McDermott, John

John (Charles) McDermott. Ténor, chanteur populaire (Glasgow, Écosse, 25 mars 1955). En 1965, John McDermott quitte Glasgow pour le Canada avec sa famille.

McDermott, John

John (Charles) McDermott. Ténor, chanteur populaire (Glasgow, Écosse, 25 mars 1955). En 1965, John McDermott quitte Glasgow pour le Canada avec sa famille. Il vit à Willowdale dans une famille musicale d'héritage irlandais et écossais et, en 1970 et 1971, il reçoit son unique formation officielle en musique à la St. Michael's Choir School. Plus tard, McDermott chante dans les mariages et, en 1980, il forme, avec d'autres choristes, The Mistletones. Il chante l'hymne national pour les Blue Jays et les Maple Leafs de Toronto vers 1988-1992. Il occupe divers emplois dans d'autres domaines que la musique, dont représentant de la diffusion pour le Toronto Sun, où Conrad Black l'entend chanter dans des fêtes de la compagnie. En 1992, Black et d'autres cadres exécutifs financent l'enregistrement indépendant de McDermott, Danny Boy. EMI Music Canada reprend l'album et le sort dans toute l'Amérique du Nord. Le succès inattendu de Danny Boy amène McDermott, alors âgé de 36 ans, à poursuivre sa carrière de chanteur.

Sa carrière professionnelle

Le premier concert de John McDermott a lieu le 5 octobre 1993, à Halifax. Il fait une tournée au Canada en première partie des Chieftains. L'année suivante, il donne des spectacles en Australie et en Nouvelle-Zélande, où Danny Boy est classé n<sup>o</sup> 1. En 1995, il effectue une tournée au Royaume-Uni avec The Seekers. Dès lors reconnu internationalement, il commence à donner régulièrement des spectacles tout seul. Il donne des spectacles mémorables, entre autres, en France, aux cérémonies du jour J (1995) et au congrès national des démocrates aux États-Unis (1996). Il anime des concerts spéciaux pour la télévision de la SRC en 1997 et un spécial télévisé en solo, John McDermott: A Time to Remember, diffusé sur le réseau américain PBS en 2002. Entre-temps, McDermott se joint aux Irlandais Anthony Kearns et Ronan Tynan pour former The Irish Tenors et leur concert de 1998 à Dublin mène à des tournées aux États-Unis, à des passages à la télévision et à un enregistrement certifié or.

Son répertoire

Les premiers enregistrements de McDermott présentent des chansons celtiques traditionnelles (comme « The Rose of Tralee ») et des pièces plus récentes sur la perte et le souvenir (comme « And The Band Played Waltzing Matilda »). En concert, la chanson thème de McDermott est « Danny Boy », chantée a capella. Même si certains le qualifient de chanteur nostalgique, sa sincérité est évidente. Ses enregistrements se vendent très bien grâce au bouche à oreille et ses concerts se donnent à guichets fermés. Le phénomène McDermott propose un moment d'évasion dans le passé brumeux des vieux pays qui répond facilement au besoin de sens et de stabilité du public. Avec sa voix toujours abordable, jamais abrasive, il fournit un antidote à l'angoisse existentielle superficielle répandue aujourd'hui.

Ses enregistrements

En 1997, Danny Boy est certifié double platine au Canada. Old Friends aussi est disque platine.

La sélection de chansons de chacun de ses albums s'étend généralement sur au moins 250 ans. Dans son quatrième album, Love is a Voyage (1995), McDermott présente plus de chansons du 20<sup>e</sup> siècle comme « Here, There and Everywhere ». McDermott se diversifie et enregistre des hymnes nationaux (sur Ô Canada ) et de la musique stimulante (sur Great Is Thy Faithfulness). En 2003, il explore davantage pour Stories of Love, qui présente des classiques jazz et pop interprétés dans un style charmeur raffiné.

John McDermott enregistre des œuvres de beaucoup d'auteurs-compositeurs canadiens comme « When You and I were Young, Maggie » de George W. Johnson, « Put Your Dreams Away » de Ruth Lowe, « My Ain Folk » de Laura Lemon, « Song for the Mira » d'Allister MacGillivray et d'autres de Gordon Lightfoot, Murray McLauchlan, Ted Dykstra, Frank Mills et Ron Hynes.

Ses récompenses et reconnaissances

Pour son soutien à la cause des vétérans, John McDermott est membre honoraire des Amputés de guerre et il reçoit le prix Bob Hope de la Congressional Medal of Honor Society des États-Unis. De 1993 à 1998, il remporte cinq nominations aux Juno. McDermott est considéré comme « le digne héritier du fameux ténor irlandais John McCormack » (Sun Times de Chicago).

Bibliographie

Ostick, Stephen, « Heavy hitters finance tenor's voice », Winnipeg Free Press , 13 avr. 1993.

King, Frank, « McDermott's Danny Boy taking Canada by storm », Calgary Herald, 17 avr. 1993.

Craig, Terry, « Scottish singer keeps hectic pace », Star Phoenix de Saskatoon, 16 oct. 1993.

Renzetti, Elizabeth, « Balladeer proud of sentimentality », Globe and Mail, 22 déc. 1995.

Arsenault, Tim, « Lend me an Irish tenor », Halifax Chronicle-Herald, 18 sept. 1996.

« John McDermott », Contemporary Canadian Musicians (Toronto, 1997).

Chisholm, Patricia, « Straight to his listeners' hearts », Maclean's, 12 juil. 1999.

Smiderle, Wes, « Tenor lives life on a high note », Ottawa Citizen, 16 déc. 1999.

Vidéographie

John McDermott : The Tragedy of War, The War Amps, VHS.


Lecture supplémentaire

  • Ostick, Stephen. "Heavy hitters finance tenor's voice," Winnipeg Free Press, 13 Apr 1993

    King, Frank. "McDermott's Danny Boy taking Canada by storm," Calgary Herald, 17 Apr 1993

    Craig, Terry. "Scottish singer keeps hectic pace," Saskatoon Star Phoenix, 16 Oct 1993

    Renzetti, Elizabeth. "Balladeer proud of sentimentality," Globe and Mail, 22 Dec 1995

    Arsenault, Tim. "Lend me an Irish tenor," Halifax Chronicle-Herald, 18 Sep 1996

    "John McDermott," Contemporary Canadian Musicians (Toronto 1997)

    Chisholm, Patricia. "Straight to his listeners' hearts," Maclean's, 12 July 1999

    Smiderle, Wes. "Tenor lives life on a high note," Ottawa Citizen, 16 Dec 1999