Doyle, Sir Charles Hastings

Sir Charles Hastings Doyle, soldat, administrateur et lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (Londres, Angl., 10 avril 1804 -- id., 19 mars 1883). Doyle joue un rôle important dans les affaires politiques et militaires du Canada à l'époque de la CONFÉDÉRATION en 1867.

Doyle, Sir Charles Hastings

Sir Charles Hastings Doyle, soldat, administrateur et lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (Londres, Angl., 10 avril 1804 -- id., 19 mars 1883). Doyle joue un rôle important dans les affaires politiques et militaires du Canada à l'époque de la CONFÉDÉRATION en 1867.

Tout comme son père, il opte pour la carrière militaire. En 1860, il est déjà promu au grade de major-général et, au bout d'un an, il assume le commandement des troupes britanniques dans l'Atlantique. Dès son arrivée dans la région, les affaires militaires l'accaparent. Le déclenchement de la GUERRE DE SÉCESSION provoque une situation d'urgence sans précédent depuis la GUERRE DE 1812. Au cours de l'AFFAIRE DU TRENT, de l'AFFAIRE DU CHESAPEAKE et, ensuite, devant la menace que représentent les FENIANS, Doyle fait preuve de compétences militaires et diplomatiques solides. Contrairement aux représentants de la couronne incompétents de l'époque des généraux de Wellington, il possède par-dessus tout une personnalité aux multiples facettes. En tant que commandant de l'armée britannique, il doit remplacer le lieutenant-gouverneur en l'absence de ce dernier. Les compétences en politique et les amitiés qu'il développe dans l'exercice de ces fonctions lui permettent de jouer un rôle crucial dans la réalisation de la Confédération dans les Maritimes.

En 1867, la réputation d'impartialité et d'intégrité de Doyle n'est plus à faire : il compte parmi ses amis et ses alliés des politiciens notoires comme Joseph HOWE, Charles TUPPER et John A. MACDONALD. Puisqu'il s'avère la personne tout indiquée pour désamorcer le raz-de-marée politique qui s'abat sur la Confédération en Nouvelle-Écosse, il est nommé lieutenant-gouverneur de la province en octobre 1867. Malgré des difficultés qui en auraient rebuté plus d'un, il travaille en collaboration avec Tupper et Howe afin de maîtriser les forces opposées à la Confédération. Il joue un rôle clé dans la négociation de meilleures conditions pour la Nouvelle-Écosse, ces dernières se révélant d'une importance cruciale pour l'acceptation finale de la Confédération. Il s'agit probablement de son principal héritage.

Doyle quitte la Nouvelle-Écosse en mai 1873. Il passe les dernières années de sa vie dans une tranquillité relative, après avoir profondément marqué l'histoire militaire, diplomatique et politique du nouveau dominion.