Emily Carr University of Art + Design

L’Emily Carr University of Art + Design (Université d’art et de design Emily Carr) est le seul établissement d’enseignement postsecondaire en Colombie-Britannique offrant un programme d’études centré exclusivement sur les arts, les médias et le design. Occupant un campus conçu sur mesure à Vancouver et inauguré en 2017, l’Université Emily Carr a joué un rôle de premier plan dans l’exploration des technologies numériques dans l’art et le design au 21e siècle.

Le campus de l'Université Emily Carr sur Great Northern Way \u00e0 Vancouver.

Contexte et fondation

La British Columbia Art League est fondée en 1921 pour promouvoir la création d’une école d’art et d’une galerie d’art. Ainsi, en 1925, on crée la Vancouver School of Decorative and Applied Arts (École d’arts décoratifs et appliqués de Vancouver), située au dernier étage de l’immeuble du Conseil scolaire de Vancouver, au 590, rue Hamilton. (La Galerie d’art de Vancouver est quant à elle fondée six ans plus tard, en 1931.) Rebaptisée « Vancouver School of Art » (« École d’art de Vancouver ») en 1936, elle a été déménagée à proximité, dans les locaux de l’école secondaire du centre de Vancouver.

Premières facultés et concentrations

Parmi son personnel enseignant d’origine, l’école compte des artistes comme le sculpteur Charles Marega, dont les œuvres ornent l’entrée du pont Lions Gate, à Stanley Park, et les édifices du Parlement de la Colombie-Britannique à Victoria; l’artiste Jock Macdonald, peintre abstrait avant-gardiste et membre fondateur du Groupe des Onze; et le membre du Groupe des SeptFrederick Varley.

Parmi les enseignants les plus en vue durant la Deuxième Guerre mondiale, on trouve Bruno et Molly Lamb Bobak, Fred Amess et B.C. Binning, qui créent le groupe Art in Living en 1943. Dans ce programme, les étudiants et les enseignants examinent le logement urbain et les quartiers, et présentent leurs conclusions dans quatre expositions à la Galerie d’art de Vancouver.

Plus tard, dans la période qui suit immédiatement l’après-guerre, des enseignants artistes tels Gordon Smith et Jack Shadbolt introduisent à l’école les concepts de la peinture abstraite moderne. Simultanément, l’école accorde désormais une importance nouvelle à l’artisanat, et le corps enseignant s’enrichit des céramistes Reg Dixon, David Lambert et Robert Weghsteen, ce qui coïncide, en 1952, avec le déménagement de l’école dans des locaux plus grands, situés dans l’édifice rénové du Conseil scolaire.

Expansion et nouveau nom

Dans la foulée, en 1963, d’un nouveau déménagement dans un immeuble neuf plus spacieux, le programme éducatif de l’école s’élargit pour inclure désormais la photographie, le dessin animé, ainsi que les arts de la scène et les installations. L’expérimentation artistique et sociale qui caractérise l’école dans les années 1960 s’étend aussi aux pratiques éducatives : les cours d’illustration et d’histoire sont facultatifs, les notes sont en grande partie éliminées et les étudiants ont tendance à travailler sur des projets autogérés.

La croissance se poursuit durant les années 1970, tandis que l’école s’installe dans des locaux loués à la Pacific National Exhibition (PNE), et dans des ateliers et des studios sur la rue Water, à Gastown. En 1978, l’école accroît sa maîtrise administrative lorsqu’elle décroche le statut de collège artistique indépendant, disposant d’un mandat provincial. À l’occasion d’un nouveau déménagement dans des locaux neufs plus spacieux sur l’île Grandville en 1980, le nouvel établissement est rebaptisé « Emily Carr College of Art » (Collège d’art Emily‑Carr) par le gouvernement provincial en hommage à Emily Carr, l’une des plus célèbres artistes de la province et du Canada. À l’époque, les étudiants craignent que le fait de nommer le collège en son honneur nuise à l’accent que l’école met sur la vie et l’art contemporains.

Les années 1980 voient l’ouverture de la galerie Charles H. Scott et la création du département de design industriel, conjointement avec un programme de communication et de sensibilisation, incluant la mise en place d’ateliers dans des collectivités éloignées, d’études à temps partiel et de cours d’été, et de programmation télévisuelle éducative telle que Mark & Image (1988), développée en collaboration avec le Knowledge Network.

Ère numérique

Le droit de délivrer des diplômes supérieurs (un baccalauréat en beaux-arts et un baccalauréat en design) amène l’établissement à changer de nom générique, passant de « collège » à « institut » en 1995. On construit des installations pour permettre aux étudiants d’explorer la technologie numérique. La première décennie du nouveau millénaire voit l’Institut d’art et de design Emily‑Carr mettre en place des relations collaboratives avec d’autres universités provinciales et accorder une importance nouvelle aux études critiques et culturelles. En 2006, l’Institut ouvre le Intersections Digital Studio, un centre de recherche consacré aux nouvelles technologies. Cette même année, l’Institut commence à octroyer une maîtrise en arts appliqués avec des filières en design, en arts visuels et en arts des nouveaux médias.

Statut d’université

En 2008, l’Institut d’art et de design Emily‑Carr obtient, par décret gouvernemental, le statut d’université et devient l’Université d’art et de design Emily‑Carr. L’Université commence à offrir un nombre croissant de cours en histoire de l’art, en histoire du design, en anglais, en sciences humaines, en histoire des médias, en sciences et en sciences sociales.

Great Northern Way Campus

En 2016, l’Université Emily‑Carr occupe deux importants bâtiments sur l’île Granville et trois campus satellites dans la ville. Elle s’enorgueillit d’un effectif de plus de 1 250 étudiants à temps plein et de plus de 3 200 étudiants en formation continue qui reçoivent les enseignements de 172 professeurs permanents ou recrutés pour une ou plusieurs sessions universitaires.

En septembre 2017, l’Université déménage pour occuper son campus personnalisé de 290 000 p2 (près de 27 000 m2) dans l’ancien quartier industriel False Creek Flats, au sud-est du centre‑ville de Vancouver. Réalisé avec 123 millions de dollars, le campus est conçu par Diamond and Schmitt Architects sur un terrain cédé à la fois à l’Université Emily‑Carr, à l’Université Simon Fraser et à l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique. Ces trois établissements sont impliqués auprès du Centre for Digital Media, qui est attenant au nouveau campus de l’Université Emily‑Carr. On peut espérer que la présence du nouveau campus, qui comprend un studio d’impression 3D, revitalisera le secteur en attirant les entreprises dans le domaine du design et des technologies numériques.

(Voir aussi Éducation artistique; Courants artistiques contemporains.)


Les oeuvres sélectionnées de
Emily Carr University of Art + Design

En savoir plus