Dennis Lee

Dennis Beynon Lee, professeur, rédacteur, critique et poète (Toronto, 31 août 1939). Diplômé en anglais de l'U. de Toronto, (B.A., 1962; M.A., 1965), il occupe les fonctions d'enseignant ou d'écrivain résident dans plusieurs universités.

Dennis Lee, po\u00e8te
Les oeuvres de Lee essaient de créer des po\u00e8mes \u00e0 partir des mots et des activités de tous les jours (photo de Susan Perly/Macmillan of Canada).

Dennis Beynon Lee, professeur, rédacteur, critique et poète (Toronto, 31 août 1939). Diplômé en anglais de l'U. de Toronto, (B.A., 1962; M.A., 1965), il occupe les fonctions d'enseignant ou d'écrivain résident dans plusieurs universités. Après avoir fondé House of Anansi, où il s'attire de nombreux éloges en tant que directeur (1967-1972), il travaille comme conseiller en édition chez Macmillan (1974-1979) et McClelland and Stewart (1981-1984). Il écrit aussi des chansons, avec Phillip Balsam, pour l'émission de télévision Les Fraggles (1982-1986). Parmi ses ouvrages de prose, figurent The University Game (publié avec H. Adelman, 1968), dans lequel il revendique une libéralisation des institutions d'enseignement qu'il juge étouffantes, et Savage Fields: An Essay in Literature and Cosmology (1977). Ce dernier ouvrage examine la corrélation qui existe entre la « Terre » et le « monde », c'est-à-dire la nature et la civilisation, ou l'instinct et la conscience, et applique ce concept à l'analyse critique d'oeuvres de Michael Ondaatje et de Leonard Cohen.

Lee renie une grande partie de Kingdom of Absence (1967), une suite de 43 sonnets, mais il écrit par la suite des livres dans lesquels il étudie les inquiétudes qui y sont exprimées : les maladies modernes, l'aliénation, le vide, le colonialisme et leurs effets sur l'imagination, voire le langage. Civil Elegies (1968, rév., 1972; prix du Gouverneur général; trad. Élégies civiles et autres poèmes, 1980) est une élégie en vers libres sur le statut de colonisé du Canada et une méditation sur la nécessité de devenir citoyen à part entière pour occuper, avec imagination et totalement, sa vie et son pays.

La conquête du langage et la libération de l'imagination, indispensables à ce processus, s'obtiennent plus facilement quand on commence dès l'enfance. Par conséquent, Lee essaie de libérer les enfants de la mentalité de colonisé en composant des poèmes enracinés dans les mots et les activités de leur vie quotidienne, des poèmes qui encouragent des jeux libres faisant appel à l'imagination. Ses deux meilleurs livres pour enfants sont publiés en 1974 : Alligator Pie, destiné aux enfants d'âge préscolaire, et Nicholas Knock and Other People, destiné aux enfants plus âgés. En ce qui concerne les adultes, la première partie de The Gods (1979) examine plus en profondeur les questions reliées aux racines et aux jeux (parmi lesquels l'amour physique). La deuxième partie, The Death of Harold Ladoo (1976), est une élégie à l'intention d'un ami de Lee, un écrivain assassiné en 1973, durant un séjour à la Trinité, son pays d'origine. Le poème consiste aussi en une réflexion sur le rôle de l'Épiphanie mystique et de la création artistique dans les efforts de l'individu pour accepter les difficultés du monde moderne. Son plus récent ouvrage est Nightwatch (New and Selected Poems 1968-1996) (1996).


En savoir plus // Dennis Lee