Houdret, Charles

Charles Houdret. Chef d'orchestre, violoncelliste, compositeur (Liège, 6 juillet 1905). Il étudia le violoncelle avec André Hekking à Paris puis la composition avec Sylvain Dupuis au Cons. de Liège où il obtint un diplôme.

Houdret, Charles

Charles Houdret. Chef d'orchestre, violoncelliste, compositeur (Liège, 6 juillet 1905). Il étudia le violoncelle avec André Hekking à Paris puis la composition avec Sylvain Dupuis au Cons. de Liège où il obtint un diplôme. Par la suite, il fit de la musique de chambre à Bruxelles sous la tutelle d'Eugène Ysaÿe et étudia la direction à Vienne avec Felix Weingartner. Ysaÿe le présenta au roi Albert et à la reine Élisabeth de Belgique qui le chargèrent de l'organisation et de la direction de l'orchestre de la chapelle royale, avec lequel il enregistra (1942) la Symphonie no 5 de Schubert pour La Voix de son maître (trois 78t. DB 5099-101). Il dirigea de nombreux concerts en Europe avant de venir au Canada (1952), à l'invitation des Festivals de Montréal, pour diriger la musique de scène du drame Beethoven de Fauchois. À cette époque, il fut dir. mus. à la station radiophonique CKVL. En avril 1954, il dirigea cinq représentations de Parsifal au Palais du commerce de Montréal, les premières au Canada depuis 1905. Il fut chargé de la classe d'orchestre au CMM (1960). En août 1963, il participa à la fondation et à l'organisation du Concours international de Montréal. Comme violoncelliste, il a enregistré six sonates de Boccherini avec Monique Marcil au piano (1963, Bar. BC 1815-2815) et, comme chef d'orchestre, la Sonate a tre op. 1 de Corelli (version pour cordes) et le Concerto grosso no 10 de Haendel avec l'orchestre du CMM (1955, RCI 127), Opening Night de Robert Turner et Altitude de Claude Champagne avec l'Orchestre symphonique de la SRC (RCI 179 et, respectivement, 7-ACM 15 et 4-ACM 30). Il avait dirigé la création de cette dernière oeuvre à Toronto en 1960. En 1959, il dirigea à la radio de la SRC la création canadienne de Diary of a Madman de Humphrey Searle et, en 1960, la création du Poème de l'infini d'André Prévost lors d'un concert public à l'auditorium Le Plateau à Montréal. Il dirigea l'OS SRC une dizaine de fois entre 1954 et 1964. Aucun renseignement n'est connu sur son activité ultérieure à cette date.