Marianne s'en va-t-au moulin

« Marianne s'en va-t-au moulin ». Très connue en France et au Canada, cette chanson folklorique raconte sur un rythme plein d'entrain l'aventure de Marianne : son âne attaché derrière le moulin est mangé par un loup et le meunier lui paie un autre animal.

Marianne s'en va-t-au moulin

« Marianne s'en va-t-au moulin ». Très connue en France et au Canada, cette chanson folklorique raconte sur un rythme plein d'entrain l'aventure de Marianne : son âne attaché derrière le moulin est mangé par un loup et le meunier lui paie un autre animal. À son retour, Marianne explique à son père que le jour de la Saint-Michel, les ânes changent de poil. La mélodie et le texte apparaissent dans Chansons populaires du Canada (Québec 1865) d'Ernest Gagnon et on retrouve les paroles notamment dans La Lyre canadienne (Québec 1886). Jean Papineau-Couture a composé la musique pour célesta et cordes de « Marianne s'en va-t-au moulin », spectacle de marionnettes présenté à la télévision de la SRC (1952). Hector Gratton en a fait une fantaisie pour soprano, ténor et orchestre et Morley Calvert l'a utilisée dans le premier mouvement de sa Suite des collines montérégiennes (1962) pour quintette de cuivres. Au nombre des harmonisations pour chant et piano figurent celles d'Alfred La Liberté (Le Passe-Temps, août 1946) et de Claude Champagne (Harris 1959). Parmi ceux qui l'ont enregistrée sur 78t., mentionnons Louis Chartier (Brunswick 3421), et sur micr., Marguerite Gignac (RCA LCP-1035).