Hans Gmoser

Hans Gmoser, alpiniste, cinéaste (Brunau, Autriche, 7 juil. 1932 - Calgary, 5 juil. 2006). Hans Gmoser est un pionnier énergique de la seconde génération d'alpinistes canadiens formés à l'école de la tradition suisse et par le guide alpin Conrad Kain.
Hans Gmoser, alpiniste, cinéaste (Brunau, Autriche, 7 juil. 1932 - Calgary, 5 juil. 2006). Hans Gmoser est un pionnier énergique de la seconde génération d'alpinistes canadiens formés à l'école de la tradition suisse et par le guide alpin Conrad Kain.


Hans Gmoser

Hans Gmoser, alpiniste, cinéaste (Brunau, Autriche, 7 juil. 1932 - Calgary, 5 juil. 2006). Hans Gmoser est un pionnier énergique de la seconde génération d'alpinistes canadiens formés à l'école de la tradition suisse et par le guide alpin Conrad Kain. Le nombre de guides alpins de la première génération décline au moment où Gmoser entre en scène dans les années 1950. Gmoser, natif d'Autriche, arrive à Edmonton pendant sa jeunesse en 1951 et succombe rapidement à la tentation de se mesurer aux montagnes Rocheuses. En 1952, Gmoser devient membre du CLUB ALPIN DU CANADA, fait la connaissance de la baronne allemande Lizzie Rummel au Sunburst Lake Cabin et du moniteur de ski Erling Strom au Mount Assiniboine Lodge, endroits où Gmoser est guide en 1953-1954. À l'automne 1952, Gmoser et Leo Grillmair grimpent l'étroit versant du Yamnuska, que l'on appelle aujourd'hui le Grillmair Chimneys.

En 1953, Gmoser explore la voie Calgary au mont Yamnuska, près de Kananaskis. Il célèbre Noël au refuge Stanley Mitchell dans la vallée de la Little Yoho au début des années 1950 avant de déménager à Banff en 1954, où il entreprend une carrière en ALPINISME. En 1955, il a la chance d'assister Walter Perren, un guide suisse très connu, dans l'enseignement des compétences de base en alpinisme aux gardiens de parcs nationaux. Il obtient sa certification de guide de montagne en 1956. Par la suite, il devient un guide et un alpiniste de premier plan au Canada et, en 1956, il est guide à l'occasion des célébrations du cinquantième anniversaire du Club alpin du Canada.

Gmoser escalade le mont Robson en 1957 et, surtout, il devient conférencier, cinéaste et conteur et ses récits sur les Rocheuses sont très populaires. Son premier film, With Skis and Rope, dont les séquences et les prises de vue en montagne constituent une rareté à l'époque, est un succès instantané. Gmoser escalade les imposants monts Blackburn Alberta en 1958 et, en 1959, est à la tête d'une expédition qui se rend au sommet du mont Logan. L'année 1959 est marquante dans la carrière de Gmoser pour d'autres raisons : en plus d'incorporer son entreprise de services de guides en montagne Rocky Mountain Guides Limited, il réalise son deuxième film à succès, Vagabonds of the Mountains.

Même si Gmoser déteste l'échec, il ne parvient pas à mener à bien son projet d'expédition dans les champs de glace canadiens en 1960. Cependant, son troisième film Of Skis and Mountains est un franc succès. Grâce à son ingéniosité, Rocky Mountain Guides Limited est en pleine expansion. Il excelle dans la neige poudreuse et son quatrième film Deep Powder and Steep Rock (1961) lui permet également de se faire une réputation de skieur de montagne visionnaire. Son film To The Forbidden Snowfields est présenté en 1962-1963 au plaisir d'un grand nombre d'amoureux de la montagne nord-américains, tels que Nancy GREENE, une championne de ski alpin légendaire.

Le ski héliporté, que Gmoser essaie pour la première fois en 1963, change radicalement sa vie et la nature même du ski hors-piste au Canada en permettant désormais aux skieurs d'accéder plus rapidement aux longs cols et les vastes cuvettes. Gmoser choisit les Bugaboos dans la CHAÎNE PURCELL comme première destination de ski héliporté en 1965. Dès lors, c'est son occupation principale jusqu'en 1991.

Au printemps de 1963, Gmoser est un guide de montagne influent, et aide à mettre sur pied l'Association of Canadian Mountain Guides (Association des guides de montagne canadiens). La même année, il est à la tête de l'expédition vers le sommet du mont McKinley (Denali) en Alaska. Toujours en 1963, on met sur pied les Canadian Mountain Seminars, et Gmoser lance son cinquième film Skis Over McKinley. Un autre film, Adventure Bound, sort en 1964-1965.

L'approche de Gmoser, selon les puristes de l'alpinisme et du Club alpin du Canada, va à l'encontre des règles établies. Il est vertement critiqué dans les années 1970, par Fred Beckey, l'alpiniste légendaire des États-Unis, pour le type de clients qu'il recrute et la commercialisation de ce sport. Beckey ne réussit pas à dissuader Gmoser de mener son entreprise prospère comme bon lui semble : il guide Pierre Trudeau lors d'excursions d'escalades (1968 et 1972) de plus, en 1991, son entreprise transporte par hélicoptère 5000 skieurs en hiver et 3000 randonneurs en été dans neuf zones montagneuses différentes.

À la fin de sa carrière, dans les années 1990, Gmoser règne sur la famille de l'alpinisme canadien. Malgré les doutes exprimés par certaines personnalités du milieu, bon nombre de gens ont adhéré à l'approche innovatrice de Gmoser. Et, au moment de sa mort, en 2006, on considère qu'il a su redéfinir et changer à jamais l'expérience du ski et de l'alpinisme au Canada et à l'étranger.

Gmoser reçoit de nombreux honneurs tout au long de sa vie, dont celui d'être nommé membre de l'ORDRE DU CANADA en 1987.


Lecture supplémentaire

  • Chic Scott, Deep Powder and Steep Rock: The Life of Mountain Guide Hans Gmoser (2009); Topher Donahue, Bugaboo Dreams: A Story of Skiers, Helicopters & Mountains (2008).