Charles Gordon Hewitt

Charles Gordon Hewitt, administrateur, entomologiste économique et conservationniste (né le 23 février 1885 à Macclesfield, en Angleterre ; décédé le 29 février 1920 à Ottawa, en Ontario). Charles Gordon Hewitt était un spécialiste de la mouche domestique et a servi en tant qu’entomologiste du Dominion du Canada de 1909 jusqu’à sa mort. Il a joué un rôle important dans l’expansion du laboratoire d’entomologie du gouvernement et dans l’adoption de la Loi sur les insectes destructeurs et les ennemis des plantes de 1910.

Charles Gordon Hewitt

(avec la permission de Natural History/Wikimedia CC)

Enfance et formation

Charles Gordon Hewitt naît à Macclesfield, en Angleterre. Il est le fils de Thomas Henry Hewitt et de Rachel Frost. Il étudie la zoologie à l’Université Victoria de Manchester, où il reçoit son baccalauréat en 1902, sa maîtrise en 1903 et son doctorat en 1909. Sa thèse doctorale sur le cycle de vie de la mouche domestique est considérée comme un travail de recherche pionnier à l’époque. En 1902, il devient professeur adjoint de zoologie pour le compte de l’université.

Carrière

En 1906, l’Université Victoria de Manchester crée un département de zoologie économique — soit l’étude de la manière dont les insectes et les animaux favorisent ou entravent la vie des humains, notamment en ce qui concerne l’argent —, dont Charles Gordon Hewitt est l’un des premiers professeurs.

En 1909, à 24 ans, il devient le deuxième entomologiste du Dominion du Canada, un poste qu’il occupe jusqu’à sa mort. En 1916, il est nommé zoologiste consultant à la Commission canadienne de la conservation.

Vie privée

Charles Gordon Hewitt épouse Elizabeth Borden le 11 octobre 1911, à Canning, en Nouvelle-Écosse. Le couple n’a pas d’enfants. Le 29 février 1920, Charles Gordon Hewitt meurt d’une pneumonie, à peine six jours après son 35e anniversaire.

Héritage

Charles Gordon Hewitt joue un rôle important dans l’adoption de la Loi sur les insectes destructeurs et les ennemis des plantes de 1910. À titre d’entomologiste du Dominion, il élargit les services d’entomologie du ministère fédéral de l’Agriculture en créant des unités séparées pour l’entomologie des champs, du jardin, des forêts et des insectes étrangers, chacune étant supervisée par un entomologiste en chef. Toujours dans ce poste, il établit des laboratoires régionaux pour étudier les insectes nuisibles et concevoir des moyens d’en contrôler la population. À titre de conservationniste, il contribue à l’avancement du traité canado-américain pour la protection des oiseaux migrateurs. Au cours de sa vie, il publie plusieurs livres, notamment The House Fly, Musca domestica, Linnæus: A Study of its Structure, Development, Bionomics and Economy (1910) et The Conservation of the Wild Life of Canada (1921), ainsi que des rapports entomologiques et de nombreux bulletins d’information.