Musique à Niagara-on-the-Lake

Niagara-on-the-Lake (Newark jusqu'en 1798; Niagara, 1798-1906). Première capitale du Haut-Canada (auj. Ontario) et site du Festival Shaw.

Niagara-on-the-Lake

Newark jusqu'en 1798; Niagara, 1798-1906). Première capitale du Haut-Canada (auj. Ontario) et site du Festival Shaw. Située à l'embouchure de la rivière Niagara, sur les bords du lac Ontario, cette ville fut fondée au milieu des années 1780 par des Loyalistes et fut le siège du Parlement du Haut-Canada de 1792 à 1796. Comme capitale et ville de garnison, elle fut témoin des premières exécutions connues de musique européenne dans le Haut-Canada. Ainsi l'on sait qu'une musique régimentaire participa aux cérémonies d'ouverture du premier Parlement du Haut-Canada à la loge maçonnique (17 septembre 1792) et que, le 27 décembre de cette même année, de la musique fut jouée lors de la première réunion de francs-maçons. La musique régimentaire jouait aussi au bal bimensuel des officiers, ainsi que le consignait en avril 1793 Mme John Graves Simcoe dans son journal (publié à Toronto en 1911). Le 4 janvier 1797, Mme Simcoe faisait aussi mention d'« un corps de musique » venant en tête d'un défilé et « jouant des airs maçonniques ». En fait, deux siècles plus tard, les musiques militaires présidaient encore aux cérémonies officielles locales. Une preuve du niveau relativement élevé de confort dont jouissait Niagara en 1830 est l'existence de pianos carrés importés d'Angleterre par le capitaine Sibbald, des Royal Scots, et le lieutenant-gouverneur sir John Colborne, et aujourd'hui exposés au musée de la ville. Une Temperance Band était en plein essor à Niagara en 1844, de même qu'une Niagara Musical Society en 1855. Dans les années 1850, des célébrités telles que le violoniste Ole Bull et la prima donna Anna Bishop s'y arrêtèrent pour donner des récitals en se rendant de Buffalo à Toronto. Un chef de musique (Band Major) du nom de Joseph Harkness s'offrit pour diriger une chorale à l'église Saint Andrew's en 1853, et donner deux concerts pour aider à effectuer des réparations à l'église. Avant l'installation d'orgues dans les églises, les fidèles presbytériens confiaient à leur « precentor », John Crooks, la responsabilité de diriger le chant. Pour donner le ton, il se servait d'un diapason (et peut-être aussi des trois boîtes de bois conservées au musée local), tandis qu'un certain Varey, qui jouait de la basse de viole, remplissait la même fonction auprès des méthodistes. L'église Saint Vincent de Paul fut dotée d'un orgue à tuyaux et à anches vers 1870 et bientôt fut imitée par d'autres églises de la région. Lorsque les représentations Chautauqua furent inaugurées à Niagara pendant l'été 1887, elles avaient à leur programme des cours de musique. Niagara-on-the-Lake est devenue le site du Festival Shaw quand le palais de justice fut converti en théâtre en 1962.


Lecture supplémentaire

  • Crysler, Elizabeth, 'Musical Life in Present Day Niagara-on-the-Lake in the late Eighteenth and Nineteenth Centuries,' MA thesis (Carleton) 1981.