Doris McCarthy

Doris McCarthy, C.M., O.Ont., peintre, enseignante, écrivaine (née le 7 juillet 1910 à Calgary, en Alberta; décédée le 25 novembre 2010 à Toronto, en Ontario). Doris McCarthy est surtout connue pour ses nombreuses peintures abstraites de paysages canadiens.
Doris McCarthy, C.M., O.Ont., peintre, enseignante, écrivaine (née le 7 juillet 1910 à Calgary, en Alberta; décédée le 25 novembre 2010 à Toronto, en Ontario). Doris McCarthy est surtout connue pour ses nombreuses peintures abstraites de paysages canadiens.


Doris McCarthy, C.M., O.Ont., peintre, enseignante, écrivaine (née le 7 juillet 1910 à Calgary, en Alberta; décédée le 25 novembre 2010 à Toronto, en Ontario). Doris McCarthy est surtout connue pour ses nombreuses peintures abstraites de paysages canadiens.

Jeunesse et formation

La famille de Doris McCarthy s’installe à Toronto en 1913 alors que Doris n’a que deux ans. Doris McCarthy passe la plus grande partie de son enfance et de son adolescence chez ses parents, dans l’est de Toronto, dans un quartier nommé The Beaches. Douée pour la peinture et le dessin dès son plus jeune âge, elle obtient en 1926 une bourse qui lui permet d’étudier à l’Ontario College of Art (aujourd’hui l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario) en 1926. Elle y bénéficie de l’enseignement d’un certain nombre de grands peintres canadiens tels qu’Arthur Lismer, James E.H. MacDonald et Hortense Gordon. À cette époque, elle se rapproche de deux peintres du Groupe des septA.Y. Jackson et Lawren Harris–, qui contribuent également à sa formation. « Je ne pense pas avoir été influencée par les peintures produites par le Groupe des sept, confiera Doris McCarthy à l’artiste Harold Klunder, lors d’une interview réalisée en 2004. J’ai été par contre largement influencée par cette tradition qui consistait à aller s’immerger dans la nature et à peindre ce qui s’y trouvait. J’ai complètement adhéré à cette approche. Et j’y suis restée fidèle ».

Doris McCarthy obtient son diplôme avec distinctions de l’Ontario College of Art en 1930, puis se voit offerte un an plus tard la première exposition majeure de ses œuvres dans le cadre de l’exposition annuelle de l’Ontario Society of Artists. En 1945, cette société l’accueille parmi ses membres. Doris McCarthy en sera la vice-présidente de 1961 à 1964, puis la première présidente de 1964 à 1967. Avant tout cela, en 1930, après avoir reçu son diplôme de l’Ontario College of Art, elle travaille néanmoins pour un maigre salaire chez Grip, une agence de publicité qui a vu passer plusieurs membres du Groupe des sept. En 1932, elle accepte un poste d’enseignante en peinture à la Central Technical School de Toronto. Elle conservera ce poste pendant quarante ans et sera reconnue par tous comme une enseignante et mentore très appréciée par d’innombrables étudiants.

Milieu de carrière

Au début des années 1950, Doris McCarthy est déjà renommée pour être l’un des plus grands peintres paysagistes du Canada. Fidèle au credo prôné par le Groupe des sept et qu’elle avait adopté durant ses études – « s’immerger dans la nature et peindre ce qui s’y trouve » –, elle s’inspire, pour la plupart de ses œuvres, d’excursions de peinture dans le milieu sauvage. Doris McCarthy est réputée pour ses peintures de paysages canadiens – Haliburton, Muskoka, la baie Georgienne, les badlands de l’Alberta et l’Arctique –, mais elle a aussi peint des paysages d’autres parties du monde. En 1951, en congé sabbatique, elle passe plus d’un an à peindre en Europe, et en 1961, elle sillonne l’Asie tout en peignant les paysages qu’elle croise en Afghanistan, en Irak, au Cambodge et dans d’innombrables autres pays. Utilisant principalement des huiles épaisses et l’aquarelle, Doris McCarthy parvient à développer un style, souvent à la limite de l’abstrait, que les critiques reçoivent toujours avec enthousiasme pour sa vitalité, son audace et un intéressant rendu des couleurs et des formes aux arêtes vives.

Fin de vie et de carrière

Doris McCarthy a fait construire une maison et un studio sur la terre qu’elle a achetée en 1939, près de l’escarpement de Scarborough, avec vue sur le lac Ontario. Elle baptise sa résidence « Fool’s Paradise » et c’est là qu’elle vivra et travaillera après avoir pris sa retraite de son poste d’enseignante en 1972. Cette propriété est aujourd’hui utilisée comme résidence d’artistes – le Centre des artistes en résidence Doris McCarthy –, et est financée en partie par la Fiducie du patrimoine ontarien.

Les œuvres de Doris McCarthy ont été exposées durant toute sa carrière et font aujourd’hui partie de nombreuses collections permanentes, notamment celle du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée des beaux-arts de l’Ontario, de la Collection royale du château de Windsor et de la Collection McMichael d’art canadien.

Parallèlement à ses activités de peintre, Doris McCarthy a poursuivi des études jusqu’à tard dans sa vie, recevant un baccalauréat ès arts avec distinctions de l’Université de Toronto à Scarborough en 1989. Elle est également l’auteure de trois livres autobiographiques : A Fool in Paradise (1990), The Good Wine (1991) et Ninety Years Wise (2004).

En 2004, la galerie Doris McCarthy ouvre ses portes sur le campus de l’Université de Toronto à Scarborough. Pour le centenaire de la naissance de l’artiste, en 2010, la galerie Doris McCarthy et le centre des arts de l’Université de Toronto organisent une rétrospective de son œuvre intitulée Roughing It in the Bush: The Landscapes of Doris McCarthy, qui présente 70 pièces, dont certaines sont exhibées pour la première fois au public.

Distinctions honorifiques

Doris McCarthy a remporté le prix Tia Maria de l’artiste canadienne de l’année en 1983. Elle est faite Membre de l’Ordre du Canada en 1986 et membre de l’Ordre de l’Ontario en 1992. Elle reçoit en 1998 le prix William Kilbourn en reconnaissance de sa contribution, durant toute sa vie, aux arts dans la ville de Toronto.