Harry Somers

Préoccupé par l'enseignement et l'interprétation de la musique canadienne dans les écoles, Somers s'engage en 1963 dans le John Adaskin Project visant à faire connaître les compositeurs canadiens et à animer des concerts pour les jeunes à Radio-Canada.

Somers, Harry
La musique d'Harry Somers est reconnue à l'échelle internationale et jouée dans tout l'Occident (avec la permission de l'Association André Leduc/Centre de musique canadienne).
' alt='A Midwinter Night's Dream' />

Somers, Harry Stewart

Harry Stewart Somers, compositeur (Toronto, 11 sept. 1925 -- id., 9 mars 1999). Somers commence d'abord par étudier le piano et, plus tard, la guitare classique, mais son travail avec John WEINZWEIG, puis avec Darius Milhaud à Paris l'amène à faire carrière comme compositeur. Il subvient à ses besoins en travaillant comme placeur, chauffeur de taxi et copiste, métier où il acquiert sa minutieuse calligraphie. Dès 1960, après d'autres études à Paris, il parvient à vivre des compositions qui lui sont commandées. Il est l'un des compositeurs canadiens les plus prolifiques et originaux ainsi qu'un ardent promoteur de la musique canadienne contemporaine. En 1951, il est l'un des membres fondateurs de la Ligue canadienne des compositeurs.

Préoccupé par l'enseignement et l'interprétation de la musique canadienne dans les écoles, Somers s'engage en 1963 dans le John Adaskin Project visant à faire connaître les compositeurs canadiens et à animer des concerts pour les jeunes à Radio-Canada.

Grâce à une bourse de l'Institut culturel canadien à Rome, Somers poursuit des études dans cette ville de 1969 à 1971 et y réalise des oeuvres qui témoignent de son intérêt pour les nouvelles techniques vocales. Il est aussi fortement influencé par la musique et la philosophie orientales.

La musique de Somers est renommée mondialement et interprétée partout en Occident. La plupart des organismes de théâtre et de musique du Canada lui commandent des compositions. Son opéra Louis Riel lui est commandé par la Fondation Floyd S. CHALMERS à l'occasion du centenaire du Canada et, par la suite, il est présenté à Washington pour le bicentenaire des États-Unis. Toujours empreinte d'une sensibilité intense, sa musique est simple, éloquente et énergique. Il recourt souvent à une juxtaposition dramatique des styles, à des silences dramatiques et à des fluctuations soudaines de volume pour créer ce qu'il appelle le « malaise dramatique ».

Somers est fait compagnon de l'Ordre du Canada en 1972 et reçoit des diplômes honorifiques des universités d'Ottawa (1975), de Toronto (1976) et York (1977). En 1986, il est le sujet d'un documentaire d'une demi-heure, « The Music of Harry Somers ».