanoczy, Jean

Jean de Rimanoczy. Violoniste, chef d'orchestre (Vienne, 4 février 1904 - Los Angeles, 2 mars 1958). Formé à l'Académie de musique de Budapest par Jenö Hubay, Bartók, Kodály et Leo Weiner, de Rimanoczy émigra au Canada en 1925 et se fixa d'abord à Winnipeg. Il fut membre de l'Orchestre symphonique de Calgary (1928-33) et se produisit également comme soliste dans l'Ouest canadien. En 1934, il fut nommé violon solo de l'Orchestre symphonique de Vancouver à la suite d'un concert avec cet ensemble. Il devint aussi le premier violon du quatuor de musique de chambre d'Allard de Ridder. Soliste à l'émission de la CCR et de la SRC « Jewels of the Madonna » au milieu des années 1930, il dirigea également un orchestre à cordes à l'émission radiophonique de la SRC « Classics for Today » (1938-52) et, durant quelque temps, un plus grand orchestre à « Music in the Night ». Il enseigna en privé à Vancouver, notamment à Angelina Avison, George Bornoff, Ricky Hyslop, Gregory Millar et Cardo Smalley. En 1943, il fut engagé par sir Thomas Beecham pour occuper le poste de violon solo de l'OS de Seattle. Là-bas, il fut instructeur de cordes (1944-49) et dir. du dépt de violon de la Cornish School (plus tard Institute) of Music (1949-51). En 1947, il fonda à Vancouver le Quatuor de Rimanoczy. Il revint à l'OS de Vancouver comme violon solo et chef d'orchestre adj. (1951-56). Avant de s'établir à Los Angeles en 1957, il dirigea également le Vancouver Junior Symphony Orchestra (1952-55) et fut l'animateur de l'émission de télévision de la SRC « Theme in Seven » (1955), un historique de la musique de chambre en sept parties. Toute son activité fut marquée d'une énergie débordante, d'une vive sensibilité et d'une recherche de la perfection. En dépit d'un comportement parfois antipathique, il obtenait de bons résultats.