Gaylord Powless

Gaylord Powless, joueur de crosse mohawk, né le 1er décembre 1946 sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, Ontario, et décédé le 28 juillet 2001 à Ohsweken, Ontario. Gaylord Powless est un joueur de crosse en enclos qui est allé au-delà du jeu pour devenir l’un des athlètes les plus célèbres du Canada. Gaylord Powless passe la plus grande partie de sa vie sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, près de Brantford, en Ontario. Dans les années 1960, il devient le meilleur joueur de la dynastie des Green Gaels, l’équipe mineure de crosse d’Oshawa, et fracasse le record de buts de la ligue mineure de l’Ontario lors de sa deuxième année avec l’équipe. Pendant les quatre années qu’il passe avec eux, les Gaels remportent la coupe Minto, le championnat junior de crosse canadien. Gaylord Powless remporte aussi la coupe Mann en 1971, le but ultime des champions de crosse majeure au Canada, et est un joueur vedette dans trois ligues professionnelles différentes. Gaylord Powless et son père, Ross, sont tous les deux membres du Canadian Lacrosse Hall of Fame et du Ontario Lacrosse Hall of Fame. En 2017, Gaylord Powless est intronisé au Panthéon des sports canadiens.
Gaylord Powless, joueur de crosse mohawk, né le 1er décembre 1946 sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, Ontario, et décédé le 28 juillet 2001 à Ohsweken, Ontario. Gaylord Powless est un joueur de crosse en enclos qui est allé au-delà du jeu pour devenir l’un des athlètes les plus célèbres du Canada. Gaylord Powless passe la plus grande partie de sa vie sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, près de Brantford, en Ontario. Dans les années 1960, il devient le meilleur joueur de la dynastie des Green Gaels, l’équipe mineure de crosse d’Oshawa, et fracasse le record de buts de la ligue mineure de l’Ontario lors de sa deuxième année avec l’équipe. Pendant les quatre années qu’il passe avec eux, les Gaels remportent la coupe Minto, le championnat junior de crosse canadien. Gaylord Powless remporte aussi la coupe Mann en 1971, le but ultime des champions de crosse majeure au Canada, et est un joueur vedette dans trois ligues professionnelles différentes. Gaylord Powless et son père, Ross, sont tous les deux membres du Canadian Lacrosse Hall of Fame et du Ontario Lacrosse Hall of Fame. En 2017, Gaylord Powless est intronisé au Panthéon des sports canadiens.


Gaylord Powless
Gaylord Powless, joueur de crosse

Jeunesse

Gaylord Powless est l’aîné des 14 enfants de Wilma et Ross Powless. Ses ancêtres quittent l’État de New York après la Révolution américaine pour s’installer sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, en Ontario, où ils vivent depuis plus de 200 ans. Gaylord saisit son premier bâton de crosse à l’âge de deux ans et, à l’âge de trois ans, il joue devant les spectateurs lors de la mi-temps des parties professionnelles auxquelles participe son père à Huntsville, en Ontario. Ross Powless, l’un des meilleurs joueurs du Canada, voyage de ville en village pendant l’été afin de jouer à la crosse pour une humble allocation. Celui-ci transmettra à ses enfants les histoires et les traditions spirituelles associées au jeu tout au long de leur jeunesse.

Gaylord fréquente une petite école de rang (seulement une salle) sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand. Quand il est encore jeune, son père construit une toile de fond en bois et en grillage de basse-cour de 12 mètres de large et 6 mètres de haut pour que les garçons puissent pratiquer la crosse dans la cour arrière. Son frère Richard raconte qu’à force de pratiquer, la passe de revers de Gaylord devient si précise qu’il peut frapper les bâtons de ses coéquipiers sans même les regarder. Chacun des garçons Powless a deux bâtons en bois : un bâton de jeu et bâton de rechange. À la demande de leur père, Gaylord et ses frères courent le long des routes de la réserve afin de renforcer leurs poumons et leurs jambes pour se préparer au jeu.

Gaylord joue dans la ligue de crosse mineure à Brantford, où il est l’un des meilleurs joueurs. À l’âge de 12 ans, il est la cible de jeux rudes ainsi que d’insultes racistes. Il riposte souvent par un jeu rude et est impliqué dans des bagarres, et est suspendu de plusieurs parties. Cependant, il apprend à contrôler son tempérament lorsque sa mère menace de ne plus assister à ses parties et son père de le faire sortir du sport pour de bon s’il n’arrête pas de riposter. Il étudie aussi ses coéquipiers et leurs tendances et devient un meneur de jeu en plus d’un tireur extraordinaire.

Quand Gaylord Powless a 16 ans, il commence à jouer pour les Warriors de Hagersville, une équipe intermédiaire dont son père est l’entraîneur. Encore adolescent, il se distingue déjà parmi les joueurs adultes.

La dynastie des Green Gaels d’Oshawa

Jim Bishop découvre Gaylord Powless alors que celui-ci joue pour les Warriors de Hagersville, et l’embauche dans les Green Gaels d’Oshawa. Jim Bishop est l’entraîneur des Gaels lors de la Coupe Minto de 1963, qui est remise aux champions canadiens de crosse mineure. En comparaison à l’approche méthodique de plusieurs équipes de l’époque, les Gaels favorisent un jeu rapide, et la vitesse de Gaylord Powless ainsi que sa capacité à voir venir des manœuvres convient parfaitement à leur style. Gaylord Powless s’installe dans une maison de pension à Oshawa. Il y termine son secondaire et pratique la crosse au moins une fois par jour.

Powless porte le maillot numéro 15, qui devient associé à son nom. Il compte trois buts et cinq passes décisives lors de sa première partie de junior A contre Long Branch. Cette année-là, il joue deux parties avec la future vedette de hockeyBobby Orr, qui fréquente la même école secondaire que lui à Oshawa. Ils ont une classe en commun et, étant deux des meilleurs sportifs de la petite ville, deviennent amis.

Gaylord Powless excelle lors des mises au jeu, contribuant grandement ainsi à la victoire des Gaels lors de la Coupe Minto de 1964. Cette année, il remporte le prix commémoratif Jim McConaghy, qui récompense le meilleur joueur du tournoi de la Coupe Minto. On lui décerne aussi le prix Tom Longboat, qui récompense chaque année le meilleur joueur autochtone du Canada. Son père Ross remporte le prix Tom Longboat à deux reprises.

Les Gaels emménagent au nouveau Centre civique d’Oshawa en 1965, remplissant les gradins avec leur style de jeu captivant et gagnant, et remportent la Coupe Minto une fois de plus. En 1966, Gaylord Powless accumule 191 points, établissant un nouveau record canadien pour le score en crosse junior pour une seule saison. Le record précédent appartient à John Davis, un ancien coéquipier de Gaylord Powless dans les Gaels.

À cause de son talent, il subit beaucoup de violence corporelle et porte des attelles avec des plaques d’acier afin de protéger ses jambes des coups bâtons de ses adversaires. Il est aussi la cible d’insultes racistes dans les stades des équipes adverses et des spectateurs lui lancent le contenu de leurs coupes à travers le grillage qui entoure le terrain. Mais il accepte le surnom de « Merveilleux Mohawk » qu’on lui avait donné pendant sa carrière junior, du moment que celui-ci était utilisé avec respect.

Quand Gaylord Powless remporte sa quatrième et dernière coupe Minto en 1967, il est nommé une fois de plus le meilleur joueur du tournoi national, bravant un dos bandé, un mollet blessé et doigt presque brisé. C’est aussi sa dernière année avec l’équipe, parce qu’il n’est plus un mineur. Les Gaels dominent le championnat pendant sept années de suite, de 1963 à 1969, et Powless était leur joueur vedette pendant quatre de ces années, de 1964 à 1967. Chaque année de la carrière mineure de Gaylord Powless, les Green Gaels battent les Salmonbellies de New Westminster aux finales de la coupe Minto. Son entraîneur, Jim Bishop, remarque que Powless possède la meilleure coordination et les réflexes les plus rapides de tous les athlètes qu’il n’ait jamais vus, tous sports confondus.

Crosse majeure et professionnelle

Gaylord Powless quitte les rangs de crosse mineure après la saison de 1967. La National Lacrosse Association (NLA) est fondée peu après. Les Olympics de Detroit, qui sont dirigés par Jim Bishop, l’ancien entraîneur de Gaylord, lui offrent 80 000 $ pour qu’il se joigne à l’équipe. Gaylord Powless arrive en deuxième place dans la NLA en matière de points, et ses 63 buts sont plus du double du score du meilleur joueur olympique de l’époque. L’équipe de Detroit remporte le championnat de la division Est mais est battue aux finales nationales par New Westminster.

La NLA est dissoute après une seule saison, et Gaylord Powless joue pour Rochester dans la ligue professionnelle de l’État de New York en 1969. Deux de ses frères, Harry et Greg, sont aussi dans l’équipe, tandis que leur père Ross en est l’entraîneur. Il se joint aux Warriors de Brantford en 1970, remportant le titre de meilleur marqueur Senior A de la Ontario Lacrosse Association avec 142 points, 24 de plus que le deuxième meilleur joueur, John Davis. Il arrive deuxième pour le nombre de points dans la ligue en 1971, et cinquième en 1972. Les Warriors remportent la Coupe Mann en 1971, ainsi que le championnat Senior A canadien après avoir joué quatre parties de suite contre les Salmonbellies de New Westminster, mais ces derniers les battent lors de la finale de 1972, encore après quatre parties. En 1973, Gaylord Powless rejoint la Western Lacrosse Association pour jouer avec Coquitlam.

En 1974 et 1975, on essaie une deuxième fois de mettre sur pied une ligue professionnelle majeure, la National Lacrosse League (NLL). Gaylord Powless se joint aux Stingers de Syracuse pour la saison de 1974, finissant cinquième de la ligue en points et menant la première équipe d’élite au centre. En 1975, il joue pour les Québécois de Montréal dans la NLL.

Gaylord Powless revient dans la ligue majeure de crosse et conduit les Excelsiors de Brampton à la finale de la Coupe Mann en 1977, où ils sont battus par Vancouver. Souffrant d’un genou instable et de maux de dos, il prend sa retraite en 1978. Il compte exactement 1 000 points au cours de sa carrière dans les ligues majeures et professionnelles et son taux de succès pour les mises au jeu est de 75 %.

Carrière après le sport

Après avoir pris sa retraite du jeu de crosse, Gaylord Powless continue à s’impliquer sur le territoire des Six Nations de la rivière Grand, où il enseigne la crosse, le hockey et le patinage artistique, soutient des activités à l’intention des aînés des Six Nations et encourage le sport chez les jeunes Autochtones.

Gaylord Powless est intronisé au Canadian Lacrosse Hall of Fame en 1990, où il rejoint son père Ross (intronisé en 1969). Jusqu’à présent, il s’agit du seul duo père et fils dans le temple. Ils sont aussi intronisés au Ontario Lacrosse Hall of Fame.

Celui qu’on appelle le « Gordie Howe de la crosse » meurt le 28 juillet 2001 du cancer du côlon. Il laisse dans le deuil sa femme Patti, son fils Chris et ses filles Michelle et Gaylene. Quelques jours avant sa mort, le Six Nations Sports and Cultural Memorial Centre est rebaptisé le Gaylord Powless Arena.

En avril 2017, on annonce que Gaylord Powless sera intronisé au Panthéon des sports canadiens le 9 novembre 2017. Il est l’un des huit honorables athlètes et bâtisseurs intronisés spécifiquement pour leur carrière de joueur de crosse.

Prix et distinctions

  • Prix Tom Longboat pour le meilleur athlète des Premières Nations au Canada (1964)
  • Joueur le plus utile, Coupe Minto (1964, 1967)
  • Ken Ross Trophy for Ability and Sportsmanship, série Junior A (1965, 1966)
  • Advertiser Trophy, meilleur marqueur dans la série Junior A (1966, 1967)
  • Meilleur joueur avant, National Lacrosse Association (1968)
  • Meilleur marqueur, Ontario Lacrosse Association, série Senior A (1970)
  • Meilleur joueur centre, Ontario Lacrosse Association, série Senior A (1971)
  • Coupe Mann, avec les Warriors de Brantford (1971)
  • Meilleur joueur centre, National Lacrosse Association (1974)
  • Intronisé au Canadian Lacrosse Hall of Fame (1990)
  • Canadian Lacrosse Association Most Sportsmanlike Player Award (1997)
  • Intronisé au Panthéon des sports canadiens (2017)