Lévesque, Raymond

À son retour à Montréal, il se produisit comme membre des Bozos (1959-60) et chanta dans diverses boîtes, tout en jouant au théâtre et dans des téléromans où il incarna à plusieurs reprises des personnages de Marcel Dubé.

Lévesque, Raymond
Un véritable chansonnier de style parisien, il marie le chant, la comédie et la satire politique.

Lévesque, Raymond

Raymond Lévesque. Auteur-compositeur-interprète, poète, comédien (Montréal, 7 octobre 1928). Après avoir étudié le piano avec Rodolphe Mathieu et l'art dramatique avec Mme Jean-Louis Audet, il commença à écrire des chansons (1943). Fernand Robidoux, l'ayant remarqué, l'invita à son émission à la station radiophonique CKAC et interpréta quelques-unes de ses compositions (1947). Lévesque fut coanimateur à l'émission « Grand'maman Marie » à la SRC (1949-51), puis participa comme chanteur et animateur à des émissions des stations CKAC et CHLP. De 1952 à 1954, il anima à la SRC la série télévisée de variétés « Mes jeunes années » avec Colette Bonheur, et partit ensuite pour Paris. Il y restera cinq ans, chantant dans des cabarets de Montmartre et de la Rive gauche. Il gravera également quatre 45t. pour Barclay, se produira dans plusieurs émissions et effectuera une tournée en France avec la fantaisiste Annie Cordy. Eddie Constantine enregistra sa chanson « Les Trottoirs » en 1954 tandis que Bourvil popularisa « La Vénus à Mimile ». C'est en 1956 que Lévesque écrivit « Quand les hommes vivront d'amour », son plus grand succès, qui fut interprété par plusieurs chanteurs québécois.

À son retour à Montréal, il se produisit comme membre des Bozos (1959-60) et chanta dans diverses boîtes, tout en jouant au théâtre et dans des téléromans où il incarna à plusieurs reprises des personnages de Marcel Dubé. Tout en travaillant successivement dans divers cabarets dont il était propriétaire (Le Bar du music-hall, Le Parlement, L'Évêché), il monta pendant les étés 1961 à 1974 une quarantaine de revues à la Butte à Mathieu de Val-David, au nord de Montréal. Jusqu'au début des années 1980, il présenta de nombreux spectacles à Montréal (Expo 67, Comédie-Canadienne, Le Patriote, PDA) et Québec (La Résille, Grand Théâtre) et fut l'invité de nombreuses émissions de télévision. Véritable chansonnier de type parisien, Lévesque a monté au cours des années 1970 et 1980 de nombreuses revues où se mêlaient la chanson, la comédie et la satire politique : Tharèse (1974), On veut savoir (1980), C'est à ton tour mon cher René (1983), Waitress (1986), Deux mille ans après Jésus-Christ (1988), etc. Il a reçu le trophée Félix« Témoignage de l'ADISQ » en 1980.

Après plus de 40 ans de carrière, Lévesque apparaît toujours tel que le décrivait Claude Gingras dans La Presse (Montréal, 19 février 1968) : « Un artiste authentique, qui a quelque chose à dire, qui a de l'esprit, qui trouve les mots justes, et qui sait écrire une mélodie. » À travers ses poèmes, ses monologues et des chansons telles que « Le Coeur du Bon Dieu », « Rosemont sous la pluie », « Bozo-les-culottes », il s'est dégagé peu à peu de l'influence de Charles Trenet. Ses compositions, de sentimentales qu'elles étaient, sont devenues de plus en plus humoristiques, mordantes et socialement engagées. Sans avoir jamais été véritablement consacré vedette, il ouvrit la voie à la vague de chansonniers des années 1960. Pauline Julien et Fernand Robidoux lui ont consacré des disques.

Après Quand les hommes vivront d'amour (Québec 1968), Lévesque a publié de nombreux recueils de poésie à Montréal : Au fond du chaos (1971), Le Malheur a pas des bons yeux (1971), On veut rien savoir (1974), Le Temps de parler (1977), Électrochoc (1981) et Quand les hommes vivront d'amour II (1989). À Montréal également, il a aussi publié une pièce de théâtre, Bigaouette (1970), ainsi que ses mémoires, Raymond Lévesque, d'ailleurs et d'ici (1986), et un recueil de chansons, Le P'tit Québec de mon coeur (1990). Créé en son honneur en 1986, le prix CIEL-Raymond Lévesque a été décerné notamment à Jim Corcoran, Marie Philippe et Luc de Larochellière.

Discographie

Chansons et monologues : 1962; Alouette SAD-519, Sel M-298-045 et Sel SADCD-519 (CD).

À la Butte à Mathieu : 1965; Gamma GS-102.

Après 20 ans : 1967; Gamma GS-111.

Raymond Lévesque : 1971; Lon SDL-30013.

L'Automne Show : 1974; Rival 1.

Raymond Lévesque chante les travailleurs : 1975; Deram DEF-1004.

Le P'tit Québec de mon coeur : 1977; Filoson FIL-77101.

Collection souvenir : (1980?); GM 6108.

Voir aussi DISCOGRAPHIE de Chansonniers.


Lecture supplémentaire

  • Léger, Pierre. 'Mon ami Raymond Lévesque,' Maclean, Jun 1965

    Saint-Jean, Armande. 'Raymond Lévesque 20 ans après,' Montreal La Presse, 28 Oct 1967

    L'Herbier, Benoît. La Chanson québécoise (Montreal 1974)

    Thériault, Jacques. 'En poésie comme en chanson... Raymond Lévesque continue à dénoncer ''les misères'' de l'humanité actuelle,' Montreal Le Devoir, 19 Feb 1975

    Corrivault, Martine. '''Le plus difficile, au Québec, c'est de durer''(Raymond Lévesque),' Quebec City Le Soleil, 14 Aug 1976