Navigation

On a la preuve que les Phéniciens, les Arabes et les anciens Grecs utilisaient couramment la position nocturne des étoiles et des constellations comme aide à la navigation en mer.

Davis, quadrant
John Davis invente une sorte de quadrant ou quart-de-cercle, instrument utilisé pour mesurer l'altitude (avec la permission du Musée royal de l'Ontario/958.9.1).
Sextant
Sextant anglais, vers 1790-1810. Le sextant est utilisé pour mesurer l'altitude du soleil ou d'un autre corps céleste. Grâce à son utilisation, les cartes sont devenues beaucoup plus précises (avec la permission du Musée royal de l'Ontario/958.11.2).

Navigation

La navigation peut être définie comme la science qui permet de trouver son chemin entre deux points. Toutefois, le terme est maintenant employé plus couramment dans le contexte de l'aviation ou des déplacements maritimes, comme dans les expressions « navigation aérienne » ou « navigation maritime ». La navigation nécessite l'identification de sa position et la mesure du mouvement par rapport à la surface de la terre. L'essor de cette science est étroitement lié à l'histoire des entreprises de l'homme pour traverser les mers sous l'aiguillon de deux forces jumelées, soit l'exploration du monde et l'expansion commerciale.

On a la preuve que les Phéniciens, les Arabes et les anciens Grecs utilisaient couramment la position nocturne des étoiles et des constellations comme aide à la navigation en mer. Cette connaissance s'est toutefois perdue chez les Européens durant le haut moyen âge et se retrouve seulement après l'an 1000, retransmise par les Arabes. Plusieurs cultures indigènes du Pacifique ont utilisé ces techniques. Jusqu'à la réintroduction de ce concept, les techniques de navigation employées en Europe consistaient habituellement à garder les terres en vue et à utiliser les portulans montrant la forme des côtes et la localisation de chaque port.

La traduction de la Géographie de Ptolémée vers 1409 amorce une révolution dans la navigation et introduit en Europe le concept de la division de la surface de la terre en un maillage est-ouest et nord-sud de lignes de latitude et de longitude. L'intersection de la latitude et de la longitude indique la position du navire. La latitude, ou position nord-sud, peut être déterminée par l'utilisation d'un sextant qui mesure l'angle d'une l'étoile connue ou du soleil à son point le plus élevé au-dessus de l'horizon en s'appuyant sur les cartes du ciel établies par les astronomes. Toutefois, la longitude, ou position est-ouest, requiert la connaissance de l'heure du relevé de la visée d'une étoile. Cela stimule la mise au point de mécanismes d'horlogerie de précision (ou chronomètres). Ainsi, les développements de la mesure du temps, de la navigation, de l'astronomie et de la cartographie sont étroitement liés.

Alors que la navigation par les astres est encore enseignée aux officiers de marine, on compte énormément sur l'apport des techniques modernes de navigation aérienne et maritime. Pour les marins, ces techniques vont de systèmes de satellite tels que le Système de positionnement global (GPS), jusqu'aux systèmes radio de mesure de position tels que le « LORAN-C », encore d'utilisation courante en Amérique du Nord, en passant par des aides plus conventionnelles, comme les PHARES, les bouées et les balises côtières. Au Canada, c'est la GARDE CÔTIÈRE CANADIENNE, dépendant du ministère des Pêches et des Océans, qui fournit les aides à la navigation à tous les types d'usagers, du bateau de plaisance au grand cargo porte-conteneurs. Les aides à la navigation aérienne sont fournies par Transport Canada.

À cause de sa longue tradition, la navigation maritime prime normalement sur toute autre utilisation de l'eau. L'approbation de travaux de construction qui pourraient l'entraver doit être demandée à la Garde côtière canadienne.