Kolessa, Lubka

Lubka Kolessa. Pianiste, professeure (Lvov, Galicie, auj. Ukraine, 19 mai 1902, naturalisée canadienne, décès à Toronto le 15 août 1997). Sa famille est formée de compositeurs, d'un ethnomusicologiste et d'un violoncelliste. Sa grand-mère, élève d'un étudiant de Chopin, fut sa première enseignante.

Kolessa, Lubka

Lubka Kolessa. Pianiste, professeure (Lvov, Galicie, auj. Ukraine, 19 mai 1902, naturalisée canadienne, décès à Toronto le 15 août 1997). Sa famille est formée de compositeurs, d'un ethnomusicologiste et d'un violoncelliste. Sa grand-mère, élève d'un étudiant de Chopin, fut sa première enseignante. Alors qu'elle n'avait que quatre ans, sa famille s'établit à Vienne où elle étudia avec Louis Thern et Emil Sauer, un élève de Liszt. Elle reçut le Prix d'État et le Diplôme de maître de l'Académie de Vienne en 1920. Au cours des étés 1929-1930, elle travailla au Tyrol avec Eugen d'Albert, également un élève de Liszt, qui influença fortement sa conception de la tonalité et son sens du style. Durant les années séparant les deux guerres mondiales, elle se produisit régulièrement en Europe (et en Amérique du Sud en 1938) avec de grands orchestres et chefs d'orchestre tels que Böhm, Furtwängler, von Karajan, Kleiber, Mengelberg, Walter et Weingartner, et elle fut reconnue comme une pianiste de premier plan. Furtwängler, en particulier, s'intéressa vivement à sa carrière. Elle s'est produite à 178 reprises au cours de sa dernière saison d'avant-guerre.

Kolessa s'établit en Angleterre en 1937, épousa le diplomate Tracy Philipps, puis déménagea à Ottawa en 1940. Leur fils, Igor, est né en 1939. Elle donna son premier récital au Canada le 21 décembre 1940 au Hambourg Conservatory à Toronto, et joua pour la première fois avec les Concerts symphoniques Promenade en 1941, interprétant le Konzertstück de Weber, et y participa à nouveau durant quelques années, interprétant des concertos de Schumann et de Chopin. En 1942, elle se joignit au personnel du TCM (RCMT) où en 1946, on lui confia la direction de l'enseignement du piano à la Senior School, nouvellement fondée. Elle y enseigna jusqu'en 1949 et par la suite donna des leçons particulières à Toronto pendant plusieurs années. Au cours de cette période, elle présenta fréquemment des concerts à la radio de la SRC, notamment une série de 10 émissions consacrées aux oeuvres de Bach, 14 émissions consacrées à Mozart (dont 6 concertos), 20 sonates et les 5 concertos de Beethoven (1943), une série de 10 sonates de Schubert et 5 récitals Chopin, ainsi que nombre d'autres récitals. Elle donna aussi des récitals solo, dont celui de ses débuts à Carnegie Hall en janvier1948 et un programme entièrement consacré à Chopin à Eaton Auditorium à Toronto le 23 octobre 1948. Elle se fit connaître comme l'une des pianistes canadiennes de premier plan. Avec le TSO, elle exécuta le Concerto en mi bémol de Liszt (14 décembre 1943). Kolessa joua le Concerto en mi mineur de Chopin avec l'Orchestre philharmonique de New York le 26 février 1949, et retourna à Carnegie Hall le 3 avril 1950 pour y donner le deuxième de trois récitals. Bruno Walter la considérait « une des plus magnifiques pianistes de notre époque » et Harold Taubman l'avait décrite comme « une artiste douée d'un esprit et d'un coeur bien personnels », ajoutant que, dans son jeu, « l'accent était mis sur l'expression et non sur une technique toute en feux d'artifice; elle créait de la musique, ce qui devrait être le but de toute soirée à Carnegie Hall » (New York Times, 28 janvier 1948). Un critique du Musical America (avril 1950) écrivit alors : « Ses principaux atouts sont une technique fluide, une habileté exceptionnelle pour nuancer subtilement la sonorité et une ingéniosité dans l'utilisation des pédales ». Son répertoire canadien incluait des pièces de François Brassard, Clermont Pépin et Arnold Walter. Ses apparitions en public en Amérique du Nord se poursuivirent jusqu'en 1954 et elle se consacra par la suite à l'enseignement.

Kolessa enseigna au CMM (1952-1973), à l'École Vincent-d'Indy (1955-1966), et pendant 12 ans à l'Université McGill et à l'Ukrainian Music Institute de New York (1959-1960). Parmi ses élèves figurent notamment André Asselin, Mario Bernardi, Tova Boroditsky, Howard Brown, Carol (Wright Pack) Birtch, Paul Crawford, Patricia Grant Lewis Elliott, Richard Gresko, Yvonne Guiguet-Johnston, John Hawkins, Millicent McRae Kavanagh, Gordon Kushner, Edward Laufer, Marion MacLennan, John McKay, Louis-Philippe Pelletier, Clermont Pépin, Eugene Plawutsky, Karen Quinton, Pierrette Froment Savoie et Ireneus Zuk. Ayant elle même étudié avec deux élèves de Liszt, Kolessa a transmis une grande tradition à ses nombreux élèves canadiens.

Kolessa se retire de la scène publique à la fin de sa vie. En 1999, Doremi Records lança de nouveau ses enregistrements de 1936-1949, y compris les enregistrements privés et non distribués, dans un coffret de trois CD (The Art of Lubka Kolessa, 7743-5). Il est également possible de l'entendre sur les albums Böhm in Dresden (EMI lC 137-53 500/04) et Variations and fugue on a theme de Handel, Opus 24.

Discographie

78t. Beethoven Concerto no 3, Hummel Rondo en mi bémol : Saxon State O, Böhm c orch; v. 1938; HMV G-DB-5506-10.

Chopin Valse no 1, Mozart Romance en la bémol : v. 1938; HMV G-DB-4654.

Mozart Variations en sol K. 455 : v. 1938; HMV G-DB-4621.

Scarlatti Sonate en do, Sonate en si bémol : HMV G-DA-4454.

Ablums

Brahms Variations, Opus 24 : Intermezzi. v. 1952; Concert Hall CHS-1108.

Schumann Études symphoniques, Toccate : v. 1952; Concert Hall CHS-1111.

Kolessa a aussi enregistré sur rouleaux de piano pneumatique.ý

Bibliographie

Jack SILVER. « Restoring Lubka Kolessa »; Fanfare (nov. 1999).

George KEHLER, ed. The Piano in Concert; London (1982).


Lecture supplémentaire

  • Silver, Jack. 'Restoring Lubka Kolessa,' Fanfare, Nov 1999

    Kehler, George, ed. The Piano in Concert. London, 1982