Francine Ouellette

Francine Ouellette (née le 11 mars 1947 à Montréal, au Québec). C'est à l'école des Beaux-Arts de Montréal que Francine Ouellette poursuit ses études pour devenir enseignante en arts plastiques.

Carrière

Francine Ouellette (née le 11 mars 1947 à Montréal, au Québec). C'est à l'école des Beaux-Arts de Montréal que Francine Ouellette poursuit ses études pour devenir enseignante en arts plastiques. Établie dans la ville de Mont-Laurier, elle saura relever un défi lancé par ses étudiants, sauter en parachute, ce qui lui fera découvrir une passion pour l'aviation.

Installée à Shefferville durant les années 70, elle s'inscrira à des cours de vol. À la même époque, elle entamera sa carrière d'écrivaine avec Les ailes du destin, qui ne sera publié qu'une vingtaine d'années plus tard.

Francine Ouellette emménage ensuite non loin de Mont-Laurier, au bord du Lac des Îles et se consacre à ses trois passions : l'écriture, l'aviation et la sculpture.

Après avoir fait de nombreuses recherches sur les origines de sa région, elle publie, en 1984, son roman Au nom du père et du fils, qui deviendra vite un best-sellers. Un an plus tard, elle offre aux lecteurs déjà séduits, la suite de celui-ci : Le Sorcier. Les thèmes traités sont audacieux; bien sûr on y parle d'amour, un amour impossible entre un Blanc et une Autochtone, on y rapporte aussi les faits et gestes de la civilisation amérindienne et de la colonisation des Pays- d'en- haut; elle y aborde le choc des cultures entre les Blancs et les « sauvages » et surtout « la toute-puissance du clergé et de sa lutte contre la médecine et le péché »

Au nom du Père et du fils sera porté à l'écran et certains téléspectateurs seront choqués par les propos abordés dans ce film, certains y voyant une attaque contre leur religion.

Les ailes du destin, roman écrit dans les années 70, refait surface avec sa suite Le Grand Blanc. Ces deux romans publiés en 1992 puis en 1993, propulsent une fois de plus Francine Ouellette au sommet. Elle nous y fait partager sa passion de l'aviation et y traite aussi d'un sujet plus pointu qu'est l'univers carcéral des années 1960-1970 au Québec.

En 1995, Francine Ouellette nous fait découvrir, à travers un personnage imaginaire, le monde et les humains dans un livre qui a fait peu parler de lui : Bip. Elle touche aussi la littérature jeunesse et publie en 1999 Bécassine, l'oiseau invisible.

Passionnée d'histoire, bouleverser les notions apprises, détruire les mythes et enfreindre les tabous ». C'est ainsi que naît Feu en 2004 , une longue saga en six tomes dont les deux premiers, La Rivière profanée et L'Étranger sortent en 2004 et 2005, le troisième, Fleur de Lys, en 2007 et en 2012, sort le 4e tome : En 1837, j'avais 17 ans. 360 ans d'histoire prendront ainsi forme sous la plume de Francine Ouellette qui nous fera voyager dans le temps, du début du XVIIe siècle jusqu'en 1960.

À travers le regard des Autochtones, Francine Ouellette y reprend ses thèmes favoris : la vie des Amérindiens, leurs coutumes, leurs traditions, l'arrivée des Blancs en Nouvelle-France, le choc des cultures, les « Robes Noires ».

Récompenses

Sa facilité à fouiller le passé et à nous le transmettre a été reconnu par le monde littéraire. Francine Ouellette a en effet reçu de nombreux témoignages d'appréciation pour les différents romans qu'elle a écrits.

Pour Le Sorcier, elle reçoit en 1986 le Prix France-Québec Jean-Hamelin puis en 1990, son roman Sir Gaby du Lac se mérite le Prix Citoyenne de la nature.

Au nom du père et du fils, quant à lui, recevra Le Grand prix du public en 1993 et cette même année on lui accordera le Signet d'or, roman de l'année.

Enfin, on honorera Le Grand Blanc en 1994 en lui attribuant le Grand prix des lectrices et lecteurs du Journal de Montréal.

Faire plaisir à ses lecteurs a toujours guidé Francine Ouellette; cette écrivaine permet à tous les Québécois de faire connaître au monde entier, à travers des personnages plus attachants les uns que les autres, différentes facettes de la vie d'autrefois jusqu'à nos jours.