Alfred Mignault

Alfred (Joseph Édouard) Mignault, organiste, compositeur, professeur (né le 8 décembre 1895 à Saint-Augustin-des-Deux-Montagnes, près de Montréal, Québec; décédé le 10 juillet 1961 à Montréal).

Alfred Mignault

Alfred (Joseph Édouard) Mignault, organiste, compositeur, professeur né le 8 décembre 1895 à Saint-Augustin-des-Deux-Montagnes, près de Montréal, Québec; décédé le 10 juillet 1961 à Montréal). Il prit ses premières leçons de sa mère, organiste et élève de R.-O. Pelletier. À la suggestion de son professeur de piano, Alfred La Liberté, qu'il avait rencontré en 1916, il abandonna l'université pour se consacrer à la musique. Il poursuivit ses études avec Léo-Pol Morin (piano), Eugène Lapierre et Émile Lambert (orgue). Il occupa brièvement divers postes d'organiste, aux églises montréalaises Saint-Alphonse d'Youville, Saint-Étienne, Sainte-Cunégonde, Sainte-Catherine et Saint-Georges, puis à Saint-Enfant-Jésus (1924-57) où il fut aussi m. c. (1944-57). Dès 1937, il se produisit à la SRC comme organiste et pianiste. Il succéda à Henri Letondal comme dir. artistique de « L'Heure provinciale » à la station radiophonique CKAC (1938-40). Prof. de solfège et de dictée musicale au CMM (1943-61), il fut aussi dir. de l'enseignement du chant et du solfège à la Commission des écoles catholiques de Montréal (1947-57).

Mignault employa ses loisirs à la composition qu'il avait abordée en autodidacte. Il écrivit des oeuvres vocales et instrumentales dont certaines furent publiées à compte d'auteur (« Cor Jesu », « Ecce fidelis » pour choeur, « Souvenez-vous, Vierge Marie » pour voix), chez Boucher (Petite pastorale en ré pour orgue, « Homo quidam » et « O Salutaris » pour choeur, « Ave Maria » pour voix) et chez Archambault (« Je vous salue, Marie »). Pour violoncelle, il a écrit une Suite dans le style ancien ainsi que Berceuse, La Fileuse, Pensée musicale et Pastourelle dédiées à son fils André.

En 1938, un récital consacré à ses oeuvres pour piano fut donné par Annette Brunet à la salle du Gesù. À « L'Heure provinciale » du 2 octobre 1938, son Divertissement sur deux thèmes canadiens pour piano et orchestre fut joué par cette interprète sous la direction du compositeur qui fit aussi entendre sa Petite suite. Son oeuvre majeure, une Messe brève de Requiem composée en 1944, pour quatre voix égales et orgue, fut créée la même année. Il en fit plus tard l'orchestration. Mignault écrivit aussi de nombreuses mélodies, des oeuvres pour piano et des harmonisations de chansons de folklore.

Voir aussi André Mignault (son fils).