Adaskin, Murray

Murray Adaskin. Compositeur, professeur, violoniste, chef d'orchestre (Toronto, 28 mars 1906 - Victoria, 6 mai 2002). LL.D. h.c. (Lethbridge) 1970, D.Mus. h.c. (Brandon) 1972, D.Mus. h.c. (Windsor) 1977, LL.D. h.c. (Saskatchewan) 1984, D.Mus. h.c. (Victoria) 1984.

Adaskin, Murray
Les compositions de Murray Adaskin sont empreintes d'un style n\u00e9oclassique tr\u00e8s personnel auquel il int\u00e8gre fr\u00e9quemment des \u00e9l\u00e9ments du folklore canadien (avec la permission de Nicholas Morant/Centre de musique canadienne).

Adaskin, Murray

Murray Adaskin. Compositeur, professeur, violoniste, chef d'orchestre (Toronto, 28 mars 1906 - Victoria, 6 mai 2002). LL.D. h.c. (Lethbridge) 1970, D.Mus. h.c. (Brandon) 1972, D.Mus. h.c. (Windsor) 1977, LL.D. h.c. (Saskatchewan) 1984, D.Mus. h.c. (Victoria) 1984.

Vie

Frère de Harry et de John Adaskin, il étudie à Toronto avec le premier et avec Luigi von Kunits, à New York avec Kathleen Parlow et à Paris avec Marcel Chailley. Après avoir rencontré la soprano Frances James, ils se marient en 1931. Durant plusieurs années, il est musicien d'orchestre et chambriste, jouant avec le TSO (1923-1936), avec un trio au milieu des années 1930 à Banff (Alb.) et avec le trio de l'hôtel Royal York (1938-1952). En 1944 cependant, il commence à étudier, avec Weinzweig, la composition qui devient bientôt sa principale activité. Il se perfectionne auprès de Darius Milhaud à Aspen (étés 1949, 1950, 1953) et en Californie avec Charles Jones (1949-1951).

En 1952, il est nommé directeur de la musique à l'Université de la Saskatchewan à Saskatoon. Au cours de son mandat comme chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Saskatoon (1957-1960), il insiste pour que l'orchestre commande chaque année une œuvre canadienne. Il inscrit également des œuvres canadiennes au programme du festival d'été de musique qu'il organise en 1959, et lors de six concerts-expositions (1967) qui présentent parallèlement des exécutions d'œuvres et une exposition sur la carrière du compositeur. Membre fondateur de la LCComp, il siège aussi au Conseil des arts du Canada (1966-1969). En 1966, il est nommé compositeur en résidence à l'Université de la Saskatchewan, premier poste du genre à être créé par une université canadienne. Il prend sa retraite en 1972 et s'établit l'année suivante à Victoria où il continue de composer et d'enseigner. Il noue des relations étroites avec la communauté artistique de la ville, particulièrement à l'Université de Victoria où il continue d'enseigner le violon et la composition dans les années 1990. La plupart des œuvres écrites à Victoria le sont pour des interprètes ou des ensembles de la ville, surtout parmi les jeunes musiciens.

L'Université de la Saskatchewan parraine en 1982 le concert An Adaskin Celebration pour fêter son 75e anniversaire de naissance, et du 12 février au 26 mars 1988, l'Université de Victoria lui rend hommage avec The Adaskin Years : a Celebration of Canada's Arts. Cette série de concerts présente de la musique écrite par Adaskin, par ceux qui l'ont influencé et par ceux qu'il a lui-même influencés, en même temps qu'une exposition des peintures canadiennes de la collection d'Adaskin, pour se culminer en une Conference on Canada's Arts, 1930-1970. La radio de la SRC rend aussi hommage à Adaskin au cours de trois épisodes de « Mostly Music » (27-29 novembre 1989) dans lesquels elle brosse un profil de sa vie et de sa musique.

Œuvres

Moderne sans être radical, Adaskin développe dans ses compositions une technique toujours présente et identifiable qui exploite trois textures principales : le contrepoint à deux voix, l'activité rythmique sous-jacente à la mélodie, et l'activité rythmique seule. Cette activité rythmique, souvent syncopée, est confiée habituellement aux instruments à vent ou à cordes jouant staccato. Quant à la forme, elle évolue à partir de brefs mouvements repris soit par séquences soit par des changements rythmiques, avec de fréquentes modifications de texture et de timbre. Les phrases sont également brèves et, souvent, ne se prolongent pas au-delà de deux mesures. À l'occasion, Murray Adaskin utilise des éléments folkloriques, tirant de cette source de courts motifs semblables à ceux qui apparaissent dans ses autres œuvres, et les utilisant de façon similaire. Saskatchewan Legend et Algonquin Symphony contiennent des exemples de ce procédé.

Son style est caractérisé par une élégance et un charme dans l'expression qui laissent transparaître l'influence française et qu'il atteint au moyen d'une combinaison personnelle d'éléments néoclassiques et d'autres dérivés du folklore. Il emploie des procédés sériels dans certaines de ses œuvres, mais il ne trouve pas grande utilité à l'écriture dodécaphonique dans son approche agréable et optimiste de l'expression musicale.

La plupart de ses œuvres sont le résultat de commandes, dont plusieurs (l'opéra Grant, Warden of the Plains, le Rondino for Nine Instruments, le Quatuor à cordes no 1, etc.) de la SRC; Diversion for Orchestrade l'OCNA; In Praise of Canadian Painting in the Thirties des Chamber Players de Toronto; l'Adagio pour violoncelle et orchestre, du Victoria Conservatory; Nootka Ritual de l'Orchestre symphonique de Nanaimo; Divertimento no 4de l'Orchestre symphonique de Saskatoon; Cassenti Concerto des Cassenti Players; Saskatchewan Legend du Comité du jubilé d'or de l'Université de la Saskatchewan; Divertimento no 2 et le Quatuor à cordes no 2de l'Université de la Saskatchewan; le Concerto pour basson de George Zukerman; Fanfare du Saskatchewan Centre of the Arts; Rondino du Centre de musique canadienne; Dance Concertante de l'Orchestre symphonique de Windsor; Divertimento no 8 de la SMEA; et Nocturne de l'International Clarinet Congress.

L'œuvre d'Adaskin comprend quelque 130 pièces, dont beaucoup écrites après sa retraite officielle et après l'âge où les compositeurs cessent généralement de créer. En 1996, il est compositeur en résidence du Vancouver Chamber Music Festival et l'Orchestre symphonique de Victoria organise un concert en l'honneur de son 90e anniversaire. Sa dernière composition, Musica Victoria, une adaptation de sa pièce Cassenti concertante, date de 2000.

Le volume 23 de l'Anthologie de la musique canadienne de RCI (5-ACM 23), paru en 1986, est consacré aux compositions d'Adaskin. Murray Adaskin et sa deuxième femme, Dorothea (née à Larsen, ép. en 1989), produisent plusieurs enregistrements de ses œuvres de 1995 à 2001 (MM 101-104). La collection Ovation chez CBC Records/CMCentre (PSCD2026-5, 2002) comprend aussi des œuvres d'Adaskin.

Honneurs et récompenses

Son œuvre de professeur, chef d'orchestre et promoteur de la musique et des musiciens canadiens est à la mesure de son œuvre comme compositeur. Son attitude généreuse et positive envers la musique canadienne se reflète dans ses comptes rendus bienveillants sur la Saskatchewan, parus dans les Chroniques canadiennes des livraisons un à quatre des Cahiers canadiens de musique (1970-1972). Il est l'un des premiers à fuir la concentration Toronto-Montréal et à contribuer d'une façon concrète à la décentralisation de l'activité musicale canadienne. Andrew Dawes, Paul Pedersen, Boyd McDonald et Neil Harris sont parmi ses élèves. Il est compositeur agréé du Centre MC.

Il est nommé officier de l'Ordre du Canada en 1980. Il reçoit un Lifetime Award for Excellence in the Arts du Saskatchewan Arts Board en 1991 et, en 1996, l'Université de Victoria crée les conférences Adaskin sur les arts au Canada. Il dépose ses papiers à la Bibliothèque nationale du Canada et fait don de ses partitions à l'Université de la Saskatchewan et à l'Université de Western Ontario. L'Université de Victoria possède un fonds Adaskin et offre un prix Murray Adaskin en composition musicale et un fonds de dotation en son nom.

Voir aussi Quator à cordes Amati.


Lecture supplémentaire

  • Lazarevich, Gordana. The Musical World of Frances James and Murray Adaskin (1988); Lazarevich, Gordana, and Cathcart, Robyn. Murray Adaskin: An Annotated Catalogue of His Music (2003)