Waddington, Geoffrey

Geoffrey Waddington. Chef d'orchestre, administrateur, violoniste (Leicester, Angl., 23 septembre 1904 - Toronto, 3 janvier 1966). LL.D. h.c. (Dalhousie) 1956. Sa mère, Elizabeth, était pianiste, et son père, Frank, chanta dans des comédies musicales en Angleterre.

Waddington, Geoffrey

Geoffrey Waddington. Chef d'orchestre, administrateur, violoniste (Leicester, Angl., 23 septembre 1904 - Toronto, 3 janvier 1966). LL.D. h.c. (Dalhousie) 1956. Sa mère, Elizabeth, était pianiste, et son père, Frank, chanta dans des comédies musicales en Angleterre. La famille vint au Canada en 1907 et se fixa à Lethbridge, Alb., où le jeune Waddington commença à jouer du violon à 7 ans. Il connut sa première expérience de chef d'orchestre avant l'âge de 12 ans, au moment où le directeur d'un théâtre local tomba malade. En 1921, Waddington gagna une bourse d'études pour le TCM (RCMT). Pendant qu'il y étudiait avec Ferdinand Fillion, Luigi von Kunits, Leo Smith et Healey Willan, il fit des tournées comme violoniste (1921-25) tout en étant membre du corps enseignant (1922-26). Il y rencontra sa future épouse, la pianiste de concert Mildred Baker. Il fit partie du TSO (1925-28).

Waddington commença sa carrière radiophonique en 1922 à la station CKNC. Après avoir été dir. mus. de cette station (1926-33), il occupa le même poste (1933-35) à la CCR qui avait annexé les installations de CKNC en 1933. À la station CKNC, il dirigea les orchestres de plusieurs émissions commanditées, dont « The Neilson Hour » (quelque 460 émissions, 1926-33) qui devint en 1929 la première émission de variétés diffusée dans tout le Canada. Il dirigea aussi à CKNC le Canadian Eveready Concert Orchestra qui enregistra chez Victor en 1928. Durant plusieurs années, il travailla comme chef d'orchestre à la pige, d'abord à l'hôtel Royal York à Toronto (1935-36) puis avec la Winnipeg Summer Symphony (1939, 1940) et, durant quelque temps en 1943, avec l'Army Show. Il fut aussi dir. mus. à la SRC de Winnipeg (1938-43, responsable de l'émission de radio « Geoffrey Waddington Conducts ») et aux All-Canada Radio Facilities, Alb. (1944). En 1945, il commença à diriger lors d'émissions radiophoniques de la SRC à Toronto - « The Geoffrey Waddington Show », « The Edmund Hockridge Show » (toutes deux en 1946-47) et d'autres. En 1947, il fut nommé au poste temporaire (devenu permanent au milieu de 1948) de conseiller musical et consultant du réseau anglais de la SRC. Cofondateur de la CBC Opera Company (1948), il fut l'objet de grands éloges pour les radiodiffusions de Peter Grimes, Albert Herring, Così fan tutte et Deirdre. Nommé dir. mus. de la SRC en 1952, il fonda l'Orchestre symphonique de la SRC dont il fut dir. mus. (1952-64). À ce titre, il fut celui qui dirigea le plus fréquemment cet excellent ensemble. Il fut à sa tête pour quelque 50 concerts, notamment lorsque l'orchestre fit ses débuts à la radio le 29 septembre 1952, à son premier concert public le 16 mai 1955 et lors d'un concert à Washington le 23 octobre 1961 à l'Inter-American Music Festival marquant le 16e anniversaire des Nations unies.

La carrière de chef d'orchestre de Waddington inclut sa participation aux Concerts symphoniques Promenade (années 1940) et à ceux du TSO (années 1940 et 1950), aux émissions radiophoniques de musique canadienne en provenance de la BBC à Glasgow et Manchester en 1953 et à un concert (9 juillet 1957). Plus tard, il enregistra avec Gordon Jeffery des oeuvres pour orgue et cordes présentées à l'abbaye de Westminster lors du Congrès international des organistes. Il dirigea les premiers concerts symphoniques de la LCComp à Toronto (26 mars 1952) et Montréal (3 février 1954). Waddington dirigea aussi d'autres émissions spéciales et séries de la SRC dans les années 1950, dont « Music for Strings » et des extraits d'opérettes de Gilbert et Sullivan. On le vit cependant rarement en concert public ou à la télévision (sauf dans The Marriage of Figaro en 1956, « Portrait of an Orchestra » en 1962 et quelques émissions de « LHeure du concert »). À la SRC, il fut juge à plusieurs concours pour interprètes et compositeurs. En 1959, il reçut le National Award pour la musique de l'Université de l'Alberta. À la dissolution de l'OS SRC (1964), il fut nommé conseiller musical et dir. des émissions symphoniques, un poste surtout honorifique.

L'expérience acquise par Waddington comme l'un des premiers chefs d'orchestre à la radio au Canada (et probablement le plus actif de son temps) façonna sa personnalité au pupitre. Il était un professionnel dans la force du mot, toujours conscient des contraintes de la radio, tels que le temps limité en studio et les contingences techniques. Il savait subordonner ses goûts personnels aux exigences de la programmation. Timide de nature, il était peu loquace aux répétitions. Même s'il avouait avoir peu d'opinions esthétiques préconçues sur la musique qu'il avait à diriger, il établissait avec ses instrumentistes des rapports basés de part et d'autre sur le respect et la confiance. En dépit de sa formation de conservatoire, la première partie de sa carrière fut surtout consacrée à la musique légère. Néanmoins, il sut bien s'adapter au répertoire symphonique. Son objectivité d'artisan compétent et sa confiance à l'endroit de ses instrumentistes l'autorisaient à diriger des oeuvres contemporaines après seulement deux ou trois jours de préparation. Dès le début, les orchestres dirigés par Waddington servirent à former des musiciens qui connurent par la suite des carrières importantes : Percy Faith (comme arrangeur), Robert Farnon, Samuel Hersenhoren, Zara Nelsova, Albert Pratz et Paul Scherman. À la fin des années 1950, lorsque le Canada fut le théâtre d'une expansion culturelle activée par la multiplication des talents en interprétation et en composition musicales, Waddington - à titre de musicien disposant des principaux leviers de commande de l'emploi et de la programmation - se fit un devoir de canaliser ces talents vers la radiodiffusion et de leur donner ainsi la possibilité de se faire entendre à l'échelle nationale ou internationale. Durant cette période, des séries d'émissions lancées par Waddington servirent de véhicules et de débouchés pour exécutants et compositeurs. Sous son mandat, la politique de la SRC pour ce qui est des commandes aux compositeurs canadiens devint une pratique régulière. Il dirigea lui-même les créations de nombreuses nouvelles oeuvres, notamment Algonquin Symphony de Murray Adaskin (1958), le Nocturne (1952) et la Symphonie (1961) de Freedman, L'Horoscope de Matton (1958), le Concerto pour violon de Papineau-Couture (1954), North Country (1948), la Suite pour harpe et orchestre de chambre (1949) et Five Concepts (1962) de Somers, Edge of the World (1946) et Divertimento no 3 (première audition complète, 1961) de Weinzweig et Coronation Suite B. 57 de Willan (1953).

Discographie

A. Brott Songs of Contemplation, Vallerand Prélude : orch SRC Mtl, Marshall sop; 1954; RCI 116, (Vallerand) 3-ACM 19.

M. McIntyre, Dela, Hamer, Kalnins, Mercure : orch et ch SRC Tor, Benson Guy sop; 1951; RCI 35, (Mercure) 4-ACM 35 (CD).

Mercure Pantomime : orch SRC Mtl; 1954; RCI 117.

Somers, Dolin, Weinzweig, Twa : Iösch hp, Bauman ht, Galper cl, orch cdes SRC; 1952; RCI 86, (Weinzweig) 5-ACM 1, (Somers) 10-ACM 7.

Voir aussi DISCOGRAPHIES de Brunet, Orchestre symphonique de la SRC et TS.