Pearkes, George Randolph



Pearkes, George
Pearkes est bless\u00e9 cinq fois au combat et est l'un des officiers canadiens les plus d\u00e9cor\u00e9s, recevant l'Ordre du service distingu\u00e9, la Croix militaire et la Croix de Victoria pour sa bravoure.

Pearkes, George Randolph

 George Randolph Pearkes, militaire et homme politique (Watford, Angl., 26 févr. 1888 -- Victoria, 30 mai 1984). Il immigre an Canada en 1906, exploite un homestead en Alberta, puis se joint à la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest. Il s'enrôle en 1915 comme cavalier dans le 2e bataillon des Canadian Mounted Rifles, obtient le grade de lieutenant-colonel en 1918 et commande le 116e bataillon du Corps expéditionnaire canadien. Il est blessé cinq fois au combat et est l'un des officiers canadiens les plus décorés, recevant l'Ordre du service distingué, la Croix militaire et la Croix de Victoria pour sa bravoure à PASSCHENDAELE en 1918. Il demeure dans l'armée et commande la 1re Division de l'infanterie canadienne au Royaume-Uni (1940-1942) jusqu'à son retour au Canada en qualité d'officier général commandant du commandement du Pacifique. Il démissionne en 1945 à la suite d'un désaccord avec le gouvernement au sujet de la CONSCRIPTION et se lance en politique fédérale sous la bannière du Parti conservateur. Il représente aux Communes la circonscription de Nanaimo (1945-1953), puis celle d'Esquimalt-Saanich. Il est ministre de la Défense nationale (1957-1960) durant une période critique : c'est à cette époque qu'on cesse de produire les avions AVRO ARROW, qu'on commence à fabriquer le missile Bomarc (voir BOMARC, AFFAIRE DES MISSILES) et que l'emploi de missiles à tête atomique par les Forces armées canadiennes suscite beaucoup la controverse. Nommé lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique en 1960, il prend sa retraite en 1968.

Liens externes