Festival international de nouvelle danse (FIND)

L'aventure du FIND débute en 1982, à l'initiative de Chantal Pontbriand, Diane Boucher et Dena Davida.
L'aventure du FIND débute en 1982, à l'initiative de Chantal Pontbriand, Diane Boucher et Dena Davida.


Festival international de nouvelle danse (FIND)

L'aventure du FIND débute en 1982, à l'initiative de Chantal Pontbriand, Diane Boucher et Dena Davida. Le but de cet événement biennal est multiple: témoigner de la vitalité de la danse dans le monde entier, faire connaître les artistes québécois et canadiens les plus intéressants sur la scène internationale, et amener le public du pays à découvrir les chorégraphes de nouvelle danse les plus en vue de la planète.

Le véritable coup d'envoi du FIND, également créé dans le but de faire de Montréal une plaque tournante de la nouvelle danse à travers le monde, est donné en 1985. Le première programmation est alléchante, réunissant certaines des plus grandes figures de la danse contemporaine mondiale, dont l'Allemande Pina Bausch, les Américains Merce Cunningham et Trisha Brown et le Québécois Édouard LOCK. Cette première édition, l'une des plus flamboyantes que le festival ait connu à ce jour, fait place à neuf autres du genre. Parmi elles, on retient celle de 1987, avec un coup de cur du public pour Mammame Montréal, du chorégraphe français Jean-Claude Gallotta et son Groupe Émile Dubois, et celle de 1989 avec la venue, pour la première fois à Montréal, de la compagnie japonaise Karas, dirigée par Saburo Teshigawara; cette troupe remportera trois fois le prix du public au FIND. 1992 marque aussi l'histoire du festival, avec une édition spéciale consacrée au 350e anniversaire de la ville de Montréal. On y retrouve un grand nombre de compagnies et d'artistes québécois parmi les plus renommés des années 90, dont La La La Human Steps, O Vertigo, Marie CHOUINARD, Jocelyne MONTPETIT, William Douglas, Lynda GAUDREAU.

À l'image de la première édition, celle de 1995 demeure des plus impressionnantes avec la venue, pour la première fois en sol québécois, du célèbre Ballett Frankfurt, dirigé par William Forsythe. Une découverte pour le public montréalais, mais aussi un choc, avec la présentation de Eidos: Telos, une uvre énigmatique, abyssale, de près de trois heures. À cette présence significative, s'ajoutent celle de La La La Human Steps, avec 2, et de Karas, avec Noiject. Cette année-là, le FIND remporte le Grand Prix du Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal (CACUM), pour l'excellence de sa programmation.

Après avoir cherché à mettre un pays à l'honneur lord de chacune de ses éditions - la France en 1987, le Japon en 1989, la Belgique en 1991, etc. - le FIND décide, en 1999, de se concentrer sur une thématique. Pour cette édition de fin de millénaire, les trois organisatrices choisissent le thème Afrique - Aller/retour comme symbole des croisements entre tradition et modernité et du métissage artistique caractéristique du XXe siècle. Le Festival organise aussi à cette occasion un colloque international, réunissant quelques-uns des plus grands penseurs de la danse contemporaine.

Reconnu comme l'une des grandes manifestations du genre au monde, le Festival international de nouvelle danse a cumulé à ce jour plus de 350 représentations pour quelque 300 000 spectateurs et a constamment retenu l'attention des médias. À ce titre, deux documentaires ont été produits par la SOCIÉTÉ RADIO-CANADA: Une heure très danse en 1989 et Danse, Dance, Dans, Tanz, Dansu en 1995.

La dernière édition du Festival international de nouvelle danse a eu lieu à l'automne 2003.