Steven Galloway

Steven Galloway, romancier (né le 13 juillet 1975 à Vancouver, en Colombie-Britannique). Steven Galloway est bien connu pour son succès de librairie international The Cellist of Sarajevo et pour la controverse qui a suivi sa mise à pied alors qu’il était directeur du programme d’écriture créative à l’Université de Colombie-Britannique.

Éducation et début de carrière

Steven Galloway a grandi à Kamloops, en Colombie-Britannique, et a étudié l’écriture créative à l’Université de la Colombie-Britannique où il a ensuite enseigné cette discipline pendant plusieurs années. Il a également enseigné à l’Université Simon Fraser. Il est marié, a deux filles, et vit à New Westminster, en Colombie-Britannique.

Le premier roman de Steven Galloway, Finnie Walsh (2000), traite de la passion du hockey et de la manière dont deux garçons construisent entre eux un lien qui va les faire traverser ensemble les tragédies et les épreuves de la vie. L’influence de romanciers tels que Farley Mowat et John Irving sur le style de Steven Galloway est apparente tout au long de ce roman puissant et captivant. Finnie Walsh a été nominé pour l’attribution du prix du Premier roman au Canada d’Amazon.ca.

Ascension (2003), le deuxième roman de Steven Galloway, change complètement de sujet par rapport à son premier ouvrage. Il suit la vie d’un homme qui a 66 ans, décide de marcher le long d’un câble tendu entre les deux tours jumelles du World Trade Center, à New York. Ascension examine les événements qui amènent cet homme à prendre une telle décision, explorant sa souffrance, le rejet dont il fait l’objet et sa recherche d’un lieu libre de toute suspicion et de tout drame. Le roman a été nommé pour l’attribution de l’Ethel Wilson Fiction Prize (BC Book Prizes) et a été traduit dans un grand nombre de langues.

The Cellist of Sarajevo et The Confabulist

The Cellist of Sarajevo (2008) est le troisième roman de Steven Galloway. L’histoire se situe durant le siège de Sarajevo, au milieu des années 1990, et explore les dilemmes auxquels doivent faire face les gens ordinaires piégés dans cette crise. Le titre fait référence à l’histoire vraie de Vedran Smailović, un violoncelliste qui a joué pendant vingt-deux jours en pleine vue d’un tireur d’élite pour honorer les personnes qui mouraient autour de lui. Le roman examine la gentillesse comme une facette de l’humanité et les vertus tenaces de guérison qu’offre l’art. Le livre est devenu un succès de librairie international dont les droits sont vendus dans trente pays. Il a été nommé pour l’attribution de l’International IMPAC Dublin Literary Award et a obtenu le Prix Evergreen 2009.

The Cellist of Sarajevo est à l’origine d’une controverse qui a débuté lorsque Vedran Smailović a demandé que sa présence soit reconnue dans le récit. Plusieurs critiques ont alors accusé Steven Galloway, qui est né au Canada, d’une appropriation de rôle. Steven Galloway a fait valoir qu’il a exploité la puissance de l’imaginaire pour se placer dans la vie d’une autre personne et explorer divers sujets, thèmes et contextes culturels.

Figurant sur la liste des finalistes pour le Rogers Writers’ Trust Fiction Prize, The Confabulist (2014) est l’histoire d’un vieil homme, Martin Strauss, qui croit avoir tué Harry Houdini. La narration est faite successivement du point de vue de Martin et de celui de Harry Houdini jusqu’à leur rencontre à Montréal en 1926. Le récit s’inspire en partie d’événements réels, mais il devient clair, au fur et à mesure que l’histoire progresse, que le narrateur lui-même n’est pas fiable.

Congédiement de l’Université de Colombie-Britannique

En 2014, Steven Galloway devient directeur du prestigieux département d’écriture créative de l’Université de Colombie-Britannique. Durant l’automne 2015, le corps administratif l’informe qu’il est relevé de ses fonctions et placé en congé payé durant l’enquête le concernant, qui porte sur des accusations d’agressions sexuelles et d’intimidation. L’ancienne juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Mary Ellen Boyd, est chargée de l’enquête et le 22 juin 2016, l’annonce est faite que Steven Galloway est licencié de l’Université de Colombie-Britannique.

Le rapport officiel n’a pas été rendu public et les principales personnes concernées sont liées par des accords de confidentialité, mais la seule accusation qui aurait été étayée serait celle selon laquelle il aurait eu une aventure extraconjugale avec une étudiante. Plusieurs amis de Steven Galloway appartenant à la communauté des écrivains, notamment Madeleine Thien, ont fait part de leur désapprobation concernant la manière dont l’Université a traité cette affaire et a permis que la réputation professionnelle de Steven Galloway soit détruite à partir de si peu. Le 26 septembre 2016, Madeleine Thien, qui détient un baccalauréat ès arts et une maîtrise en beaux-arts de l’Université de Colombie-Britannique, a envoyé une lettre au président, Santa J. Ono, au doyen de la faculté des arts, Gage Averill, et aux coprésidentes du programme d’écriture créative, Annabel Lyon et Linda Svendsen, dans laquelle elle leur demande de retirer toute référence à sa personne de tous les documents liés à l’Université. Elle a expliqué ne pas vouloir être associée à une institution qui a dans les faits détruit la carrière et la réputation de l’un des membres de son corps professoral à partir d’accusations non étayées dans le seul but de protéger sa propre réputation.


Les oeuvres sélectionnées de
Steven Galloway