Monnaie, frappe de la

De 1858 à 1907, la plupart des pièces de MONNAIE canadiennes sont frappées par la Royal Mint de Londres en Angleterre, tandis que des émissions spéciales proviennent de la Heaton Mint de Birmingham.

Winnipeg, Monnaie royale canadienne de
Depuis 1974, l'Hôtel des monnaies de Winnipeg, au Manitoba, partage avec Ottawa la production de la monnaie canadienne (photo de Egon Bork/avec la permission de la Commission canadienne du tourisme).

Monnaie, frappe de la

De 1858 à 1907, la plupart des pièces de MONNAIE canadiennes sont frappées par la Royal Mint de Londres en Angleterre, tandis que des émissions spéciales proviennent de la Heaton Mint de Birmingham. L'ouverture officielle à Ottawa de la succursale de la Royal Mint de Londres le 2 janvier 1908 a été commémorée par la frappe d'une pièce de cinquante cents. Le site patrimonial de la Monnaie situé Sussex Drive est toujours en activité.

Au cours de ses premières années d'existence la Monnaie a une bonne production de souverains d'or, de pièces canadiennes et de millions d'onces d'or affiné. La Monnaie fabrique même des pièces de fusil pour les Britanniques durant la Première Guerre mondiale.

La Monnaie royale canadienne est placée officiellement sous responsabilité canadienne le 1er décembre 1931, relevant du ministère des Finances. Après des années record de production de pièces et de raffinage, elle devient une société de la Couronne le 1er avril 1969.

Aujourd'hui, la Monnaie royale canadienne frappe la monnaie de certains pays étrangers en plus de celle du Canada. Inaugurée en 1974, l'Hôtel de la Monnaie ouvert à Winnipeg (Manitoba) collabore avec Ottawa à la production de la monnaie nationale. Les pièces de circulation sont frappées à l'établissement de Winnipeg alors que les produits numismatiques sont produits à Ottawa.

Pour la fabrication des pièces de monnaie, le métal est d'abord fondu dans un creuset et moulé en lingots. Les lingots sont rendus malléables par un traitement thermique et sont laminés pour former des feuilles d'une épaisseur appropriée dans lesquelles on découpe des flans. Ils sont nettoyés, polis et acheminés vers l'atelier où les pièces sont frappées à l'aide de coins dont la fabrication constitue une étape longue et laborieuse. Une fois les flans introduits dans la presse, une pince en métal pousse le flan dans la bague et en même temps repousse la pièce qui vient d'être frappée. Le diamètre du flan, légèrement plus petit que celui de la bague, lui permet de glisser dans l'ouverture de celle-ci et de tomber en place sur l'un des coins. L'autre coin s'abaisse, frappant le flan, qui se trouve alors dilaté et remplit les creux des coins et de la bague, produisant ainsi une pièce de monnaie. Les pièces ainsi frappées sont rassemblées, examinées, comptées et ensachées pour émission.


Liens externes