Mary Ella Dignam

​Mary E. Dignam (née Williams), peintre et fondatrice de la Women's Art Association of Canada (née le 13 janvier 1857 à Port Burwell, en Ontario; décédée le 6 septembre 1938 à Toronto, en Ontario).

Mary E. Dignam (née Williams), peintre et fondatrice de la Women's Art Association of Canada (née le 13 janvier 1857 à Port Burwell, en Ontario; décédée le 6 septembre 1938 à Toronto, en Ontario). Mary E. Dignam a été la première présidente de la Women's Art Association of Canada, incorporée à Toronto en 1892. Mary E. Dignam était une défenseure des droits des femmes et une promotrice d’autres femmes artistes. Pour ses peintures, elle utilisait des pastels, des aquarelles et des huiles, avec une préférence marquée pour les études florales, les scènes de genre et les paysages. Elle emploie d’abord le style hollandais en vogue à la fin du IXe siècle, mais son œuvre plus tardive sera influencée par l’impressionnisme.

Formation artistique, voyages et enseignement

Mary E. Dignam commence ses études à la Western School of Art Design de London, en Ontario. En 1886, elle quitte l’Ontario pour la ville de New York, où elle étudie à la Art Students’ League avec pour professeurs H. Thompson, William Merritt Chase et Kenyon Cox. Comme plusieurs artistes canadiens du début du XXe siècle, elle visite Londres et Paris. Elle étudie dans les ateliers parisiens de Luc-Olivier Merson (1846-1920), un peintre français connu pour son travail sur les timbres postaux et les billets de banque et avec le peintre académique Louis-Joseph-Raphaël Collin (1850-1916). Elle voyage ensuite en Italie et aux Pays-Bas afin d’y contempler des œuvres d’art et d’y pratiquer sa peinture.

Après son retour d’Europe, Mary E. Dignam fonde le Art Studios of Moulton Ladies' College à l’Université McMaster, où elle devient plus tard professeure. À l’époque, la plupart des enseignants en arts refusent d’utiliser des modèles nus pour instruire leurs étudiantes, et Mary E. Dignam est l’une des premières personnes au Canada à briser ce tabou. Être capable de dessiner la forme humaine dénudée était considéré depuis longtemps comme une aptitude élémentaire dans la formation d’un artiste selon le curriculum européen. Les femmes artistes qui n’avaient pas accès à des modèles nus se voyaient donc poussées vers les marges de la profession artistique.

Women's Art Association of Canada

En 1886, Mary E. Dignam fonde le Women's Art Club, qui devient la Women's Art Association of Canada avant d’être enregistrée en 1892. La Women's Art Association of Canada entre dans l’histoire comme étant la première organisation canadienne composée que par des femmes artistes professionnelles. À une époque où la plupart considèrent les femmes artistes comme des amatrices, il y avait un besoin manifeste pour ce genre d’organisation. Mary E. Dignam devient la première présidente de l’association, et occupe le poste de 1892 à 1913.

Mary E. Dignam invite lady Aberdeen, épouse de John Campbell Hamilton Gordon, 1er marquis d’Aberdeen et de Temair, le septième gouverneur général du Canada, à offrir son appui officiel à l’Association. Lady Aberdeen accepte, et chaque gouverneur général a été mécène de la Women's Art Association of Canada depuis. En 1897, Mary E. Dignam organise la production du Cabot Commemorative State Dinner Service, un service de vaisselle en porcelaine composé de 192 pièces toutes décorées de scènes canadiennes peintes à la main par des artistes canadiennes. Les pièces sont produites en l’honneur du 400e anniversaire de la « découverte » du Canada par Jean Cabot, bien que ce qui deviendrait plus tard le Canada fût depuis longtemps habité par les peuples autochtones. Le service est en fin de compte présenté à lady Aberdeen.

En 1894, Mary E. Dignam écrit aux femmes artistes de Montréal pour les encourager à former une succursale montréalaise de la Women’s Art Association of Canada. La rencontre inaugurale de la succursale montréalaise prend place en juin 1894. Bien que Mary E. Dignam semble avoir encouragé avec passion les femmes à s’impliquer tant dans les arts que dans l’artisanat, la succursale montréalaise se concentre sur l’artisanat alors que la succursale torontoise de Mary E. Dignam s’intéresse davantage aux beaux-arts, comme la peinture. Ellen Easton McLeod suppose que le succès précoce de la succursale montréalaise provoque des tensions entre Mary E. Dignam et certaines des membres de Montréal. En décembre 1904, les Montréalaises décident de retirer leur projet d’artisanat de l’Association. En janvier 1905, Alice Peck (1855-1943) et Mary May Phillips (1856-1937) fondent ensemble la Canadian Handicrafts Guild à Montréal, dont Mary May Phillips devient la première présidente.

En 1898, la Women’s Art Association of Canada compte près de 1000 membres et a des succursales dans plusieurs villes canadiennes. Mary E. Dignam est présidente de l’Association jusqu’en 1913, puis occupe le poste de présidente-consultante pendant plusieurs années. Elle reprend le poste de présidente en 1936, marquant le 50e anniversaire de l’Association.

Expositions

En plus d’avoir fondé et présidé la Women’s Art Association of Canada, Mary E. Dignam expose de façon régulière dans plusieurs sociétés artistiques. Ses œuvres sont exposées par la Art Association of Montreal de 1886 à 1931, par la Ontario Society of Artists entre 1883 et 1913, par l’Académie royale des arts du Canada entre 1883 et 1924, et par la Toronto Industrial Exhibition entre 1891 et 1900. Malgré tout, l’Académie royale et la Ontario Society of Artists rejettent sa candidature à plusieurs reprises.

En 1900, elle participe à l’organisation de la première exposition d’art internationale dont les artistes sont toutes de sexe féminin. Elle sollicite la contribution des membres de la Women’s Art Association of Canada et du Women's International Art Club, et finit par obtenir 235 œuvres qui sont par la suite exposées à la Grafton Gallery à Londres. En 1897 et en 1898, elle organise des expositions de la WAAC à la prestigieuse Roberts Gallery, située au 79, rue King Est à Toronto.

Son œuvre est présentée lors d’expositions solos en Europe et en Amérique du Nord, dont son exposition solo aux Galeries Durand-Ruel à New York en 1928. Mary E. Dignam est aussi l’une des huit femmes artistes canadiennes à présenter des huiles sur toile lors de l’Exposition universelle colombienne de Chicago en 1893.

En 2000, une exposition rétrospective à la Women’s Art Association of Canada présente les tableaux que Mary E. Dignam a peints en Italie, en France, aux Pays-Bas et au Canada et quelques-unes de ses peintures sur porcelaine.