Nova Scotia Talent Trust

Nova Scotia Talent Trust (NSTT). Organisme indépendant sans but lucratif, enregistré comme organisme de bienfaisance, créé en 1944 pour promouvoir la carrière de Portia White.

Nova Scotia Talent Trust

Nova Scotia Talent Trust (NSTT). Organisme indépendant sans but lucratif, enregistré comme organisme de bienfaisance, créé en 1944 pour promouvoir la carrière de Portia White. Parmi les fondateurs, mentionnons le maire de Halifax, le président du Halifax Ladies' Musical Club, le lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse et des représentants du gouvernement provincial. Après un certain déclin, le NSTT est réactivé en 1949 pour venir en aide aux jeunes néo-écossais doués pour l'une ou l'autre des disciplines artistiques et désireux d'aller étudier dans les centres culturels du monde.

Depuis 1983, le NSTT est géré par l'agence gouvernementale provinciale en charge de la culture. En 1994, l'organisme est restructuré pour comprendre un conseil d'administration distinct et un comité des bourses d'études constitué d'artistes et d'éducateurs en art de Nouvelle-Écosse. En 2002, afin de solidifier ses liens avec la communauté, le NSTT cesse de nommer des représentants du gouvernement à la présidence du conseil et choisit un membre de la communauté pour ce poste. Pour améliorer davantage son profil dans la communauté, le NSTT organise des concerts et des festivals, mettant en vedette des lauréats de bourses d'études, diffusés à la SRC.

Le fonds est alimenté par des subventions gouvernementales, des dons spéciaux, des programmes d'avantages et des dons publics. En 1986, la province de la Nouvelle-Écosse relève sa contribution, de 10 000 $ qu'elle est alors, à 50 000 $, permettant ainsi au fonds d'augmenter considérablement le nombre ainsi que la valeur des bourses allouées.

Depuis 1999, le NSTT offre six différents prix : le Raymond Simpson Award (anciennement l'Arthur S. Barnstead Award) pour l'excellence en interprétation instrumentale, le Portia White Award pour l'excellence en interprétation vocale, le Chico Berardi Award pour l'excellence en jazz, rock, musique traditionnelle ou populaire, le Pat Richards Award pour l'excellence en danse, le Vision 20/21 Award pour l'excellence en arts visuels et le prix du lieutenant-gouverneur (anciennement le Raymond Simpson Award) de l'artiste exceptionnel le plus prometteur parmi tous les lauréats d'une année donnée.

Leurs bénéficiaires peuvent étudier au Canada, aux États-Unis et en Europe, à des institutions telles que le Centre d'arts de Banff, la faculté de musique de l'Université McGill, la Juilliard School, l'Aspen Music Festival et la Royal Academy of Dramatic Arts (Angleterre). En 1991, année où 45 récipiendaires se partagent une somme globale de 60 000 $, plus de 200 artistes ont déjà profité de ce fonds. Parmi ceux-ci figurent, dans le domaine musical, le ténor John Arab, le guitariste classique Dale Kavanagh, l'altiste Nancy Dahn, l'éducateur J. Chalmers Doane, les sopranos Sue Doran, Audrey Farnell, Deborah Jeans, Diane Oxner, Annon Lee Silver et Deborah Stevens, l'organiste John Grew, le claveciniste Gordon Murray, le ténor Ronald Murdock, la chanteuse de folklore Finvola Redden-Bower, le pianiste Neil Van Allen et le violoncelliste Ifan Williams.