Duo Ascher/Ascher Duo

Duo Ascher/Ascher Duo (1970-75; Aschers Three, 1975-77). Formé par la basse Kenneth Asch (Montréal, 26 juin 1934) et sa femme, la soprano Henriette Platford (Winnipeg, 29 septembre 1937). Cette dernière fut l'élève de Doris Mills Lewis et de Bernard Diamant, qui enseigna aussi à Asch.

Duo Ascher/Ascher Duo

Duo Ascher/Ascher Duo (1970-75; Aschers Three, 1975-77). Formé par la basse Kenneth Asch (Montréal, 26 juin 1934) et sa femme, la soprano Henriette Platford (Winnipeg, 29 septembre 1937). Cette dernière fut l'élève de Doris Mills Lewis et de Bernard Diamant, qui enseigna aussi à Asch. Tous deux se perfectionnèrent à Munich. Asch fit ses débuts (1963) à l'opéra de Detmold pour ensuite se produire en Europe avec différents orchestres et compagnies d'opéra (1963-70), dont le Bavarian State Opera, l'opéra de Zurich et le Royal Philharmonic Orchestra. Platford débuta (1959) avec la Chorale Elgar de Montréal lors d'une émission à la SRC, puis se produisit en récital et à l'opéra tant au Canada qu'en Allemagne. De retour au Canada en 1971, les Asch et Bernard Diamant ouvrirent un studio, la Toronto Academy of Performance. Le duo chanta à Montréal et Calgary en 1973 et au Wigmore Hall à Londres en 1972, 1974 et 1975. Des oeuvres composées pour le duo par Alexander Brott (Songs of the Central Eskimos et Indian Legends) et Oskar Morawetz (Father William) ont été présentées en première au Wigmore Hall et enregistrées en 1975 avec John Newmark au piano (1975, RCI 391; l'oeuvre de Brott a été repiquée sur 7-ACM 20). En 1976, le compositeur allemand Werner Egk écrivit pour le duo une oeuvre pour quatuor à cordes ou orchestre et deux voix, La Tentation de saint Antoine. En 1975, les Asch s'adjoignirent la soprano Burnetta Day et le trio prit le nom d'Aschers Three. Avant leur dissolution en 1977, les Aschers Three participèrent à des émissions radiophoniques à la SRC, effectuèrent des tournées annuelles pour les Community Concerts et les Overture Concerts, et chantèrent avec l'Orchestre philharmonique de Hamilton, l'OSM et l'Orchestre de chambre McGill. En 1990, Kenneth Asch écrivait pour des revues artistiques, en plus d'être directeur artistique et producteur, tandis que sa femme Henriette continuait d'enseigner. Le couple résidait à Toronto.