Sir George Strong Nares

Sir George Strong Nares, officier de la marine et explorateur de l’Arctique (né en 1831 à Clytha, au pays de Galles; décédé le 15 janvier 1915 à Kingston upon Thames, en Angleterre).

le hms \u00ab discovery \u00bb
Le capitaine George Nares m\u00e8ne le \u00ab Discovery \u00bb au-del\u00e0 des 82\u00ba de latitude Nord avant de se fixer dans ses quartiers d'hiver; épreuve \u00e0 l'albumine (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/C-52573).

Sir George Strong Nares, officier de la marine et explorateur de l’Arctique (né en 1831 à Clytha, au pays de Galles; décédé le 15 janvier 1915 à Kingston upon Thames, en Angleterre). Quand il était matelot sur le HMS Resolute de 1852 à 1854, George Strong Nares a participé à l’une des expéditions de recherche pour les navires de sir John Franklin. Ses expéditions scientifiques posent les fondations de l’océanographie. Le détroit entre l’île d’Ellesmere et le Groenland, qu’il avait emprunté dans sa quête du pôle Nord, est nommé en son honneur. Lors d’une expédition en 1875 et 1876, George Strong Nares atteint la latitude 82° 27’ Nord, soit plus loin au nord que tout autre navire européen avant lui. D’autres membres de l’expédition atteignent le 83˚20’ Nord en voyageant sur la glace.

Enfance et recherche de sir John Franklin

George Strong Nares naît à Clytha au pays de Galles en 1831. Il reçoit son éducation à la Royal Naval School à New Cross et s’engage dans la marine à l’âge de 14 ans. Après quelques années de service dans le Pacifique à bord du HMS Havannah, George Strong Nares commence sa carrière dans l’Arctique.

De 1852 à 1854, George Strong Nares est matelot à bord du HMS Resolute, l’un des cinq vaisseaux de l’expédition commandée par Edward Belcher. Cette expédition était à la recherche de sir John Franklin, disparu avec tous ses hommes lors d’une tentative visant à découvrir le passage du Nord-Ouest. Durant les recherches, George Strong Nares apprend à naviguer entre les glaces et à utiliser des traîneaux lors des voyages à terre. Ces connaissances lui seront utiles plus tard dans sa carrière.

En 1853, le Resolute rencontre une autre expédition à la recherche de sir John Franklin, le HMS Investigator, commandé par Robert McClure et pris dans les glaces au large de l’île Banks. Le Resolute subit le même sort quelque temps après, et ce n’est qu’en 1854 que les équipages des deux navires retournent en Angleterre à bord du North Star, un des navires restants de l’expédition d’Edward Belcher (qui en comptait cinq au départ). Une fois de retour, George Strong Nares est promu lieutenant.

Carrière

De 1854 à 1856, George Strong Nares est déployé en Méditerranée avant d’être transféré sur l’Illustrious, puis sur le Britannica, des navires-écoles pour les cadets de la marine. Il écrit un manuel d’entraînement intitulé Seamanship qui est réimprimé à plusieurs reprises. George Strong Nares se taille une réputation d’instructeur énergique capable d’influencer ses cadets. En 1862, il est promu au rang de commandant pour son travail sur les navires-écoles. Il prend les commandes du Boscawen, un autre navire-école, avant d’être réassigné en Australie en 1865 en tant que commandant du Salamander. C’est à bord de ce navire qu’il effectue des levés hydrographiques dans les eaux côtières du Queensland. En 1868, il prend les commandes du Newport et effectue des travaux hydrographiques en Méditerranée avant d’être promu capitaine en 1869.

George Strong Nares commande ensuite le Shearwater, qui étudie le courant de Gibraltar, avant de se voir confier le HMS Challenger lors de la première grande expédition d’étude scientifique des profondeurs des océans. De 1872 à 1876, l’expédition examine la température des océans, leurs courants et leurs profondeurs, posant ainsi les fondations de presque toutes les branches de ce qui deviendra l’océanographie moderne. Après tout juste deux ans, il est réassigné aux commandes d’une expédition arctique visant à trouver l’emplacement du pôle Nord.

L’expédition Arctique britannique de 1875 et 1876

En partie à cause de l’expérience de l’Arctique qu’il avait acquise plus tôt dans sa carrière, George Strong Nares se voit confier le commandement de l'expédition Arctique britannique de 1875 et 1876, composée des navires HMS Alert et HMS Discovery. Croyant à tort que les eaux de l’Arctique serraient libres de glaces, l’expédition a pour objectif d’atteindre le pôle Nord. L’Alert arrive à Floeberg Beach à l’extrémité nord-est de l’île d’Ellesmere, à 82˚27’ N. Cependant, il leur est impossible d’aller plus loin à cause des glaces, et ils se voient contraints d’envoyer des équipes par traîneau. L’une de ces équipes atteint le 83˚20’ N en voyageant sur la banquise accidentée. Une épidémie de scorbut fait plusieurs victimes et les force en fin de compte à rebrousser chemin.

Certains accusent George Strong Nares d’être responsable de l’éclosion de scorbut parce qu’il a négligé de placer des rations de jus de lime dans les traîneaux. La Royal Navy avait adopté le jus de citron comme mesure préventive contre le scorbut vers la fin du XVIIIe siècle. Cependant, la lime, dont la teneur en vitamine C est la moitié de celle du citron, est remplacée par celui-ci à partir des années 1860. D’autres font valoir que ces accusations sont sans fondement, compte tenu des conditions difficiles de l’Arctique, où les aliments frais et les sources de vitamine C sont rares. De plus, certains hommes qui étaient restés sur les navires n’ont pas manqué de jus de lime et n’ont pourtant pas été épargnés par le scorbut.

Quoi qu’il en soit, l’expédition est considérée un succès, aucun autre navire n’ayant voyagé plus loin au nord auparavant. George Strong Nares est nommé membre de la Royal Society en 1875 et est fait chevalier par la reine Victoria en 1876. Il reçoit aussi la Founder’s Medal de la Geological Society en 1877 et la médaille d’Or de la Société géographique de Paris en 1879. George Strong Nares écrit un récit de son expédition dans le livre Voyage to the Polar Sea. Il devient contre-amiral en 1887, puis vice-amiral en 1892. George Strong Nares sonde le détroit de Magellan à bord de l’Alert pendant une saison encore avant de recevoir une position au département des ports de la Chambre du commerce. Il prend ensuite sa retraite en 1896.