J. & O. Crémazie

J. & O. Crémazie. Libraires de la ville de Québec, aussi éditeurs de musique. L'association des frères Joseph (1812-1880) et Octave (1827-1879) commença en 1844 et dura jusqu'en 1862.

J. & O. Crémazie

J. & O. Crémazie. Libraires de la ville de Québec, aussi éditeurs de musique. L'association des frères Joseph (1812-1880) et Octave (1827-1879) commença en 1844 et dura jusqu'en 1862. Octave, que des dettes croissantes conduisirent à des emprunts extravagants et même à la fraude, fut alors forcé de fuir en France où il vécut sous le pseudonyme de Jules Fontaine. Durant son existence, la librairie Crémazie, rue de la Fabrique, fut le rendez-vous de la gent littéraire. L'intérêt de la firme sur le plan musical fut limité à une très petite quantité de musique imprimée éditée à son nom - notamment trois versions musicales de poèmes d'Octave : « Le Drapeau de Carillon » et « L'Alouette » par Sabatier et « Chant du vieux soldat canadien » par Dessane (les trois chansons figurent dans le PMC, vol. VII). La firme fit paraître également Chants canadiens (1856?), l'un des plus anciens recueils publiés. Parmi les sept chansons qu'il contient se trouvent « En roulant ma boule », « Ah! Qui me passera le bois », « À la claire fontaine » et « J'ai cueilli la belle rose ». Aucune des pièces musicales retrouvées à ce jour ne fut imprimée par les éditeurs. Trois d'entre elles furent imprimées à Paris et deux autres probablement sur place par un imprimeur à contrat. Un exemplaire manuscrit d'un cantique dédié à la Vierge Marie et composé par Octave Crémazie (22 juillet 1862) est conservé aux ANQ à Montréal.


Lecture supplémentaire

  • Dassonville, Michel. Octave Crémazie (Montreal 1956)

    DCB, vol 10

    Music Publishing in the Canadas