Guerre de 1812 (résumé en termes simples)

La guerre de 1812 a opposé la Grande-Bretagne et les États-Unis de 1812 à 1814. Elle s’est conclue par un retour à la case départ mais a eu des effets durables pour le Canada. Elle a garanti son indépendance des États-Unis et a fourni aux Canadiens leur première expérience d’action commune, contribuant à développer leur sentiment national.

(Cet article est un résumé en termes simples de la guerre de 1812. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet : Guerre de 1812.)



Battles of the War of 1812
Les batailles de la guerre de 1812.

La guerre de 1812 oppose la Grande-Bretagne et les États-Unis de 1812 à 1814. Elle éclate principalement à la suite des actions de l’Angleterre durant les guerres napoléoniennes (1799-1815). Premièrement, les Britanniques établissent un blocus naval pour empêcher l’approvisionnement d’atteindre la France. Les Américains sont en colère parce qu’ils veulent commercer avec la France. Ils deviennent encore plus furieux lorsque les navires britanniques commencent à aborder des bateaux américains. Les Britanniques agissent ainsi parce qu’ils croient que les Américains continuent à commercer avec la France. Ils recherchent aussi des déserteurs de la marine britannique. Un déserteur est une personne qui quitte son service dans l’armée sans permission.

En 1807, la tension monte entre Américains et Britanniques lorsqu’un bateau anglais tire sur un bateau américain dans la baie de Chesapeake. Cet événement est appelé l’« affaire Chesapeake ». En mai 1811, les tensions s’accroissent encore quand les officiers d’un navire britannique obligent un marin américain à se joindre à l’armée britannique.

Les relations des Britanniques avec les Premières Nations sont un autre sujet de mécontentement pour les Américains. L’Angleterre pratique le commerce avec les Premières Nations qui vivent en territoire américain. Plus encore, la Grande-Bretagne noue une relation étroite avec Tecumseh, le chef des Shawnees. Pendant la première décennie du 19e siècle, Tecumseh réussit à réunir plusieurs Premières Nations afin de combattre les États-Unis. En 1811, la guerre éclate entre les forces de Tecumseh et les États-Unis. Cette guerre est appelée la « guerre de Tecumseh ». Elle dure de 1811 à 1813.

À cette époque, les « faucons » gagnent en popularité au Congrès américain. Ils veulent que les États-Unis entrent en guerre contre la Grande-Bretagne. Le 18 juin 1812, ils obtiennent ce qu’ils veulent : le président James Madison déclare la guerre à l’Angleterre.

La guerre dure deux ans. Du côté britannique, on retrouve des soldats britanniques, des miliciens canadiens, des Métis, des guerriers des Premières Nations ainsi qu’un groupe appelé « Coloured Corps ». La plupart des hommes du Coloured Corps sont d’anciens esclaves. Les plus importantes batailles de la guerre de 1812 ont lieu à Fort Detroit, York (aujourd’hui Toronto), Fort George (à l’embouchure de la rivière Niagara), Moraviantown (la région de Chatham-Kent en Ontario) et Queenston (Niagara-on-the-Lake). Des milliers de personnes sont tuées ou blessées.

La guerre de 1812 se termine par un match nul, c’est-à-dire qu’aucun côté n’est clairement vainqueur. Toutefois, elle a plusieurs conséquences durables. Elle garantit l’indépendance du Canada vis-à-vis des États-Unis. Elle fournit aussi à la population de l’Amérique du Nord britannique (Canada), une première expérience d’action commune, contribuant à développer leur sentiment national. Finalement, après la guerre, les États-Unis prennent de l’expansion vers l’ouest, dans les territoires des Premières Nations. En conséquence, la guerre de 1812 est désastreuse pour les Premières Nations.