Eyre, Ivan Kenneth

La mythologie personnelle d'Eyre et le paysage que lui inspire sa propre psyché sont au coeur de son oeuvre.
La mythologie personnelle d'Eyre et le paysage que lui inspire sa propre psyché sont au coeur de son oeuvre.



Eyre, Ivan Kenneth

 Ivan Kenneth Eyre, peintre (Tullymet, Sask., 15 avril 1935). Avant de s'installer en 1942 à Saskatoon, en Saskatchewan, la famille Eyre vit à Red Deer, en Alberta, et dans les communautés saskatchewanaises de Turtleford, de Southey et d'Ituna. Entre 1946 et 1953, Eyre étudie de façon sporadique avec Eli BORNSTEIN, Wynona Mulcaster, Ernest LINDNER et George Swinton. De 1953 à 1957, il étudie à la University of Manitoba School of Art (BFA), puis de 1958 à 1959, à la University of North Dakota, à Grand Forks. En 1959, il se joint au corps professoral de la faculté de la University of Manitoba School of Art et ne prend sa retraite qu'en 1992. En 1965, le Conseil des Arts du Canada lui décerne une bourse pour artiste établi, grâce à laquelle il travaille et étudie de façon intensive en Europe, de 1965 à 1967. Parmi les plus importantes rétrospectives de ses expositions, on compte « Ivan Eyre Exposition », organisée par la Robert McLaughlin Gallery à Oshawa en 1980, et « Ivan Eyre: Personal Mythologies / Images of the Milieu, Figurative Paintings, 1957-1988 », organisée par la Winnipeg Art Gallery en 1988.

La mythologie personnelle d'Eyre et le paysage que lui inspire sa propre psyché sont au coeur de son oeuvre. L'angoisse existentielle perceptible dans ses peintures du début des années 60 fait place, à la fin de la décennie, à une remise en question délibérée des notions d'ambiguïté existentielle, de choix, de sens et de mythe; la nature de l'existence et de la réalité, de la conscience de soi qui découle de l'aliénation métaphysique d'un étranger. Sa propre écriture réflète l'individualité résolue de sa démarche, libre de l'influence des modes artistiques. Le dessin constitue la base du vocabulaire visuel d'Eyre et, à l'exception de ses paysages purs, toutes ses peintures en découlent. C'est le dessin qui détermine les tableaux mythologiques de ses peintures figuratives et rend les natures mortes soigneusement composées, de même que les choses sans nom, objets trouvés dans l'atelier de l'artiste et qui apparaissent dans nombre de ses peintures. Les paysages possèdent des qualités surnaturelles et mnémoniques : ils expriment un sentiment profond d'appartenance à un lieu, de la présence de la prairie et des bois, mais en dépit de leur spontanéité comme oeuvres figuratives, ils s'embarrassent encore des éléments de contradiction et d'incertitude qui imprègnent généralement l'ensemble de son oeuvre. Le travail d'Ivan Eyre souligne la responsabilité inhérente au choix individuel parmi les possibilités qui s'offrent à nous.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • George Woodcock, Ivan Eyre (1981); James D. Campbell and Andrew Oko, Masks & Shadows: The Art of Ivan Eyre (1996).